Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 2. Episode 4.

18 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Madam Secretary

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 2. Episode 4.

Madam Secretary // Saison 2. Episode 4. Waiting for Taleju.


Dans l’épisode de cette semaine, Madam Secretary doit gérer une crise autour de son héroïne et du Président. En effet, des photos de nues entre Stevie et Harrison sont en train d’être vendues au plus offrant et Liz doit trouver une façon d’arrêter la vente. Cet épisode vient donc nous parler des problèmes des nouvelles technologies chez les enfants d’aujourd’hui. Ils sont moins sensibilisés sur les photos d’eux nus qu’ils peuvent avoir sur leur portable, sur les photos compromettantes qu’ils peuvent mettre sur leurs profils Facebook, etc. Et ensuite, c’est l’enjeu de gérer des enfants qui sont ceux de diplomates d’un pays. L’histoire de Stevie et Harrison est vraiment intéressante pour ce qu’elle apporte de neuf à la saison. Jusque là, Madam Secretary s’était concentrée sur les histoires entre les Etats-Unis et la Russie. Parfois, ce qu’il y a d’intéressant dans cette série, ce ne sont pas les grands arcs narratifs mais plus les histoires de famille qu’il y a à chaque nouvel épisode. En l’occurence ici c’est parfait pour nous sortir des histoires des trois premiers épisodes pour faire d’autres choses. C’est intéressant de voir la dynamique très différente qu’il y a entre les parents de chacun des enfants.

Liz a une vision des choses, le Président en a une autre. Mais même s’il y a une crise de ce point de vue là, Madam Secretary vient nous rappeler que le problème est peut-être complètement différent. La relation entre le Président et Liz m’a toujours énormément plu, encore plus quand le Président annonce qu’il s’excuse pour avoir mal géré la situation. D’un côté, je comprends la réaction d’un autre côté c’est un peu facile. Non ? Quoi qu’il en soit, le boulot continue et j’ai bien aimé la façon dont Liz a répondu au sujet de l’accrochage qu’elle aurait eu avec Maria Ostrov. Ce n’est pas sa faute si elle était en Russie quand Maria a décidé de prendre le pouvoir. Du coup, Liz a eu une réaction intéressante. Mais le boulot de Liz est en train de changer alors que petit à petit elle semble être poussée hors du cercle de Dalton. Ils se moquent complètement de son opinion désormais sur ce qui doit être fait. J’espère que Liz va se rebeller un peu d’ici la fin de la saison, ce serait tout de même dommage de ne pas en profiter. Surtout que Liz est quelqu’un de pugnace, capable de répondre comme il faut à ce genre de choses. Ce n’est pas toujours facile d’être à la hauteur des attentes quand on est une série comme Madam Secretary mais pour le moment cette saison fonctionne.

Elle parvient à faire évoluer les relations entre les personnages, notamment autour de Liz alors qu’elle est plus ou moins en train d’être écartée de toutes les histoires. Liz ne voulait pas de ce boulot dans un premier temps et le Président Dalton a toujours pensé qu’elle serait excellente à ce poste et dans l’administration. Mais d’un autre côté, maintenant cela semble être différent alors que l’égo du Président semble avoir été touché. Je me demande comment cette jalousie va pouvoir influencer la suite de la saison, des relations avec Dalton et de bien d’autres choses. Liz est quelqu’un d’intelligent qui sait très bien gérer des crises en tout genre. C’est aussi ce qui fait d’elle un bon personnage. Sans compter qu’elle fait les choses dans les règles sans chercher à faire passer les mauvaises idées avant les bonnes. Finalement, ce nouvel épisode de Madam Secretary était très différent de ce que j’avais imaginé au départ alors que l’histoire Russie est en train de passer un peu plus en arrière plan pour le moment. En se concentrant sur une histoire plus familiale cette semaine, la série délivre quelque chose de particulièrement sympathique dans son ensemble et c’est en tout cas pile poil ce que l’on pouvait attendre aussi de la série. Henry de son côté n’a pas grand chose à offrir. Son interview est d’ailleurs un moment un peu simpliste qui ne délivre pas grand chose.

Note : 6/10. En bref, d’autres histoires se développent cette année.

Commenter cet article