Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Grimm. Saison 5. Episode 1.

4 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Grimm

Critiques Séries : Grimm. Saison 5. Episode 1.

Grimm // Saison 5. Episode 1. The Grimm Identity.


Décider de tuer un personnage important dans une série est quelque chose qui n’est probablement jamais facile. Même quand cela est imposé par la fin d’un contrat, le besoin de renouveler la narration d’une série, etc. Se séparer de Juliette est donc une idée intéressante pour Grimm mais aussi difficile au départ. Ce premier épisode parvient d’ailleurs à ne pas jouer la carte de la disparition de Juliette de façon trop simpliste. On sent les conséquences que cela a sur l’esprit de Nick alors que ce denier perd complètement les pieds. L’émotion se fait ressentir et je crois bien qu’il s’agit du premier season premiere de Grimm qui ait véritablement su capitaliser sur ce que la série sait faire de mieux en plus de sa mythologie la plus hardcore : le nom de celle-ci. La mort d’un personnage important dans une série c’est aussi une occasion de chambouler la vie des personnages, ce que la série a pu installer depuis ses débuts. Juliette avait énormément influencé l’histoire de la série, pas seulement par ce qu’elle a joué comme rôle avec Renard (alors qu’elle était au coeur d’une relecture de Charming et Snow White) mais aussi car en tant qu’Hexenbiest l’an dernier, elle a su apporter pas mal de choses intéressantes à la série. Pour le moment, en guise d’ouverture, cet épisode est tout ce que l’on pouvait espérer d’une série qui arrive en saison 5 et qui a donc maintenant besoin de se poser de nouvelles questions.

Faire tomber Juliette est une bonne idée, surtout que cela permet aussi de nous embarquer dans de nouvelle direction. Nick est plus caractériel, plus touché émotionnellement ce qui donne à l’acteur l’occasion d’être un peu plus pugnace (et il en avait sacrément besoin). Ce n’est pas tout car l’épisode permet étalement de capitaliser sur ce qui a été préparé avec l’épisode précédent (et donc dernier de la saison 4). Trubel tirait sur Juliette dans le final alors qu’elle mourrait dans les bras de Nick. C’était quelque chose de fort, d’important dans le développement de Grimm et la série a utilisé cela de façon très intelligente dans ce premier épisode. C’est le premier personnage important de l’histoire qui est tué depuis le début de la série. Ils auraient pu leur d’autres personnages dans des saisons précédentes mais ils ne l’ont jamais fait. Pourquoi, elle est la question. L’ouverture de la saison se fait sur une séquence en noir et blanc, qui permet à Grimm de mettre un pied dans un sens un peu plus expérimental (et qui me plait d’ailleurs tout autant). On sent qu’il y a des influences et une volonté du côté des producteurs de faire bouger un peu les choses. Grimm ne doit plus être comme les 4 premières saisons. Ils se réveillent enfin et c’est une très bonne nouvelle. Vous ne pensez pas ?

Ce qui permet à cet épisode de véritablement être à la hauteur des attentes c’est clairement le personnage de Nick. David Giuntoli joue un rôle important dans cet épisode et je crois bien que c’est la première fois qu’il apporte autant de nuances différentes dans un seul et même épisode à son personnage. On aurait pu croire l’an dernier qu’il était par moment un peu trop mou du genou après un début de saison qui l’avait envoyé dans un chemin un peu plus sinueux. Mais non, cet épisode vient justement nous rappeler que Nick est le héros de Grimm et personne d’autre. C’est lui qui influence l’histoire tout au long de l’épisode, que cela soit les moments les plus rythmés ou encore les moments les plus riches en émotions. Rosalee de son côté est forcément le personnage le plus emphatique, ce qui lui permet de comprendre ce que vit Nick actuellement. C’était aussi la meilleure amie de Juliette notamment au détour des excellent webisodes de la série (que vous pouvez retrouver sur les DVD de la série). Elle est dévastée par sa mort mais ce n’est pas le seul personnage influencé par tout cela. J’aime bien aussi les conséquences que cela a sur l’histoire de Chavez alors que la série introduit également un peu plus de choses pour l’histoire d’Adalind. Cette dernière donne naissance à son bébé (et celui de Nick). Je me demande ce que ce fils va pouvoir faire.

C’est sans compter sur le grand méchant de la saison (ou une organisation de méchants) qui laisse le téléspectateur avec la soif d’en voir beaucoup plus. En tout cas, Grimm est sur le bon chemin pour le moment. Il ne me reste plus qu’à espérer que les prochains épisodes seront dans la même veine et l’on pourrait avoir la saison la plus réussie de l’histoire de la série.

Note : 7.5/10. En bref, une belle mise en bouche pour une saison prometteuse.

Commenter cet article