Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scream Queens. Saison 1. Episode 7.

4 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Scream Queens

Critiques Séries : Scream Queens. Saison 1. Episode 7.

Scream Queens // Saison 1. Episode 7. Beware Of Young Girls.


Avec ce nouvel épisode, je m’attendais à ce que Scream Queens capitalise sur l’excellent épisode précédent. Mais non, elle fait des choses que j’ai eu un peu de mal à comprendre. A commencer par son immense référence à … American Horror Story. En effet, à partir de l’arrestation de Dean Munsch, les choses commencent à se gâter. Pourtant, l’épisode avant si bien débuté. En effet, comment ne pas aimer ces flashbacks qui reviennent à l’époque où Munsch était encore une élève à l’université et complètement folle alors qu’elle était capable de tuer quelqu’un. Si Gigi va pousser Pete et Grace dans la gueule du loup et pointer tous les indicateurs vers Dean Munsch, on sait pertinemment que ce n’est pas elle. Du coup, pour tous les téléspectateurs qui aiment bien l’histoire des Red Devils et qui ont envie de savoir qui est le tueur, cet épisode n’a aucun intérêt. D’une part car il n’y a aucune révélation et d’autre part car cet épisode n’utilise pas les Red Devils. Je me demande si au fond le but de cet épisode n’était pas de faire uniquement une grossière référence à une autre série de Ryan Murphy puisqu’au moment où Dean Munsch est internée et que Pete et Grace vont lui rendre visible, on a l’impression que Scream Queens s’est transformée en Scream Queens : Asylum.

La pièce où les malades peuvent vaquer à leurs occupations ressemble étrangement à celle de Asylum et puis la mise en scène de ce moment reprend tous les tics de American Horror Story. J’aurais aimé que cet épisode soit drôle mais malheureusement on est très loin de l’humour de tous les précédents épisodes de la série jusqu’à présent. Je pense que le problème c’est que cet épisode manque aussi d’un peu d’Emma Roberts. Chanel est un personnage tellement drôle que de se concentrer sur Pete et Grace n’est pas la meilleure façon de nous amuser. Et Jamie Lee Curtis a beau s’amuser elle aussi, nous on ne peut que rester assez hermétique à ce que la série nous propose de ce point de vue là. On sait pertinemment que Munsch est quelqu’un qui est ridiculeusement capable de n’importe quoi et qui aurait pu être capable de tuer quelqu’un mais de là à être l’un des Red Devil, c’est sacrement tordu. Dans une série comme celle-ci, supposée être une comédie horrifique, il devrait donc y avoir des moments où l’humour prend le pas sur le reste et parvient même à faire briller certaines idées et certains personnages. Sauf que le résultat est complètement différent et n’est malheureusement pas à la hauteur des attentes.

Je pense que cet épisode est uniquement fait pour justifier la présence de Jamie Lee Curtis et que cette dernière ne soit pas trop fâchée contre Ryan Murphy de ne pas avoir de choses importantes à jouer dans sa série. De plus, la menace des Red Devils était importante jusqu’à présent et dans cet épisode, on ne ressent pas du tout la présence du méchant. Au contraire, c’est comme si d’un coup d’un seul Scream Queens avait décidé qu’il était temps de fermer boutique avant de revenir prochainement. Puis il y a les funérailles de Chanel n°2. On m’a parlé d’une référence à Heathers et sincèrement, je ne me souviens pas suffisamment de ce film pour me souvenir de la référence qu’il y a ici. Quoi qu’il en soit, Ryan Murphy démontre avec cet épisode qu’il y a encore des choses à corriger dans sa série et qu’il n’en maîtrise malheureusement pas tous les recoins non plus. Faire une série slasher n’est pas facile (Scream a déjà eu quelques problèmes avec ça) et Scream Queens démontre qu’il y a aussi des qualités à cela mais cet épisode est tout l’inverse. La mort de Chanel n°2 était drôle, peut-être le moment le plus drôle de la saison. Mais il n’y a pas que ça, il y a aussi toute l’histoire de Boone et de sa fausse mort, et j’en passe. Mais là, cet épisode donne l’impression que la série est arrivée au bout d’un chemin. Dommage.

Note : 3/10. En bref, on se moque un peu de nous avec une référence un peu facile et un épisode qui finalement n’a aucun intérêt par rapport au reste de la saison.

Commenter cet article