Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Profilage. Saison 6. Episodes 3 et 4.

14 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Profilage

Critiques Séries : Profilage. Saison 6. Episodes 3 et 4.

Profilage // Saison 6. Episodes 3 et 4. Maîtresse / La chasse.


Dans deux épisodes suivants la mécanique de Profilage, la série continue d’explorer un peu plus les émotions de chacun et en l’occurrence dans « La chasse », celle d’Hyppolite. Ce dernier est encore touché de la mort de Fred et je trouve que cette dernière manque énormément à la série. Un peu comme Chloé manquera à la série quand elle partira dans l’épisode 9. Quoi qu’il en soit, ces deux épisodes suivent une mécanique très facile et classique pour la série, avec des cas suivants les émotions des personnages. C’est souvent des cas forts que traite Profilage, histoire de rappeler à chacun des enquêteurs que la vie est difficile et qu’elle ne réserve pas de bonnes choses à tout le monde. Les deux enquêtes proposées ici sont donc assez difficiles avec leurs lots de surprises. Car un épisode de Profilage ne peut pas se faire dans quelques petits twists qui se jouent souvent tranquillement, sans faire de vagues. C’est d’ailleurs quelque chose que j’aime bien dans cette série, le fait qu’elle ne veuille pas à tout prix nous surprendre avec un gros twist. Cela arrive qu’elle en délivre mais elle reste plutôt simpliste dans sa manière d’aborder le registre policier. Les twists les plus intéressants arrivent dès que les personnages principaux sont impliqués.

Le fait que Chloé puisse enfin quitter son placard des archives est assez dommage. Je trouve que c’est une façon de revenir trop rapidement à la formule et de ne pas suffisamment bien justifier le départ de Chloé. Si elle était restée aux archives, j’aurais pu comprendre que sa vie morose à la DPJ aurait pu lui donner envie de partir, de changer de vie. Pour quoi ? On ne sait pas forcément mais pour quelque chose de complètement différent. Cela me fait rire car je ne m’attendais pas du tout à ce que la série aille dans cette direction. Avec « Maîtresse », la série commence à briser la mécanique installée dans les deux premiers épisodes. Chloé est réquisitionnée par Rocher et c’est finalement plus facile que l’on ne pourrait le penser de la sortir des archives. C’était déjà très facile dans les deux premiers épisodes mais encore plus maintenant. C’est dommage car cela casse un peu la crédibilité de la chose. Je ne pense pas que dans la réalité cela aurait été aussi facile de quitter un placard pour se retrouver de nouveau sur le terrain, d’autant plus que Chloé n’était pas la personne la plus stable quand elle s’est retrouvée internée à la fin de la saison précédente. Quoi qu’il en soit, on enquête sur la disparition d’un enfant de 8 ans.

Avec l’alerte enlèvement au début de l’épisode j’ai au départ cru que c’était une vraie Alerte avant de comprendre que c’était intégré à l’histoire de l’épisode. Quand une série de ce genre fait des choses comme ça, j’aimerais bien qu’elle utilise la fin des épisodes afin de montrer des enfants qui ont vraiment disparu, comme pouvait le faire une série aux Etats-Unis dont j’ai déjà oublié le nom, rendant hommage à des gens qui ont disparu. Quand on comprend qui est à l’origine de ce kidnapping et ce qui est impliqué de façon sous jacente, Profilage veut encore une fois démontrer qu’il y a toujours plus derrière les cas de la semaine que ce que l’on ne pourrait bien croire de prime à bord. C’est un peu comme ce que fait Major Crimes par exemple, creusant constamment la personnalité des tueurs, kidnappeurs et cie afin de comprendre pourquoi. C’est aussi ce que des séries comme Motive tentent de faire mais avec une mécanique complètement différente. Profilage me rappelle énormément de bonnes séries policières que je suis encore avec beaucoup de plaisir même si globalement, cela manque aussi de surprises. Le second épisode, « La chasse », vaut surtout le coup pour Hyppolite.

En effet, le reste n’a pas de grand intérêt narratif. L’affaire de la semaine se concentre sur le cadavre d’un jeune homme en treillis qui est retrouvé en bordure d’une caserne militaire. Si nous plonger dans l’univers militaire et ses secrets aurait pu délivrer un épisode intelligent et critique à l’égare de ceux qui peuvent nous protéger, Profilage occulte justement cette possibilité. Peut-être aussi car il y a une crise de confiance en les forces de l’ordre en France et que l’on ne vit pas toujours très paisiblement dès que l’on sort dans des lieux publics. C’est dommage de ne pas vraiment aller au delà de l’idée de base. L’épisode tente notamment de s’orienter vers une forme dévoyée de féminisme radical mais là aussi c’est assez mal emmené. Dommage. Heureusement que Hyppolite est là. La petite apparition de Fred m’a donné les larmes aux yeux. C’était simplement beau, comme j’aime quand Profilage est capable de nous toucher. Hyppolite fait partie des personnages du casting original de la série. Il est donc normal que chacune des choses qui lui arrivent peuvent nous toucher comme elles peuvent le toucher lui aussi. Finalement, avec ces deux épisodes Profilage revient à quelque chose de parfois un peu trop classique à mon goût alors que les scénaristes n’ont pas osé conserver la dynamique installée autour de Chloé et des archives dans les deux premiers épisodes.

Note : 5/10 et 6.5/10. En bref, si la mécanique redevient un peu trop facile, heureusement que Hyppolite délivre de belles choses dans le second épisode.

Commenter cet article