Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Blindspot. Saison 1. Episode 6.

11 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blindspot

Critiques Séries : Blindspot. Saison 1. Episode 6.

Blindspot // Saison 1. Episode 6. Cede Your Soul.


Si je pouvais douter des qualités de Blindspot quand cette dernière a ouvert sa première saison, je dois avouer que je suis de plus en plus convaincu de sa capacité à nous surprendre. « Cede Your Soul » est le premier épisode de la série qui fonctionne parfaitement du début à la fin. En nous offrant un épisode à la hauteur des attentes, gonflé de moments particulièrement funs, nous avons un résultat assez étonnant dans son ensemble. C’est avec ce genre d’épisodes que l’on se rend aussi compte de ce dont la série est capable et qu’elle est très loin d’être ce qu’est devenue Blacklist au fil des épisodes. Ici, la série démontre qu’elle a une mythologie qu’elle ne compte pas laisser sur le carreau et qu’elle compte même mettre en scène de façon de plus en plus intelligente. Cependant, cela ne veut pas dire que Blindspot va surjouer la carte de la mythologie. Elle n’est donc jamais exagérée, toujours utilisée avec parcimonie. Quand la série a débuté, j’avais aussi des doutes car la mécanique ressemblait énormément à celle de Blacklist et la base même de la série était assez proche. Sauf que cet épisode, aussi bon soit-il, démontre aussi que Blindspot peut bâtir des choses sur des mystères différents, développant toujours un peu plus la source des tatouages prophétiques de Jane ou encore l’histoire de sa véritable identité.

Car la vraie identité de Jane reste quelque chose que j’ai encore un peu de mal à cerner pour le moment. La série a voulu nous faire croire qu’elle était quelqu’un avant de nous dire que finalement ce n’était pas du tout elle. La série est capable de jouer un jeu et ensuite de tout briser afin de repartir sur de nouvelles bases. C’est fait avec beaucoup d’élégance mais ce qui fait la réussite de cet épisode, ce n’est pas que les révélations, le cliffangher final ou encore les scènes d’action, c’est aussi tout un travail qui est fait sur les personnages. Toutes les intrigues développées depuis le début de la saison évoluent un petit peu chacune de leur côté. Weller face à Mayfair (tout cela en lien avec l’affaire Guerrero). Un nouveau tatouage est révélé à la fin de cet épisode et c’est la première fois que deux tatouages sont utilisés dans un seul et même épisode. Cela veut certainement dire quelque chose. Non ? Cela me rappelle un peu ce que Prison Break faisait d’épisodes en épisodes en utilisant petit à petit certains tatouages de son héros afin de venir à bout de la « mission de la semaine » qui pourrait lui permettre de s’évader de cette prison.

Cet épisode se permet également de se concentrer en grande partie sur le cas de la semaine et c’est une façon de nous démontrer que Blindspot est capable de délivrer des choses intéressantes, loin de ce que l’on aurait probablement pu imaginer au premier abord. Waller et l’équipe tentent de retrouver et neutraliser Trakzer, une application qui fait pour les terroristes qui veulent tuer des employés du gouvernement, ce que Grindr peut faire pour les gays en chaleur. Et le logo de l’application est sur un tatouage de Jane. Coïncidence ? Je ne pense pas. Quoi qu’il en soit, on peut véritablement se demander à quoi servent ces tatouages. Car je suppose qu’ils servent une histoire beaucoup plus grande et pas seulement une histoire par semaine sinon ce serait vraiment décevant. Cela veut dire que quelqu’un (ou que Jane elle-même) cherche à éliminer une certaine forme de concurrence. Ce que cet épisode parvient à faire c’est donc à suivre un schéma particulièrement soigné, délivrant de gros moments d’action (dont une explosion réelle qui a dû coûter bien cher et engloutir une bonne partie du budget de l’épisode). La série veut nous en mettre plein les mirettes et elle réussie à le faire de façon assez intelligente. Comme quoi…

Note : 8.5/10. En bref, d’une efficacité redoutable.

Commenter cet article