Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Homeland. Saison 5. Episode 8.

24 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Homeland

Critiques Séries : Homeland. Saison 5. Episode 8.

Homeland // Saison 5. Episode 8. All About Allison.


Cette année, Homeland a surtout voulu changer complètement la série qu’elle était auparavant. Elle a donc navigué au travers de pas mal d’intrigues différentes et je dois avouer que c’est une très bonne chose. Le « voyage » de Quinn est un choix judicieux afin de permettre à Carrie de se retrouver à nouveau au coeur de la tourmente. Elle doit trouver qui est responsable de tout ça et ce qu’elle va découvrir à la fin de l’épisode est d’autant plus terrible. En effet, à la fin de l’épisode précédent Carrie courrait à Amsterdam afin de traquer Ahmad Nazari, un homme présumé mort. J’aime bien cette partie de l’épisode car rapidement, Carrie va aussi se rendre compte de tout un tas de choses. J’aime bien la façon dont Homeland tente de développer l’ensemble et de nous offrir un spectacle à la hauteur des attentes. A la fin de l’épisode, Carrie se rend compte qu’Allison est une traîtresse, qu’elle joue un double jeu depuis le début et qu’elle est donc l’ennemi qu’il faut éliminer. Je me demande comment cela va évoluer dans le prochain épisode d’autant plus qu’Allison est ici au centre de l’épisode et des attentions, comme si le but était de la faire disparaître la semaine prochaine. Cependant, ce qu’Allison ne sait pas c’est que Carrie sait qui elle est vraiment.

Je crois que Homeland parvient à nous offrir une série assez proche des enjeux actuels, beaucoup plus que les saisons précédentes. Le fait que nous sommes en Europe est déjà très important et puis il y a le petit voyage de Quinn en territoire syrien qui ne fait que rappeler encore une fois les tensions qu’il y a dans cette partie du monde (encore plus depuis un certain vendredi 13 du mois de novembre 2015). Cette année, la série démontre qu’elle a une richesse narrative intéressante et surtout qu’elle a envie de nous raconter des tas de choses différentes. Cet épisode éparpille d’ailleurs parfois un peu trop ses intrigues, quitte même à donner l’impression au téléspectateur que l’ensemble ne fonctionne peut-être pas aussi bien que l’on ne pourrait probablement le souhaiter. Il y a cette semaine trois intrigues en jeu. Celle de Carrie qui tente de prendre du temps afin de comprendre ce qui se passe, Saul qui se retrouve confiné dans une chambre d’hôtel alors qu’il demande plus de temps afin de donner à Carrie l’occasion de trouver des réponses au sujet des documents leakés. Ce qui est en train de devenir un incident international entre la CIA et le Mossad est pour le moment en train de légèrement dormir (ou en tout cas de ne pas trop prendre de place car il y a d’autres choses à raconter en parallèle).

Homeland ne choisit pas les terrains les plus simplistes non plus. J’aime bien Quinn qui part en Syrie. C’est une vraie occasion de rappeler aussi les enjeux de cette saison qui ne sont pas qu’allemands. Il y a beaucoup plus que l’on ne pourrait le penser dans cette série et c’est justement ce que j’apprécie le plus ici. Après avoir réchappé de son expérience de presque mort, Quinn est donc de nouveau sur les rails mais Homeland ne fait ici que de la mise en place pour le prochain épisode. Seule l’intrigue de Carrie semble aller de l’avant alors qu’elle commence aussi à se questionner sur certaines choses. Mais elle a besoin de réponses et c’est pour cela qu’elle va en demander à Allison, la seule personne à laquelle elle semble pouvoir faire confiance à la CIA en dehors de Saul. Enfin, c’est ce qu’elle croyait car elle découvre à la fin de l’épisode qu’elle avait raison. Quoi qu’il en soit et c’est tout à fait normal, Allison n’est pas d’une très grande aide, ou en tout cas pas celle que Carrie espérait. Avec l’aide de Numan, elle va réussir à pénétrer dans l’ordinateur qu’elle a volé chez Nazari et découvrir une photo de vacances de Nazari, dans un bar. Le moment de la révélation est terriblement excitant et rappelle les meilleurs moments du genre que Homeland a pu dérouler au fil des années, notamment quand Carrie se rendait compte que Brody était un ennemi d’Etat…

Note : 8/10. En bref, si Allison n’est peut-être pas toujours à la hauteur du boulot qui lui incombe, ce qui me plait c’est avant tout Carrie et sa façon de faire des déductions toujours justes et soignées.

Commenter cet article