Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Black-ish. Saison 2. Episode 4.

23 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blackish

Critiques Séries : Black-ish. Saison 2. Episode 4.

Black-ish // Saison 2. Episode 4. Daddy’s Day.


Ce que j’adore avec Dre c’est qu’il pense toujours être un père pas contre les autres, quelqu’un qui brise les conventions toujours dans son sens bien évidemment. Cette saison est pour le moment est une réussite sans précédent. Généralement, une saison 2 c’est le moment où une série se repose sur ses lauriers et ne fait plus rien de très original. Sauf que pour Black-ish c’est tout le contraire. Je pense aussi que Black-ish ne sera jamais comme Modern Family à se complaire dans ses idées les plus redondantes. La série choisie d’aller à l’encontre de ses propres conventions et nous offre alors à chaque nouvel épisode un message. Sauf que ce n’est pas un message pompeux et ennuyeux. Non, c’est un très joli petit message que cet épisode vient nous délivrer de façon soignée et intelligente. Cette semaine, c’est la fête des pères dans Black-ish. C’est un épisode qui n’a pas vraiment de message (en tout cas c’est l’épisode le plus classique de la série par rapport aux trois précédents) et décide donc de se concentrer sur un concept assez universel : la Fête des Pères. Et comment cela semble être traité comme une fête parentale secondaire par rapport à la fête des mère. Black-ish parvient également à éviter le cliché de la perspective afro-américaine.

Mais l’épisode est étonnant car Dre est loin d’être un mauvais père. Mais la série aime nous faire rire à sa façon. Nous avons Charlie, et c’est déjà une bonne chose d’un point de vue comique. On a aussi Pops qui montre également tout un tas de qualité de père (notamment dans sa façon de tenir tête aux autres) mais la série a voulu faire en sorte dès le premier épisode que Pops n’était pas forcément le meilleur des pères par le passé. A côté, Dre n’a pas voulu faire comme son père et il s’est donc donné un objectif légèrement différent. Ce que j’apprécie avec Black-ish, c’est qu’elle est une comédie qui peut clairement nous offrir une vision légèrement différente des choses sans pour autant être uniquement dédiée aux afro-américains. Car la série a beau rester fidèle à certaines idées culturelles afro-américaines, c’est une série sur une famille moderne et n’importe quelle famille peut se retrouver dans cette famille là. Cet épisode permet à Dre de se poser la question de la place du père dans la famille, par rapport à ce qu’il pense de lui-même. Zoey va de son côté écouter Pops et organiser la presque parfaite Fête des Pères pour Dre. Mais bien évidemment,  Black-ish est une sitcom et elle se doit de nous faire rire avec la vision de Dre. La réunion créative de ce dernier était amusante, pleine d’idées comiques. Cela peut être touchant, mignon et même un peu étrange mais c’est comme ça.

Black-ish délivre un épisode qui est assez impressionnant pour sa décision de ne pas laisser d’autres intrigues entrer dans l’épisode. Contrairement à une Modern Family qui cherche souvent à raconter énormément de choses différentes, Black-ish prend un sujet (voire deux) mais en fait un épisode, avec certes les personnages dans leurs coins, mais toujours avec un besoin de les rassembler. Junior était lui aussi très drôle, surtout face à sa mère. Ou encore Rashida, dont j’espère le retour prochain. Junior aime sa mère et il déteste la voir aussi fatiguée. Il y a ici aussi une vraie idée, celle de développer un peu plus l’histoire de Junior, sa sensibilité, tout en créant également un environnement comique assez fort. Enfin, Jack et Diane ne sont pas des personnages particulièrement importants dans cet épisode. Ils ont leurs moments, mais ils sont un peu cachés derrière le reste. Mais globalement, ce que j’aime bien dans cette série c’est qu’elle ne se prend jamais la tête avec quoi que ce soit si ce n’est le besoin de nous faire rire. Elle est même capable de faire des références à d’autres sans pour autant que cela ne soit si important que ça non plus. Bow et Ruby démontrent par exemple cette facilité que Black-ish peut avoir de nous raconter tout un tas de choses différentes.

Note : 6.5/10. En bref, encore beaucoup d’humour dans un épisode sur la fête des pères.

Commenter cet article