Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Neon Joe : Werewolf Hunter. Mini-series. BILAN.

12 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Neon Joe Werewolf Hunter

Critiques Séries : Neon Joe : Werewolf Hunter. Mini-series. BILAN.

Neon Joe : Werewolf Hunter // Mini-series. 5 épisodes.
BILAN


Adult Swim est connue et reconnue pour ses comédies complètement barrée. C’est à elle que l’on doit Rick & Morty, Black Jesus, Robot Chicken et j’en passe et des meilleurs. Avec Neon Joe : Werewolf Hunter elle se lance encore une fois sur un terrain glissant au premier abord mais la réussite est belle et bien là. Jon Glaser, à la fois créateur et héros de cette mini-série démontre que ce scénariste de Inside Amy Schumer ou encore Delocated a du talent à revendre. Le pari de Neon Joe : Werewolf Hunter était pourtant assez risqué, notamment car la signature comique est particulièrement et l’univers peut-être un peu trop barré. Bien entendu, Jon Glaser s’amuse comme un petit fou au milieu de cette série alors que l’on sait qu’il est capable de jouer bien d’autres choses que ce genre de rôles aussi. Noen Joe, le héros, est un chasseur de loup-garous et il vient à la rescousse d’une petite ville dans le Vermont : Garrity. Avec des excès en tout genre, le scénario de ces 5 premiers épisodes se tient plutôt bien. C’est souvent drôle par rapport aux conneries que le personnage peut raconter, mais pas seulement. Car cette série nous présente aussi une galerie de personnages tout aussi barrés. C’est un peu le Ash vs. Evil Dead des loup-garous si l’on prend des raccourcis aussi larges.

Neon Joe, chasseur de loups-garous, est un homme au passé mystérieux. Lorsque les attaques de bêtes deviennent de plus en plus fréquentes et mortelles, le shérif de la petite ville de Garrity, dans le Vermont, fait appel au célèbre traqueur luminescent pour sauver la populace.

Mais Adult Swim est connue pour être une chaîne où toutes les formes d’humour sont possibles. C’est peut-être pour cela qu’au fond Neon Joe : Werewolf Hunter est aussi foutraque mais dans le bon sens du terme. En s’inspirant de certaines références visibles : Buffy, Angel, Supernatural, etc. ce n’est pas vraiment ce qui tire Neon Joe : Werewolf Hunter vers le haut. Pourtant, j’adore quand une série sait être méta mais je ne pense pas que cela soit le passage le plus passionnant de cette série. Cette série joue aussi sur la parodie horrifique jusqu’au bout, tendancieuse par moment, mais terriblement fun et efficace à la longue. La série fait des détours, le tout dans une ambiance relativement conceptuelle, nous permettant finalement d’aller beaucoup plus loin que des prémices assez faciles. La série parodie, à tout va certes (car même Walker Texas Ranger passe à la machine à parodies) mais ce n’est jamais fait de la mauvaise façon. C’est tellement absurde comme série qu’elle s’appuie justement là dessus afin de nous faire rire. Le casting est bourré de bonnes surprises, surtout car ils sont tous là pour voler un peu la vedette au héros. Glaser a l’occasion de se mettre en avant mais son casting secondaire par la même occasion.

Nous avons aussi la Mairesse de cette ville incarnée par Stephanie March (Law & Order : SVU), qui est une agréable surprise. Surtout que l’on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre. Cette série est capable de tellement de choses différentes. Le héros est quelqu’un d’assez flexible dans le sens où il s’adapte à toutes les situations de façon assez intéressante. La série apparaît donc comme un délire, pas nécessairement sous acide comme peut l’être une Rick & Morty mais Jon Glaser s’amuse et je pense que c’est le plus important. De plus, le casting est vraiment réussi et pas seulement pour Jon Glaser qui s’est écrit un rôle à la hauteur de son talent, mais aussi car les autres membres sont sélectionnés avec choix. Pour une série aussi sympathique comme Neon Joe : Werewolf Hunter je pense que l’on peut faire l’effort de jeter un coup d’oeil. C’est une série de niche, qui va forcément avoir du mal à trouver son public (peut-être aussi car l’humour est un genre particulier qu’il est difficile d’accorder à toutes les envies) mais au fil de ces 5 épisodes l’univers grandi et se développe afin de nous démontrer qu’au fond il y a de la suite dans les idées. Je doute qu’une saison 2 voit le jour quand on voit la façon dont Neon Joe : Werewolf Hunter évolue et s’achève mais peu importe, le plaisir de ces 5 épisodes est ce que j’ai envie de retenir.

Note : 6.5/10. En bref, agréable petite surprise barrée.

Commenter cet article