Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Malaterra. Saison 1. Episodes 1 et 2 (France).

19 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Malaterra

Critiques Séries : Malaterra. Saison 1. Episodes 1 et 2 (France).

Malaterra // Saison 1. Episodes 1 et 2. Episode Un / Episode Deux.


Faire un remake de Broadchurch était-il nécessaire ? Après le remake américain Gracepoint (qui avait fait un immense four aux US), voici maintenant venu le temps du remake français. France 2 et Shine France s’associent afin de nous offrir une intrigue similaire, développée de façon similaire (ou presque car il reste tout de même quelques différences). Créée par Stéphane Kaminka, qui avait déjà adapté pour la France la série italienne qui a inspiré R.I.S. Police Scientifique, se retrouve donc à raconter encore une toute nouvelle histoire policière à sa façon. L’une des scènes les plus fortes en émotion c’est celle de la découverte du corps sauf que dans Malaterra, cette scène n’a aucun impact et est présentée de façon assez ridicule. En voulant à tout prix copier, la série ne parvient pas à sortir quelque chose d’original et d’intéressant. Les dialogues donnent même l’impression de provenir de la série originale. Côté casting, c’est assez réussi malgré tout, même si je suis persuadé que Constance Dollé a surtout été choisie pour sa ressemblance avec l’actrice de l’original. Si dans le remake américain, les décors ne changeaient pas trop, c’est probablement ce qu’il y a de plus intéressant dans ce remake français. La Corse est un terrain de jeu totalement différent.

Malaterra. Pour ceux qui y vivent, ce village est un havre de paix, un refuge. 
Jusqu'à ce que survienne la mort d'un enfant. Cette communauté unie où tous pensaient pouvoir se faire confiance se lézarde. Qui a tué le petit Nathan ? Et pourquoi ?... Le capitaine de gendarmerie Thomas Rotman est un étranger sur l’Ile de Beauté. C’est à lui que revient la lourde tâche de trouver le coupable. Il est convaincu qu’il se cache parmi les habitants de Malaterra, contrairement à l'adjudant-chef Karine Marchetti, sa collègue, qui refuse d'imaginer que le mal puisse venir du village où elle a grandi. Chaque jour qui passe détruit un peu plus l’âme de ce village et la vie de chacun. Trouver rapidement le coupable est le seul moyen de sauver ce qui peut l’être.

Mais franchement, vous pensez que Corse Matin, le quotidien régional, vit comme à l’an quarante ? Car c’est l’impression que ce qu’ils nous donnent d’un point de vue journalistique. Les locaux sont lugubres et j’ai du mal à imaginer une rédaction travailler dans ce genre de locaux de nos jours. Je me trompe peut-être… mais bon. Le désavantage vient peut-être aussi de l’incohérence inhérente au lieu et au casting. Parmi les membres du casting, il n’y a aucun ou aucune corse. Je ne dis pas qu’il fallait accueillir Thierry Neuvic ou Jenifer, mais je crois que c’est ce qui manque justement à cette série. Elle tente de nous faire croire à quelque chose sauf que ce n’est pas forcément possible. Si le dénouement sera encore une fois différent de Broadchurch (comme pour la version américaine), c’est probablement le seul intérêt qu’il a à regarder cette série au delà des décors qui restent magnifiques. Malaterra n’a aucun intérêt artistique, c’est un simple coup marketing pour France 2 et plus facile de vendre une série comme un remake qui a déjà cartonné qu’une série originale (et pourtant, côté originalité France 2 sait apporter de bonnes choses sur les écrans français, Dix Pour Cent étant le dernier exemple en date, et cela fonctionne même très bien).

Je dois avouer que je vais aller jusqu’au bout de Malaterra, uniquement car je suis un très grand fan de Nicolas Duvauchelle. Le reste n’a pas su piquer mon intérêt. J’imagine que les prochains épisodes seront du même acabit. C’est assez plat d’un point de vue narratif alors que le copier-coller semble être un passage obligé. La petite communauté de Malaterra se connaît, tout le monde est très touché par le drame et puis l’enquête commence à se mettre en place, sans chercher à faire dans la plus grande originalité. Faire ce un remake ce n’est pas toujours facile car il faut rester fidèle à l’idée de départ mais aussi s’en détacher afin de pouvoir raconter sa propre histoire derrière. Rare sont les bons remakes car justement le remake reprend souvent la même formule. Parmi les bons remakes policiers je pourrais citer The Bridge (US), un remake qui nous plongeait véritablement dans un univers proche mais complètement différent de Bron. Je pourrais aussi parler de The Killing (US) qui a su s’émanciper petit à petit de l’original afin de faire quelque chose qui lui va bien mieux et qui colle parfaitement à l’univers américain.

Note : 4/10. En bref, une introduction qui ne vaut pas vraiment le coup. Si jugée à part, la série est un poil plus intéressante dans le sens où si personne n’a vu Broadchurch, Malaterra a alors peut-être de quoi intriguer.

Commenter cet article