Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Ash vs. Evil Dead. Saison 1. Episodes 8 et 9.

29 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Ash vs Evil Dead

Critiques Séries : Ash vs. Evil Dead. Saison 1. Episodes 8 et 9.

Ash vs. Evil Dead // Saison 1. Episodes 8 et 9. Ashes to Ashes / Bound in the Flesh.


Avec « Ashes to Ashes », Ash vs. Evil Dead démontre qu’elle est capable de faire un peu plus qu’errer et être une sorte d’hommage à une vieille saga d’horreur. Le retour dans la cabane dans les bois est un choix judicieux, d’autant plus que cet épisode revient aussi à ce que Ash vs. Evil Dead a tenté d’incarner au départ. C’est le genre de choses que j’aime bien et qui fonctionne même de façon assez intelligente. L’avantage de cet épisode c’est de faire ressortir les meilleurs atouts de cette série et d’en faire quelque chose de plus intelligent que je n’aurais probablement pu l’imaginer au départ. C’est aussi là que Linda s’avère être un personnage important, incarné par une Rebekah Farrell plus qu’excellente. Au premier abord, cet épisode est beaucoup plus simple que l’on ne pourrait l’imaginer mais c’est beaucoup plus compliqué alors que la structure même de l’épisode cherche justement à être totalement différente. Michael J. Bassett a compris avec le scénario de cet épisode ce qu’il devait faire afin de nous offrir le divertissement que l’on mérite, proche d’un film gore d’Eli Roth et quelque chose de légèrement différent, plus proche de l’univers de base de Sam Raimi.

Une fois que Sam Raimi a laissé le navire à quelqu’un d’autre, je dois avouer que j’avais peur que Ash vs. Evil Dead ne soit pas à la hauteur. Elle a par moment erré entre de bonnes idées et d’autres beaucoup plus étranges et mal utilisées. Le fait est qu’ici, tout se goupille de façon intelligente et le plaisir pris par le téléspectateur l’est tout autant. Cet épisode parvient également à utiliser de façon intelligente Bruce Campbell, ne serait-ce que pour le face à face à la fin de l’épisode qui est un grand moment particulièrement drôle. Son interprétation de Ash dans Ash vs. Evil Dead est de toute façon clairement l’un des éléments les plus intéressants. Je me demande presque pourquoi on lui a collé des personnages secondaires, là pour être des sidekick sans parvenir à faire grand chose pour autant. Bourré de bonnes répliques, cet épisode apporte donc là aussi des éléments pour la fin de la saison et notamment « Bound in the Flesh » qui débute sur nos sidekick qui doivent trouver qui est le vrai et qui est le faux Ash. Visuellement, Ash vs. Evil Dead continue d’être une comédie bien fun avec son côté gore un peu kitch assumé. Cela se voit d’ailleurs très bien dans « Ashes to Ashes » que les conneries sont totalement assumées.

Pour autant, la dualité des personnalités d’As n’est pas quelque chose de nouveau dans Ash vs. Evil Dead. C’est un élément narratif que la série a déjà plus ou moins explosé auparavant, sous une forme différent je veux bien l’admettre. Mais la différent maintenant c’est que Evil Ash est une menace en chair et en os. En donnant aussi à la série l’occasion d’introduire de nouveaux personnages avec « Bound in the Flesh », on se retrouve encore une fois avec tout un tas d’éléments classiques de films d’horreur qui se déroulent dans les bois. Comment ne pas penser notamment à Détour Mortel ou tous les films de ce genre là, plus ou moins mauvais. Même à des productions Eli Roth où le gore est utilisé à profusion. Alors que l’on se dirige petit à petit vers la fin de la saison (il ne reste qu’un épisode après ces deux-ci), l’avant dernier épisode est écrit par un vétéran de la série fantastique : Rob Wright. Ce dernier a notamment écrit des épisodes pour Grimm ou Charmed, ce qui fait de lui quelqu’un qui sait comment ce genre fonctionne. Et l’on pourrait d’ailleurs parler de correspondances intéressantes avec Grimm même si bon, ce qui fait l’originalité de Ash vs. Evil Dead c’est aussi toutes les conneries des personnages.

Sam Raimi était quelqu’un de brillant qui savait comment un film d’horreur devait fonctionner car il avait travaillé le sujet et c’est d’ailleurs cet héritage que l’on retrouve de façon brillante dans Ash vs. Evil Dead. Ce qui est dommage c’est que l’enrobage est bon, mais au delà il manque un petit quelque chose qui aurait probablement pu délivrer un petit plus. C’est sans compter sur l’arrivée au beau milieu de l’épisode de Luce Lawless alors que l’on commence enfin à cerner l’utilité du personnage. Plus le temps passe et plus je me demande si au fond Ash vs. Evil Dead n’aurait pas dû être une simple mini-série, rien de plus car il y a encore une saison 2 après la saison 1 et je me demande bien ce qu’ils vont pouvoir nous raconter sans se répéter…

Note : 8.5/10 et 6.5/10. En bref, oscillant entre de très bonnes idées et de beaucoup moins bonnes, Ash vs. Evil Dead nous embarque petit à petit vers la fin de la saison.

Commenter cet article

Esse 05/01/2016 13:12

"une sorte d’hommage à une vieille saga d’horreur."

C'est plus que ça, c'est un gros clins d'oeil aux films Evil Dead avec le retour dans la même cabane et les effets kitshs de l'époque.
Cela devait faire bizarre à l'équipe de revenir et de ne pas voir Sam Raimi faire le cochon pendu avec sa caméra pour certaines scènes.