Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Fargo. Saison 2. Episode 7.

7 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Fargo

Critiques Séries : Fargo. Saison 2. Episode 7.

Fargo // Saison 2. Episode 7. Did You Do This ? No, You Did It !.


Le couperet est tombé, FX a décidé de renouveler Fargo pour une saison 3. L’inverse aurait été dommage d’autant plus que la qualité de cette série se montre plus que jamais constante. Je trouve même cette saison 2 encore plus réussie que la première, c’est dire à quel point l’intérêt de cette série ne résidait pas dans la façon dont l’intrigue de Fargo le film allait être adapté dans la première saison mais plutôt comment la série allait tenter de raconter quelque chose de différent (mais proche en termes de ton et d’univers) dans une saison 2. Cette série d’anthologie est donc assez fascinante par rapport à la façon dont l’histoire évolue également dans cet épisode. Fargo est une série qui est belle visuellement, à écouter et puis scénaristiquement parlant. Les couleurs sont soignées, la mise en scène un peu morose et le ton hivernal collent là aussi très bien à l’idée que je me suis toujours fait de cette série. Sans compter sur les choix musicaux qui sont eux aussi tous plus soignés les uns que les autres. Cet épisode est intelligent et passionnant, surtout car il fait évoluer l’histoire (notamment Simone) afin de nous délivrer quelque chose d’encore plus étrange, plus mystérieux, plus efficace. Il n’y a pas un moment dans cet épisode où j’ai eu l’impression d’avoir été laissé de côté.

En tant que téléspectateur, le plus important est toujours d’être satisfaits, de rester face à une série intelligible et qui ne nous prend pas pour des agneaux. L’épisode précédent s’était conclu sur ce qui semblait être un cliffangher : des questions posées là sans donner de réponses. Qu’est-ce qui s’est passé chez les Gerhardt ? Qu’est-ce qui s’est passé avec Dodd ? Qu’en est-il de Hanzee et Ed ? Peggy va t-elle s’enfuir ? Cet épisode choisi de nous raconter l’histoire deux jours plus tard. Il y a donc un laps de temps qui est abandonné au profil de l’évolution drastique de l’histoire. L’assaut de Mike chez les Gerhardt va tuer Otto. C’est terrible mais le but n’est pas vraiment de voir la mort d’Otto puisque l’on débute l’épisode avec ses funérailles. Dodd est toujours porté disparu jusqu’à la fin de cet épisode alors que l’on va découvrir en parallèle tout un tas d’autres choses. Les morts commencent à s’empiler petit à petit alors que la guerre entre les Gerhardt et Kansas City semble s’emplifier. Mais c’est justement ce qu’il y a de plus intéressant dans cette saison. Noah Hawley, créateur de cette adaptation de Fargo (et co-scénariste de cet épisode), démontre encore une fois sa facilité déconcertante à proposer un récit riche au milieu de quelque chose qui aurait pu ressembler à une vraie friche de personnages.

Car il y a énormément de choses développées depuis le début de la saison et les personnages sont toujours développés au service de l’intrigue. C’est quelque chose que j’aime beaucoup et qui s’avère être de nouveau satisfaisant dans cet épisode. De son côté, Mike ne va pas forcément très bien. Il a rendu son patron mécontent et son patron n’est pas quelqu’un de très patient. Adam Arkin est très bon dans le rôle du patron de Mike et je dois avouer que je ne m’attendais pas forcément à ce que l’intrigue évolue de cette façon. Mais le résultat est d’autant plus intéressant qu’il m’impressionne. Car Fargo est en train petit à petit de donner une conclusion à ses personnages et leurs intrigues sans que l’on ne s’en rende véritablement compte. Tout est d’une telle fluidité. Je me demande cependant aussi comment Ed a eu le numéro de Mike et ce que l’Undertaker veut vraiment dire pour les trois derniers épisodes de la saison qui arrivent. Ce récit est complexe, riche en rebondissements et j’ai à chaque épisode l’impression de découvrir quelque chose d’autre, de voir une série qui se réinvente constamment avec ses personnages et son univers. C’était déjà perceptible dans la saison 1 mais c’est d’autant plus perceptible ici, peut-être car Noah Hawley a pu se créer son univers à lui avec cette saison, faire ce qu’il voulait probablement faire depuis le début mais qu’il a décidé de garder sous coude afin de faire une adaptation, histoire de rameuter du monde, et ensuite de pouvoir faire la série dont il rêvait.

Note : 9.5/10. En bref, je n’ai rien à redire sur cet épisode si ce n’est que j’ai hâte de voir la suite.

Commenter cet article