Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Marvel's AKA Jessica Jones. Saison 1. Episodes 8 et 9.

13 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Jessica Jones, #Marvel's AKA Jessica Jones, #AKA Jessica Jones

Critiques Séries : Marvel's AKA Jessica Jones. Saison 1. Episodes 8 et 9.

Marvel’s A.K.A Jessica Jones // Saison 1. Episodes 8 et 9. AKA WWJD? / AKA Sin Bin.


Parfois, une série peut être étrange. Elle peut être décevante au premier abord et avoir énormément d’atouts. Plus l’on passe de temps avec elle et plus on en découvre sur les personnages, sur l’univers, sur le fait que l’on est finalement dingue de l’ensemble. A la fin de l’épisode 7 on se retrouvait avec Jessica éprise de Kilgrave dans la maison de son enfance. C’est donc avec une suite logique que cet épisode s’ouvre. Kilgrave est un personnage difficile à cerner mais je crois que « AKA WWJD? » est le premier épisode qui nous permet plus ou moins de comprendre la personnalité, sans pour autant que cela ne justifie ses actions. Bien entendu, c’est tragique que ses parents l’aient transformé en rat de laboratoire quand il était encore enfant mais comme Jessica lui fait remarquer, beaucoup de gens ont souffert quand ils étaient plus jeunes et ce n’est pas pour autant qu’ils sont devenus des meurtriers et des violeurs. Mais si Kilgrave est un personnage qu’il est facile à détester, son enthousiasme charmant fait qu’il est difficile de le détester finalement. Krysten Ritter et David Tennant sont tous les deux au top de leur jeu dans cet épisode. Chacun des deux apporte un petit truc alors que par exemple Ritter n’était pas vraiment mon actrice préférée jusqu’à présent dans Jessica Jones. Elle s’est améliorée au fil des épisodes mais disons que j’ai toujours en tête la comédienne capable de me faire rire et de m’amuser.

Heureusement que Jessica Jones nous permet par moment de passer de bons moments. David Tennant de son côté apporte quelque chose d’un peu plus sophistiqué au personnage qui n’est pas là pour me déranger, bien au contraire. Les deux personnages qu’ils incarnent, Kilgrave et Jessica, nous donnent l’impression que ce sont deux personnages qui ont passé beaucoup de temps ensemble, qui partagent des familiarités et qui au fond, malgré toute la rancoeur, reste mine de rien très attaché l’un à l’autre. C’est donc un épisode qui apporte son lot de passages plus cocasses, permettant d’exploiter les talents de comique de Ritter. Rien que le moment du petit déjeuner était vraiment excellent et démontre à quel point l’humour noir est aussi un point important dans Jessica Jones. Ce n’était pas forcément très visible au départ mais plus le temps passe et plus l’on sent que la série cherche à démontrer ce dont elle est capable. Dans son monde, Kilgrave ne pense qu’à lui et qu’à ses intérêts ce qui délivre forcément énormément de choses intéressantes à l’écran. Cela permet aussi de le confronter à Jessica de façon efficace. Sans en faire des tonnes. Jessica a raison de dire à Kilgrave que ce qu’il a pu faire ce n’est que du viol physique et mental.

Kilgrave ne peut que trouver des excuses de son côté et ce même si ce n’est pas toujours simple à faire. La question est donc aussi de savoir si Kilgrave peut vivre la vie que Jessica aurait envie qu’il vive, celle d’un héros et pas d’un vilain comme il est actuellement. Car Kilgrave est incapable de faire du mal à Jessica et c’est justement cette petite morale qu’il y a derrière qui rend le tout aussi intéressant à mes yeux. La culpabilité de notre héroïne a été l’une des thématiques centrales de cette saison pour le moment et l’on apprend qu’elle s’en veut de la mort de Rêva, Ruben et des parents de Hope, mais aussi pour avoir causé l’accident de voiture qui a tué ses parents. La partie la plus familiale de l’épisode est clairement la plus intéressante car la plus touchante. La série reste sophistiquée et soignée, toujours à plonger au coeur des personnages de façon assez intelligente. Avec « AKA Sin Bin » les choses sont légèrement différentes alors que l’épisode se concentre en partie sur la capture de Kilgrave par Jessica. C’était assez rythmé pour que l’on passe un très bon moment mais après le brillant épisode précédent, apportant de la vitalité aux personnages, l’ensemble fonctionne très différemment. La première partie est la plus intéressante car elle vaut pour ce face à face.

Mais la suite est complètement différente. Je me demande comment Jessica et les autres vont bien pouvoir arrêter Kilgrave maintenant que ce dernier semble être capable des pires choses certes mais surtout d’être impitoyable. C’est la première fois que Kilgrave est le prisonnier de Jessica. Habituellement, c’est plutôt l’inverse. Du coup, cela permet aussi de générer une sorte de vengeance féministe un peu fantasmée. Jessica est déterminée à l’idée de manipuler, battre Kilgrave, tout cela pour qu’il utilise ses pouvoirs devant une caméra et qu’il confesse tout ce qu’il a pu faire de mal. Tout cela est fait dans le but de prouver l’innocence de Hope. Mais Kilgrave est suffisamment intelligent pour savoir ce que Jessica est en train de faire avant même qu’elle ne le fasse. Je trouve ça assez cocasse d’ailleurs et d’un point de vue narratif, cela fonctionne particulièrement bien par rapport à ce que l’on aurait probablement pu imaginer au départ. La série continue d’explorer aussi le passé de Kilgrave dans cet épisode, au détriment un peu de Jessica qui n’a plus grand chose à nous raconter depuis quelques temps (et je trouve là aussi que c’est un peu dommage). Avec David Tennant continuant d’être particulièrement brillant sous les traits de Kilgrave, on en peut s’empêcher de se dire qu’au fond les autres sont beaucoup moins bien exploiter. La dernière partie de l’épisode n’est presque que du torture porn pas nécessairement aussi brillant que l’on ne pourrait l’espérer…

Note : 10/10 et 6.5/10. En bref, du très bon et du légèrement moins bon.

Commenter cet article