Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 3. Episode 4.

26 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Goldbergs

Critiques Séries : The Goldbergs. Saison 3. Episode 4.

The Goldbergs // Saison 3. Episode 4. I Caddyshacked the Pool.


Ce n’est pas toujours facile de nous surprendre avec une comédie familiale, surtout une comédie comme The Goldbergs qui peut facilement tourner en rond. Pourtant, elle ne tourne jamais en rond et c’est l’une de ses forces. Elle trouve constamment quelque chose à nous raconter pour nous faire rire, sans passer par quinze chemins différents. J’aime bien la façon dont la saison cherche à gérer les répercussions émotionnelles de la puberté sur Adam. Ce qui se passe avec lui est vraiment excellent et une façon de rappeler que The Goldbergs n’est pas une comédie comme les autres et qu’elle fait directement écho à ces comédies familiales qui à une époque aimaient faire évoluer les histoires. Dans une certaine mesure, je retrouve un peu de Malcolm dans The Goldbergs sans pour autant que cela soit le même type d’humour potache. La série a tellement ancré ses personnages dans cette réalité des années 80s, que l’on a l’impression que tout ce qui se passe est la réalité (alors certes, The Goldbergs est grandement inspirée de la réalité puisque sur des vidéos familiales de la vraie famille d’Adam Goldberg) mais c’est toujours plus mignon, toujours plus drôle, toujours plus réussi.

Au fil des années, je crois que The Goldbergs gagne en maturité et gère donc ses personnages et son univers de façon brillante. Il y a donc énormément de belles choses construites autour d’Adam et de son évolution dans cet épisode. Je me demande si toute la saison va donner la part belle à Adam mais globalement, je trouve que le résultat est vraiment bon. Je ne m’attendais pas du tout à quelque chose de différent en même temps. Accessoirement, nous avons Erica. Elle aussi a des choses à nous raconter alors qu’elle a vu la vidéo de « We Are the World ». Pas ce que The Goldbergs a fait de plus hilarant mais il y a là aussi une vraie tendresse que je ne retrouve que dans cette série. C’est l’une des grandes forces de cette série, de savoir gérer les émotions et de les utiliser à bon escient. Car ce n’est jamais trop émouvant, ou trop drôle, c’est une série qui s’équilibre parfaitement du début à la fin. Cet épisode me permet de me rendre compte que cette année The Goldbergs a vraiment choisi de se concentrer sur des duos. Nous avons d’un côté Barry et Erica, de l’autre Adam et bien souvent ses parents. Erica et Barry forment une paire étonnante car c’est pile poil le genre de duo qui aurait envie de se détester dans d’autres comédies.

Certes, parfois ils se chamaillent mais au fil des années, c’est de moins en moins présent. Mais Barry a aussi sa petite histoire alors qu’il a décidé de lancer sa propre organisation de charité, alors qu’il est très intéressé par l’idée d’avoir sa paire d’Air Jordans gratuite. Barry va finir par se rendre compte qu’il a fait quelque chose de mal et va alors rendre l’argent qu’il avait gardé pour ses chaussures. C’était mignon encore une fois de voir Barry et Erica se servir à l’un comme à l’autre. La série a besoin de ce genre de choses là et c’est l’une de ses forces. Finalement, cette saison 3 de The Goldbergs continue de nous offrir de très bons moments de comédie et de tendresse. C’est un équilibre que peu de séries ont pu trouver. Je ne m’attends pas à ce que The Goldbergs réussisse à me séduire à chaque nouvel épisode mais comme l’an dernier, je suis forcé de reconnaitre que The Goldbergs a de vraies qualités et qu’elle les maîtrise plutôt bien dans son ensemble. C’est bien la preuve qu’il y a des choses intéressantes qui se passent là dedans. Si vous n’avez jamais jeté un coup d’oeil à la série, je vous conseille de le faire au plus vite. La première saison est loin d’être le meilleur exemple de ce dont elle est capable mais dès la saison 2 c’est délicieux.

Note : 7.5/10. En bref, encore un épisode réussi pour The Goldbergs.

Commenter cet article