Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Patriot. Saison 1. Pilot.

20 Novembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Patriot

Critiques Séries : The Patriot. Saison 1. Pilot.

The Patriot // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Ce qui est tout de même assez intéressant avec The Patriot c’est sa façon de dépeindre les moyens déployés par le gouvernement pour enquêter secrètement. Si ce premier épisode n’est peut-être pas le meilleur de tous, il n’en reste pas moins intéressant pour ce qu’il raconte sur les personnages et sur notre envie d’en voir encore plus. Car c’est justement ce que j’aime bien avec cette série, j’ai envie d’en voir encore plus malgré un rythme de croisière assez long et lent. Créée par Steve Conrad (Jet Lag, La vie rêvée de Walter Mitty) et Gil Bellows (Three Days in Havana) - plus connu pour être acteur, notamment dans Les évadés -, The Patriot est une série d’espionnage au traitement moderne et original. Elle prend le point de vue d’un personnage qui est en lui-même original et sort du commun. C’est quelqu’un qui dort en attendant d’être activé, qui se retrouve sous couverture à sa façon et son histoire n’est pas aussi facile que l’on ne pourrait l’imaginer. Le fait que la mission de John implique être sous couverture dans une firme américaine. C’est un boulot qui devrait lui permettre de voyager dans le monde, tout cela dans le but de jouer derrière un lobby bien à lui et d’influencer le monde comme le gouvernement l’entend.

John Allerton est un agent secret à la couverture singulière : il travaille pour le Gouvernement !

Son histoire sous couverture commence forcément sur le sol américain et j’ai hâte de voir comment cela va bien pouvoir se développer petit à petit au fil des épisodes. Surtout que tout est installé de façon calme et posée. John doit faire croire qu’il est l’homme qu’il faut pour un boulot avec lequel il n’a aucune affinité de départ. Pour la plus grande partie de ce premier épisode, The Patriot cherche avant tout à nous introduire ses personnages avant même de nous introduire le sujet. C’est un point de vue qui force le respect d’autant plus que cela veut dire que l’intrigue reste encore très floue pendant que l’on en apprend toujours plus sur les personnages. L’utilisation des scènes musicales à la guitare sont elles aussi très importantes afin de rassembler tout le monde, d’attacher le téléspectateur à ce qu’il est en train de regarder et de lui donner envie d’aller peut-être encore plus loin. On retrouve un peu dans The Patriot de ce cinéma indépendant américain. Puis il y a tout un tas d’autres choses comme l’histoire des toilettes qui inspire une certaine tension que The Patriot ne veut jamais relâcher. Il y a des moments tout au long de ce premier épisode où l’on sent que la série cherche à nous dire qu’il faut être stressé devant son écran.

Mais tout est préparé de façon très simple et intelligente. Car le but n’est pas d’en faire des tonnes. Au contraire, The Patriot parvient à préparer le terrain lentement mais sûrement. La tension s’installe donc de façon sous jacente et est souvent suggérée afin de ne pas tout faire exploser tout de suite à l’écran. Au casting, on retrouve Michael Dorman (Wonderland, Serangoon Road), assez convaincant dans le rôle de John. On retrouve également Kurtwood Smith (qui a connu pas mal de déconvenues ces dernières années dans le monde des comédies) et puis l’excellent Terry O’Quinn (Lost) qui s’est peut-être enfin trouver un rôle à temps plein dans une série qui mérite son talent. Et puis il y a la scène à l’aéroport. Là aussi The Patriot ne cherche pas à en faire des tonnes et installe très rapidement la tension autour des personnages. C’est ce genre de choses que j’aime bien, d’autant plus que les conséquences vont être elles aussi assez funs (comme cette scène de lutte qui va se terminer en un immense bain de sang fun-tastique). The Patriot est donc intrigante et ne ressemble à aucune autre série actuellement diffusé, surtout dans le monde de l’espionnage où elle sait être originale, tant de par son point de vue que sa façon d’utiliser le sujet.

Note : 5.5/10. En bref, je suis curieux de voir une hypothétique suite.

Commenter cet article