Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : L’Année Prochaine (2015)

11 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : L’Année Prochaine (2015)

L’Année Prochaine // De Vania Leturcq. Avec Constance Rousseau, Jenna Tham et Julien Boisselier.


Au casting très réussi, L'Année Prochaine est une réflexion intéressante sur ces adolescentes qui ont du mal à voir l’avenir. Constance Rousseau (Tout est pardonné) et Jenna Thiam (Les revenants, La crème de la crème) sont accompagnés de Kevin Azaïs (Les combattants) pour un film qui respire la liberté, sensuelle et sensible. C’est un film qui nous parle de l’avenir du point de vue de l’après adolescence alors que les choses changent drastiquement après le lycée. Cela parle d’amitiés adolescentes et de la façon dont ces amitiés évoluent. C’est avant tout un film très aidé par son casting qui colle parfaitement à l’image que le film veut donner. Mais ce que j’ai aussi beaucoup aimé avec L'Année Prochaine c’est qu’il évite pas mal de poncifs du genre afin de se concentrer sur des choses qui caractérise l’adolescence (et la post-adolescence) sans en faire des caisses (contrairement à À 14 ans qui dans son registre faisait des choses bien différentes). Pour un premier film, Vania Leturcq ne s’en sort pas trop mal, racontant un passage difficile de la vie où l’on passe de lycéen(ne) à étudiant(e). Cette transformation est ce que ce film tente de raconter, de deux points de vue féminins très forts et très intelligents.

Clotilde et Aude ont 18 ans et sont meilleures amies depuis toujours. Leur relation est forte et fusionnelle comme peuvent l’être les amitiés adolescentes. Elle doivent décider ce qu’elles feront l’année prochaine, après le bac. Clotilde choisit de quitter leur petit village pour aller faire ses études à Paris et entraine Aude avec elle. Mais les deux amies vivront différemment leur nouvelle vie …

Ce film porte aussi un regard sur la société de notre époque d’un point de vue éducatif, sentimental mais aussi amical. Car le but est avant tout de raconte réa relation entre Aude et Clotilde, deux amies pour toujours. Ces deux amies se préparent à passer l’année prochaine ensemble sauf que ce n’est pas facile quand on n’est pas aidés. Constance Rousseau et Jenna Thaim me rappellent énormément ce que Mélanie Laurent a tenté de faire avec Respire même si le sujet est complètement différent. On sent que derrière le film de Vania Leturcq se cache un besoin de raconter quelque chose de vécu. Tout le monde a déjà plus ou moins vécu cette expérience des amis que l’on ne va pas revoir après la Terminale. C’est un fait. C’est humain. Mais c’est aussi un film qui raconte d’autres choses, notamment d’un point de vue sentimental alors que les relations de ces deux jeunes filles sont abîmées par la vie. A commencer par Clotilde qui entretient une relation avec Sébastien (incarné par un Julien Boisselier vraiment irritant, comme toujours), professeur. Et puis Aude qui entretient une relation compliquée avec Sébastien, fou amoureux d’elle.

Si le film cherche parfois à en faire un peu trop, ou encore que le rythme s’amenuise à certains moments, L'Année Prochaine reste assez intelligent pour ne jamais sombrer. Le film reste fort, caractériel, grâce à l’interprétation de ses deux héroïnes mais pas seulement. Aussi car les sujets abordés sont universels et qu’ils sont même abordés de façon intelligente, sans jamais en faire des caisses pour rien. Ce n’est pas toujours facile de voir des films nouveaux qui portent un regard sur l’adolescence qui ne nous donne pas l’impression d’être forcé par certains clichés. Du coup, je suis assez content du résultat ici. En un an de vie étudiante parisienne, la vie de nos jeunes amies est au bord de la fin, car les deux jeunes femmes ne se comprennent plus et n’ont plus vraiment les mêmes besoins ou encore les mêmes envies. Tout ce qui est joué ici est mis au service d’un récit, d’une volonté. L'Année Prochaine est donc un premier long métrage réussi pour une jeune réalisatrice belge qui a de l’avenir. Elle démontre dans sa mise en scène ici qu’elle a un regard, qu’elle a envie de mettre l’accent sur certaines choses tout en soignant l’oeil du spectateur.

Note : 6.5/10. En bref, une agréable surprise sur l’adolescence.

Date de sortie : 24 juin 2015

Commenter cet article