Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Welcome Back (2015)

26 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Welcome Back (2015)

Welcome Back // De Cameron Crowe. Avec Bradley Cooper, Rachel McAdams et Emma Stone.


Netflix sait attirer du beau monde tout de même et c’est ce qui s’est passé avec Welcome Back. Cameron Crowe et ce casting associé dans un film, c’est pas mal non ? Mais malheureusement, ce qui aurait dû sonner comme une réussite légère et dépaysante, ressemble à une bonne idée tombée sur un os. Le réalisateur de Jerry Maguire ou encore de Vanilla Sky a été pris ici d’une frénésie que je n’ai pas vraiment compris. Il nous rejoue plus ou moins la carte du dépaysement qu’il avait déjà réussi à utiliser dans Nouveau Départ (2011). Depuis, il n’avait pas fait de film sauf que le problème c’est que l’on sent l’envie : un bon casting, une bonne idée de départ, un budget parfait pour ce genre de films, etc. Mais il y a tout un tas de trucs qui s’enchaînent de façon très étrange dans ce film, notamment car les situations semblent assez irréelles par moment. Mais le film ne partait pas forcément avec le meilleur des atouts alors qu’il a été dénoncé pour son white washing avant même sa sortie. Ce n’est pas comme s’il n’y avait pas d’acteurs hawaïens suffisamment bons pour incarner au moins un rôle important dans ce film. Le pire est certainement le fait que le personnage d’Emma Stone est sensée être suédo-sino-hawaïen. C’est sans compter qu’en faisant quelques petites recherches le studio lui-même a trouvé le scénario ridicule… et le mail a fuité.

Un militaire de renom retourne sur les terres où il a connu les plus grands succès de sa carrière. Alors qu’il renoue des liens avec un amour de jeunesse, il tombe contre toute attente sous le charme d’une militaire de l’Air Force qu’on lui a assigné.

Parfois, de belles choses en apparence ne peuvent pas vendre le fond vide d’un film. Car Welcome Back se vend finalement sur très peu de choses intéressantes, enchaînant les idées sans jamais vraiment les utiliser de façon judicieuse. Les thématiques exploitées sont classiques de la comédie dramatique américaine, cela aurait donc dû être un bon point de départ. Mais non, Welcome Back enchaîne les idées farfelues, les histoires grotesques et les clichés à la pelle, tout cela dans une ambiance qui ne colle pas forcément avec l’idée que je me faisais de ce film au premier abord. Malgré tous les problèmes internes au film, j’avais envie de partir avec l’idée que je vais aimer ce que Cameron Crowe va me proposer. En effet, ce metteur en scène ne m’a jamais vraiment déçu dans mes souvenirs, même son dernier film, souvent décrié comme un nanar ici et là, m’avait plu. Vraiment pas aidé par les critiques américaines assassines du film, ce dernier n’est pas sorti au cinéma dans beaucoup de pays (dont la France où il se retrouve directement sur Netflix…). J’ai donc profité de mes vacances de Noël pour rattraper ce film qui me promettait clairement de me réchauffer.

Mais même la caméra de Cameron Crowe semble perdre de son intérêt. Le réalisateur tombe dans tous les poncifs de la comédie dramatique à l’américaine, en perdant tout ce qui pouvait faire son intérêt ou sa fraîcheur. L’histoire se complexifie pour pas grand chose et finie ainsi par devenir particulièrement ratée. Avec un scénario brouillon, Cameron Crowe s’est dit qu’il pourrait passer à la banque et encaisser un gros chèque sauf qu’il serait peut-être temps pour lui de réfléchir un peu plus. L’aspect comédie romantique ne fonctionne pas car l’alchimie est mal dépeinte au travers du discours de chacun des personnages. Certaines scènes sont même assez étranges alors que le folklore local est lui-même très mal utilisé. On a l’impression que Welcome Back aurait pu être un bon divertissement mais étant donné que l’on passe notre temps à s’ennuyer, je ne suis pas sûr et certain qu’il y ait beaucoup plus à attendre. L’alchimie ne parvient pas à passer, tout simplement. Bradley Cooper et Jennifer Lawrence auraient probablement fait des étincelles. Une trame de fond mal fagoté pour une histoire triviale racontée avec les pieds.

Note : 1/10. En bref, raciste et ennuyeux.

Date de sortie : 15 octobre 2015 - Directement sur Netflix

Commenter cet article