Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Legends. Saison 2. Episodes 1 et 2.

21 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Legends

Critiques Séries : Legends. Saison 2. Episodes 1 et 2.

Legends // Saison 2. Episodes 1 et 2. The Legend of Dmitry Petrovich / The Legend of Kate Crawford.


La première saison de Legends était un rendez-vous manqué avec quelques bons épisodes et un héros, charismatique. Sean Bean est capable d’être bon même en lisant en bottin. Du coup, c’était plus ou moins un boulot du même acabit par moment et il restait bon en toutes circonstances. Le seul truc c’est que la saison 1, en plus de ne jamais vraiment rencontré son public, n’était pas à la hauteur des attentes. Avec ce renouvellement, l’idée est de capitaliser sur ce qui a été construit dans la saison 1 et d’en faire quelque chose de beaucoup plus palpitant et efficace. Cette saison est une sorte de reboot de la série tout en reposant sur la même idée de base. Le seul truc c’est qu’en voulant se concentrer sur une « légende » par épisode de façon beaucoup moins sympathique que l’an dernier, Legends est en train de se transformer en série un peu trop mécanique. Dmitry Petrovich est une personnalité intéressante et Sean Bean est parfait dans ce rôle. Cependant, cela fait un peu redite de ce qu’il nous avait déjà habitué à voir l’an dernier. Kenneth Biller, le showrunner de la série a promis un changement et le résultat n’est peut-être pas aussi efficace que je n’aurais probablement pu l’espérer.

C’est sympathique mais disons que cela change tellement de la première saison que l’on a l’impression de subir un peu ce que l’on a subit avec la saison 2 de The Transporter The Series, un reboot qui part dans une direction plus sombre et complètement différente. En changeant la direction de la série, celui qui a travaillé sur Perception tente aussi de lui donner un esprit un peu plus classique, plus procédural alors que le but de Legends était au départ de faire une série plus feuilletonnante. On est tout de même loin de l’idée de Howard Gordon ici. Peut-être aussi est-ce pour cela que la saison 2 est une série complémentaire mais différente de la première saison. Le premier épisode fonctionne notamment au détour de flashbacks se déroulant en 2001 à Prague. Ce sont des passages qui manquent cruellement de saveur, donnant l’impression que tout est fait de façon un peu simpliste. J’aurais peut-être préféré que tout se déroule dans le présent et de façon un peu moins étrange. Car le résultat est que Dmitry Petrovich par exemple n’est pas la légende ce rêve, noyée autour de tout un tas de choses que l’on a l’impression d’avoir déjà vu en mieux précédemment. L’an dernier, Sean Bean et son accent russe avait fait fureur. Être plus original aurait été bienvenu.

D’autant plus que le héros continue d’enquêter, de tenter de retrouver sa véritable identité. La présence de Morris Chestnut s’impose toujours comme une présence nécessaire même si ce n’est apparemment plus trop dans les objectifs des scénaristes. Une fois le premier épisode terminé, on comprend que l’acteur a bien fait de rejoindre Rosewood sur FOX, il a au moins un emploi beaucoup plus fixe. Une bonne partie des personnages de la première saison sont complètement oublié et notamment Crystal (incarnée par Ali Larter). Elle apportait un petit truc en plus mais étant donné que Martin se la joue désormais beaucoup plus solitaire, la série n’a plus de place pour elle. Heureusement tout de même que Martin fait un peu bouger les choses en enquêtant lui-même. Mis à part Tony Rice, le reste du casting est cette année complètement changé. Il n’apporte pas plus de nuance mais le fait de se retrouver à Londres (alors que dans la saison 1 nous étions sur le sol américain) est déjà une très bonne chose. Les scènes d’action sont un poil plus étrangères pour moi. On ne nous donne pas l’impression de faire encore et encore les mêmes choses et c’est une très bonne nouvelle.

Cependant, s’échapper de Londres sans problème alors qu’il s’agit d’une ville ultra surveillée, c’est un peu facile. Non ? Dans « The Legend of Kate Crawford », nous sommes introduit à Aisling Franciosi dans le rôle de Kate Crawford. Elle a une scène, Ilyana dans cette série et sincèrement, si c’est la partie la plus étrange de cet épisode, je me demande ce que cela peut vraiment apporter de neuf. D’autant plus que les flashbacks nous ramenant à Prague en 2001 n’apporte jamais de choses très neuves. Certes, Martin, sous les traits de Dmitry a fait du mal à Curtis et ce dernier compte bien se venger mais cela aurait pu être un peu mieux développé. Steve Kazee est assez convaincant sous les traits de Curtis et j’aime bien ce genre de choses. Finalement, je suis curieux de voir comment cela va évoluer au fil des épisodes même si je ne suis pas encore totalement convaincu.

Note : 5.5/10. En bref, je demande à confirmer.

Commenter cet article