Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Homeland. Saison 5. Episode 5.

6 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Homeland

Critiques Séries : Homeland. Saison 5. Episode 5.

Homeland // Saison 5. Episode 5. Better Call Saul.


Ce qui est tout de même sacrément drôle avec cet épisode de Homeland c’est son titre. Certes, Saul est un personnage dans Homeland mais appeler un épisode comme le titre d’une série de AMC (spin off de Breaking Bad), c’est presque fait exprès. Au delà de ce titre qui est bourré d’humour, cet épisode est une occasion de plonger toujours un peu plus Homeland dans ce qui semble être une annexe de 24. Carrie a besoin de l’aide de Jonas afin d’aider Quinn dans un épisode qui continue d’explorer la relation entre Carrie et Quinn. J’aime bien l’attachement que Carrie s’est créée pour lui. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’attache à quelqu’un. Par le passé il y a eu Saul (avant qu’il ne la trahisse) et puis il y a Brody (mais pour ce dernier, la relation a été plus complexe et tumultueuse). Maintenant il y a Quinn. Et là aussi j’aime bien la façon dont l’histoire faire évoluer ses personnages. Astrid aussi dans cet épisode afin de retrouver l’identité de l’homme qui leur a tiré dessus au bureau de poste. Au fil de l’épisode se joue deux choses très importantes. Il y a un moment qui se joue dans le repaire caché de Quinn et Carrie. Ces scènes sont presque des huis clos silencieux, où le poids des dialogues est important et la seule chose possible est ainsi confronter les personnages.

Ces scènes dénotent avec le reste de l’épisode, beaucoup plus ouvert. C’est comme si Carrie et Quinn étaient en dehors de toutes les machinations qui sont en train de se jouer à Berlin. L’utilisation des deux parties de l’épisode est donc particulièrement intéressante et change de ce que l’on avait pour habitude de voir jusqu’à présent. La saison ne change pas mais fait évoluer son jeu. Carrie et Quinn d’un côté, le reste (plus ou moins) de l’autre. Mais la relation entre ces deux « mondes » est importante car se joue aussi plusieurs plans autour des personnages. Saul est seul contre sa petite amie actuelle sauf qu’il ne le sait pas encore qu’elle le trahit complètement. Si cet épisode n’est pas des plus rythmés, il est malin et parvient justement à nous intéresser à ce qui se passe tranquillement. Si Homeland avait tendance à se rapprocher de son modèle 24 à certains moments (et cela peut encore se voir dans cet épisode), c’est ici une sorte de phase de transition avant de déclencher une nouvelle bombe au milieu de la saison (car avec le prochain épisode nous arrivons justement à la fin de la première partie de la saison). En utilisant plus ou moins les mêmes idées narratives, la série reste fidèle à elle-même tout en tentant de se renouveler grâce aux nouveaux personnages et à la situation avantageuse : le lieu où la saison est tournée.

Et Homeland en profite plutôt bien. Avec des agents doubles, une héroïne qui se retrouve de plus en plus seule contre tous, nous avons donc l’occasion de voir Homeland sous un jour plus 24-ien. Pour mon plus grand plaisir. On sent finalement que la série est en train de plonger un peu plus ses personnages dans une ambiance particulièrement sombre, aidée par l’évolution de Carrie et Quinn, mais aussi de Saul qui se retrouve de plus en plus seul. Ce que Homeland réussi à faire avec cet épisode c’est aussi à nous donner envie d’enchaîner avec l’épisode suivant (et l’attente entre d’ici la semaine prochaine va être longue). Grâce à ses twists et ses cliffanghers, la série parvient donc à garder une certaine notion de rythme qui me plaît énormément. La saison a beau reposer sur tout un tas de choses que l’on a déjà vu par le passé dans la série, des ressorts scénaristiques utilisés jusqu’à la moelle mais cela reste suffisamment efficace pour que je n’ai pas envie de m’en lasser pour le moment. Surtout que l’héritage de 24, qui se fait de plus en plus ressentir, est finalement une assez bonne idée. Homeland n’a jamais chamboulé le registre des séries d’espionnage, elle s’est juste retrouvée avec une mise en scène différente et une idée de départ peut-être plus originale que les autres.

Note : 7/10. En bref, c’est avec curiosité que je vais suivre le prochain épisode. J’ai hâte de voir comment Homeland va venir à bout de son cliffangher.

Commenter cet article