Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Please Like Me. Saison 3. Episodes 3 et 4.

2 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Please Like Me

Critiques Séries : Please Like Me. Saison 3. Episodes 3 et 4.

Please Like Me // Saison 3. Episodes 3 et 4. Croquembouche / Natural Spring Water.


Quand la première saison de Please Like Me était diffusée, je dois avouer que je ne m’attendais pas du tout à ce que la série soit renouvelée et qu’elle ait droit à une saison 3. C’est d’autant plus inespérée que malgré le succès critique, Please Like Me reste une série étrange avec laquelle chacun a une relation différente. Au fil des épisodes de cette saison je me suis rendu compte du fait qu’il est difficile de savoir ce qui se passe dans la tête de Josh Thomas. Prenons l’exemple du coming out d’Arnold à la fin de l’épisode 3.02. C’était déjà un moment assez important mais la série cherche à en faire un autre type d’évènement avec cet épisode. « Croquembouche » est d’ailleurs un épisode particulièrement drôle, qui capitalise sur un évènement important dans la vie d’Arnold (le coming-out) et tente d’en faire quelque chose de différent. D’autant plus que derrière tous les éléments parfois un peu allégorique que la série met en scène, il y a des tas de bonnes surprises. Le coming out est la scène la moins drôle (à raison), d’autant plus quand Bruce, le père d’Arnold dit « You haven’t had much to say, have you, Josh? ». Si Josh est du genre à faire des blagues de n’importe quoi, pour une fois il reste silencieux et c’est certainement ça qui a un impact encore plus important que le reste. Car Josh est silencieux, respecte le moment alors que généralement il est plutôt là à se moquer, à appuyer où cela fait mal. Maladroitement certes.

Bruce est un personnage important tout de même car son point de vue est totalement différent. On sent dès le début de l’épisode que Please Like Me cherche à gérer les conséquences sans pour autant vouloir en faire des tonnes non plus. C’est un coming out, il n’est pas plus important que celui de n’importe qui d’autre mais cela reste aussi étrangement l’un des moments les plus importants de la saison. « Croquembouche » aurait pu être un épisode raté, encore plus que Josh Thomas avait choisi d’être drôle à ce moment qui n’était pas son moment. Arnold et Bruce sont les héros de ces moments là, Josh reste donc à sa place, derrière les autres. Mais c’est un épisode d’autant plus sévère qu’il parvient à générer des émotions vives. C’est l’une des forces de Please Like Me, de savoir toujours où appuyer afin que le téléspectateur qui a ri pendant 20 minutes fonde en larmes. C’est arrivé lors des deux premiers épisodes de cette saison où l’humour se fait ressentir et tout d’un coup, à la fin de l’épisode on veut nous offrir une grosse gifle d’émotions et j’ai craqué. Si le père d’Arnold n’est pas forcément très heureux d’apprendre que son fils est gay, la mère, Donna, est beaucoup plus calme.

Je peux comprendre que pour les familles ce n’est pas toujours facile d’accepter l’homosexualité de ses enfants. Je ne peux même pas dire ce que cela pourrait impliquer pour ma famille étant donné que j’ai fais le choix de ne pas encore leur en parler. Non pas par non envie, juste car leur réaction pourrait influer sur ma vie actuelle. On pourrait qualifier cela d’acte lâche, de calculer le « mensonge » de ne pas avouer simplement car je n’ai pas envie de perdre un certain confort de vie. Pour en revenir à cet épisode, Donna est donc beaucoup plus calme avec son fils que Bruce ne peut l’être. Elle va même le prendre dans ses bras et lui dire « I’ll give you some money. Go stay at Josh’s for a while. Be as gay as you like. Shower yourself in dick and glitter » et c’est forcément touchant. Il y a aussi la scène où Josh essaye l’alliance de la mère d’Arnold et qu’il ne peut pas la retirer. Ce moment, cocasse, est une occasion en or de détendre l’atmosphère et de permettre aussi aux personnages de respirer un peu. Josh Thomas a toujours su faire de ce genre de choses dans sa série et je dois avouer que j’adore. Arnold a peur dès que Josh ne peut pas enlever l’alliance et tente de faire en sorte de taire la chose, comme il l’a fait avec le gâteau qu’il a amené pour sa petite fête.

Arnold ne sait pas comment gérer une telle situation et Please Like Me en fait quelque chose d’assez grandiose. Mais « Natural Spring Water », l’épisode suivant, est beaucoup plus intéressant. J’aime bien la façon dont cet épisode parvient à développer un peu plus l’histoire des personnages et de la saison tout en rappelant aussi de bons personnages comme Ella (incarnée par Emily Barclay) ou Alan et Mae, sans parler de Tom (qui est sous influence de MDMA). Cet épisode s’associe à tout un tas d’éléments comiques et dramatiques qui font la force de cotre série. Les dialogues sont soignés, choisis au poil et l’on a l’impression de voir une série légèrement différente encore une fois. D’autant plus que chaque phrase résonne, chaque personnage parvient à faire évoluer une vague de dialogues de façon intelligente et soignée. C’est justement parfait et inattendu. D’autant plus que Please Like Me nous offre un épisode qui sort presque du lot tout en restant attaché à ce que la série sait faire depuis le début. C’est un paradoxe étonnant mais qui sied à merveille à Please Like Me. J’aime bien la façon dont Arnold fait ami-ami avec Tom par exemple. C’est le meilleur ami de Josh mais c’est aussi son ami maintenant. Ou travers du baiser entre Josh et Arnold, d’Alan et Mae qui rompent et Ella, il y a énormément de mélancolie dans cet épisode.

C’est là aussi un choix judicieux d’un point de vue narratif, qui permet à la série de nous rappeler à quel point elle est capable de faire des tas de choses originales et intelligentes. Tout devient rapidement beaucoup plus clair et « Natural Spring Water » est l’occasion de s’amuser avec les personnages et leurs émotions. Chacun a quelque chose à raconter mais surtout une vision bien à lui des choses. Il y a aussi quelque chose d’un peu immature parfois, surtout car Josh est quelqu’un immature (et c’est ce qui fait son originalité et l’intérêt du personnage). Ecrit et réalisé (oui) par Josh Thomas, cet épisode est la preuve que Josh Thomas est l’homme derrière Please Like Me, celui qui comprend le mieux ce qu’il voulait faire de ces personnages et de l’univers parfois allégorique de la série. Mais toujours sombre derrière son humour car la série a beau tenter de montrer un visage joyeux cette année, elle a la plupart du temps été une série sombre sur la vie et la difficulté de vivre.

Note : 9/10 et 10/10. En bref, la série continue de parler de sujets difficiles à sa façon, avec humour et allégories.

Commenter cet article