Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Nashville. Saison 4. Episode 5.

3 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Nashville

Critiques Séries : Nashville. Saison 4. Episode 5.

Nashville // Saison 4. Episode 5. Stop The World (And Let Me Off).


Je crois que cette année, Nashville est forte pour nous laisser sur un joli petit cliffangher émotionnellement chargé. Juliette n’a eu de cesse de changer d’avis tout au long des derniers épisodes en date mais Avery en a ras le bol (et cela peut se comprendre). Il a donc décidé de donner un ultimatum à sa future ex femme. Soit ils divorcent, soit il l’humilie publiquement. Qu’est-ce que Juliette va bien pouvoir choisir ? Telle est la question. En tout cas, si l’on peut penser que Juliette ait envie de garder son image publique intacte et parfaite, plutôt que de devoir rester à la maison pour s’occuper de Cadence avec Avery dans les parages, je pense aussi que cet épisode changé un peu la dimension et la vision que l’on aurait probablement pu avoir des personnages. Pendant des semaines, tout ce que voulait Avery c’est un signe que Juliette comprend ses problèmes et veut travailler dessus afin de s’en sortir. Et pour la première fois, nous avons un moment où elle reconnait qu’elle a été trop loin. Personnellement, j’ai pensé qu’au moment où elle regarde dans le miroir était l’un des moments les plus forts de l’épisode. C’est à ce moment là que Nashville nous permet de comprendre que Juliette prend conscience de ce qu’elle a fait, de ce qu’elle est devenue et ce n’était pas gagné d’avance.

Mais je pense aussi que c’est un peu trop tard, que le mal a justement été fait depuis un petit bout de temps maintenant. Je pense que l’on peut respecter le choix d’Avery. Il s’est fait tellement avoir par les excuses de Juliette, peu importe combien elles pouvaient être sincère. Voir Avery se montrer plus sévère est une occasion en or pour montrer à quel point les scénaristes savent ce qu’ils veulent avec les hommes de la série. Car les hommes ont eux aussi besoin de démontrer qu’ils sont là pour être bons et pas pour être des larbins. Je veux bien que Nashville soit un peu féministe, mais tout de même cela ne veut pas dire qu’il faille montrer les hommes comme des bêtas ou des cons tout le temps. En tout cas, cet épisode vient de montrer que Avery peut prendre une décision, aussi radicale soit-elle qui va changer les choses. Je pense que les choses vont de mal en pis pour Juliette et je suis persuadé que dans le prochain épisode, cela va devenir encore pire. Mais c’est plein de potentiel. Heureusement que notre diva a ses moments avec Maddie. Cette dernière prouve qu’elle a des choses à raconter et qu’elle ne veut pas rester dans l’ombre.

C’est un choix judicieux pour faire évoluer l’histoire de la saison et de la série par la même occasion. D’un autre côté, plus ou moins coincer le personnage avec Juliette est presque dommage. Ce n’est pas le meilleur modèle que Maddie puisse avoir. Coucher avec Colt dans le bus de tournée de son père ? C’est là aussi un choix aussi étrange que peu compréhensible. Mais les conseils de Juliette à Maddie étaient bons. Colt de son côté est lui aussi bon et là pour la soutenir. Je pense que Nashville avait besoin de quelque chose de ce genre là. Du côté, le reste des intrigues n’a pas de grande importance. Bien entendu que nous avons encore Gunnar et Scarlett (et cela commence à devenir redondant), bien entendu qu’il y a toujours les conséquences de la mort de Beverly (mais je pense que Nashville doit aller de l’avant), bien entendu qu’il y a aussi Layla et Rayna pour des moments un peu plus drôles et tendres, mais est-ce suffisant ? Non. Le truc c’est qu’il manque un je ne sais trop quoi. Finalement, ce tout nouvel épisode de Nashville tente de redistribuer les cartes avec certains personnages et de faire évoluer l’intrigue de façon globale. Il manque encore un truc à Juliette et elle pourrait perdre complètement les pieds dans le prochain épisode.

Note : 6/10. En bref, la série continue dans l’émotion.

Commenter cet article