Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Les dossiers secrets du Vatican (2015)

6 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critiques Séries : Les dossiers secrets du Vatican (2015)

Les dossiers secrets du Vatican // De Mark Neveldine. Avec Olivia Taylor Dudley et Michael Pena.


Séparer Mark Neveldine et Brian Taylor c’est un peu comme séparer le glaçage d’un Oreo du gâteau qui le recouvre. Cela n’a aucun sens et je pense que c’est en partie l’une des erreurs de Les dossiers secrets du Vatican. Cela ne veut pas dire que le film est complètement raté mais disons qu’il ne capitalise pas vraiment sur ce dont le réalisateur est capable et nous offre ainsi un film d’horreur assez classique, qui ressemble à pas mal de trucs que l’on a pu voir ces dernières années. Sur une idée de Chris Morgan (Fast & Furious 7) et Christopher Borrelli (Whisper, The Marine 2), et écrit par ce dernier et Michael C. Martin (L’élite de Brooklyn), je dois avouer que j’ai été un peu surpris du résultat aussi médiocre. Disons que Les dossiers secrets du Vatican avait toutes les clés en main pour être au moins plus efficace en termes d’action mais il ne se passe que très peu de choses. Le premier problème de ce film, c’est son titre. Il n’est pas du tout question d’enquêter. C’est donc une histoire d’exorcisme balourde qui n’offre pas vraiment de nouveauté à un spectateur qui comme moi en a marre des films d’horreur formatés. Celui-ci bénéficiait de noms connus et intéressants qui n’ont malheureusement pas été très bien utilisés non plus.

Angela Holmes, une jeune femme ordinaire de 27 ans, comprend un jour que sa présence a un effet dévastateur sur son entourage, infligeant des blessures, voire la mort, à ceux qui l’approchent. Estimant qu’elle est possédée, le Vatican est sollicité pour pratiquer l’exorcisme. Mais il s’avère que le mal qui ronge Angela est une ancienne force satanique d’une puissance hors du commun. Le père Lozano va tenter d’éliminer le redoutable démon, pas seulement pour sauver l’âme de la jeune femme, mais notre monde...

Le second problème de Les dossiers secrets du Vatican, c’est son scénario. S’il tente des choses à tout moment, c’est surtout pour nous perdre encore un peu plus dans ce qui semble être une sorte de mixture assez peu digeste. En effet, le film ne dégage rien du tout, même pas un sentiment alors que cela aurait pu être un film touchant, un film avec de vraies idées sur le monde de l’exorcisme. Je me demande d’ailleurs si un film un film d’exorcisme saura être à la hauteur des attentes depuis Conjuring (de James Wan). Heureusement cependant que la fin du film est là. On ne s’attend pas du tout à un retournement de situation de la sorte et c’est peut-être bien l’une des choses les plus intéressantes ici. Le film parvient à sortir le spectateur de cette mouvance molle pour nous offrir une agréable surprise mais je m’attendais à un film beaucoup plus intéressant. L’erreur ici c’est qu’il ne se passe rien de vraiment intéressant d’un point de vue de l’horreur. Je ne dis pas que j’ai besoin de frissonner à chaque film d’horreur que je vois (de toute façon, rare sont les films d’horreur qui parviennent à me surprendre de ce point de vue là) mais j’aimerais tout de même parfois être un peu moins exaspéré. Le casting est quant à lui plutôt sympathique, à commencer par Kathleen Robertson (Murder in the First) dans le rôle d’une psychiatre.

Si elle n’offre rien de neuf par rapport aux psychiatres que l’on a la chance de voir dans d’autres films du même genre, cela reste quelqu’un qui mystifie un peu plus l’idée du film. Nous avons ensuite Olivier Taylor Dudley (Chroniques de Tchernobyl, Paranormal Activity 5 : The Ghost Dimension) qui semble être abonnée aux films d’horreur et qui maîtrise plutôt bien son personnage de folle furieuse. Si j’attendais plus de la part de Les dossiers secrets du Vatican ce n’est pas d’elle qui ne s’en sort pas trop mal mais plutôt des autres personnages qui manquent peut-être de développement ou en tout cas d’intérêt. Le pense à celui du Père Lozano par exemple qui n’a de cesse d’être le personnage le plus ennuyeux de tous tant il n’apporte rien de neuf à l’ensemble. Ainsi, on se retrouve donc avec un film d’horreur de seconde zone qui est pourtant doté d’un joli casting. Mais le casting ne fait pas tout. Le scénario est bourré de ficelles du genre, sans parvenir à sortir vraiment de son cercle vicieux. Sans compter sur les clichés qui délivrent finalement de très mauvaises idées. On a finalement plus envie de rire que de véritablement avoir peur mais peut-être que c’était ça le but rechercher, être un film d’horreur second degré. Le sous-texte est peut-être là…

Note : 2/10. En bref, rien de neuf.

Date de sortie : 29 juillet 2015

Commenter cet article