Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episode 2.

4 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Brooklyn Nine Nine

Critiques Séries : Brooklyn Nine-Nine. Saison 3. Episode 2.

Brooklyn Nine-Nine // Saison 3. Episode 2. The Funeral.


Ce que j’aime bien avec Brooklyn Nine-Nine c’est sa capacité à se surpasser par moment dans le but de nous faire rire. Car cet épisode est très drôle et je dois avouer qu’avec une comédie comme celle-ci, on pourrait s’attendre à tout. Le reboot qu’elle s’est offert avec le premier épisode de la saison était une occasion de nous plonger dans de nouvelles histoires de façon complètement différentes. La série doit notamment gérer la relation entre Jake et Amy, le nouveau chef, la nouvelle place de Gina et Holt et j’en passe. Il y a donc énormément de choses assez drôles que la série nous offre dans un épisode basé sur des morts. Quand on voit le titre, « The Funeral », on ne s’attend pas forcément à ce que l’on ait droit à un épisode aussi drôle que celui-ci et pourtant… Du coup, l’humour se fait toujours aussi présent, notamment du point de vue de Jake. J’adore la façon dont ce dernier a l’occasion de toujours se mettre dans les pires situations tout seul. Sa relation avec Amy est elle aussi toujours aussi bien développée grâce à quelques bonnes répliques, quelques moments où la série nous propose de réfléchir.

Accessoirement, c’est aussi un épisode qui permet de conclure un petit arc narratif de la saison : le nouveau capitaine est mort. Quand on voit tout le monde faire son discours, on se doute que le but n’est pas de s’ennuyer mais de nous faire rire. C’est pour cela aussi que le retour de The Vulture dans cet épisode est une occasion en or. Dean Winters, que j’aime beaucoup dans SVU, prouve qu’il a aussi énormément d’auto-dérision et qu’il peut aussi apporter beaucoup dans le registre de la comédie. C’est fou car ses faces à faces aussi divers que variés tout au long de l’épisode vont faire leur petit effet. The Vulture n’était pas forcément le personnage le plus important de la série mais ses apparitions font toujours mouche. Si je regrette que Bill Hader n’ait pas eu de plus grand rôle dans la série, je pense que je vais rester sur l’impression (très bonne) qu’il m’a donné dans le premier épisode. C’était pile poil le personnage que je voulais pour remplacer Holt. Il était plus ou moins opposé à Holt mais encore plus difficile à berner. Jake de son côté continue ses conneries et Holt partage un bon moment avec Terry. Terry est l’un de mes personnages préférés dans Brooklyn Nine-Nine. A chaque fois qu’il apparaît, il y a toujours une réplique qui me fait hurler de rire.

Une fois n’étant pas coutume, il va encore nous en délivrer une bonne dans cet épisode. Les scènes avec Holt sont d’une efficacité redoutable. Ce ne sont pas les plus drôles mais probablement parmi les plus cool de l’épisode. Voir ces deux là partager autant, c’est vraiment touchant quand on y pense alors que le but est presque de nous faire se rouler par terre de rire. Je suis curieux de voir comment Brooklyn Nine-Nine va tenter de revenir à la formule classique et donc probablement de jouer les cartes les plus connues : notamment celle d’Halloween qui va très rapidement arriver au milieu du carré animation du dimanche de FOX. Ou encore de Thansgiving plus tard dans l’année. Je suis certain que Halloween III sera succulent, beaucoup plus intéressant que l’ébauche développée l’an dernier qui n’était pas à la hauteur de mes attentes. Ce qui m’embête par moment c’est que je sais ce dont Brooklyn Nine-Nine est capable et de la voir nous délivrer des épisodes moins bons me fait toujours un pincement au coeur. Fort heureusement pour nous, la saison 3 débute sur des chapeaux de roues et cet épisode ne déroge pas à la règle. Il permet de conclure l’histoire lancée avec l’épisode précédent de façon hilarante avec un sujet pourtant assez complexe à traiter. Mais jamais Brooklyn Nine-Nine ne tombe dans la caricature ou dans le mauvais goût.

Note : 8/10. En bref, drôle et tendre.

Commenter cet article