Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Satisfaction. Saison 2. BILAN.

28 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Satisfaction

Critiques Séries : Satisfaction. Saison 2. BILAN.

Satisfaction // Saison 2. 10 épisodes.
BILAN


La première saison de Satisfaction était satisfaisante à sa façon. C’était léger et puis pas si bête que ça. Le problème maintenant c’est qu’il fallait faire une saison 2 et je crois que les scénaristes n’ont pas vraiment compris ce qu’ils devaient mettre dedans. A jongler entre des idées sulfureuses (sans les mettre en scène à l’écran) et des intrigues romancés à la façon d’un mauvais soap des années 70, je dois avouer que je suis terriblement déçu. Où est passée la fraîcheur de la première saison, le ton léger et l’esprit coquin ? On se retrouve ici avec une série bien installée dans ses pantoufles qui n’ose rien de neuf et se contente de reprendre des choses vues dans la saison 1, des personnages qui n’ont plus rien à raconter, etc. En somme, Satisfaction n’a plus rien du tout à nous offrir. Tout au long de la saison on a l’impression que les schémas se répètent encore et encore quitte même à devenir pathétique. L’épisode 6 si mes souvenirs sont bons avec cette histoire de soirées fétichistes c’était le summum du mauvais goût. En grande partie car cela n’apporte rien et que l’on a toujours l’impression que Satisfaction créée des barrières autour de notre couple héros de façon ultra artificiel. Tout part de façon très intéressante et puis finalement c’est devenu très rapidement un grand bazar où la série expose des choses sans grand intérêt.

Le début de la saison 2 nous fait aussi rapidement comprendre que le monde de la saison 1 a presque totalement disparu et que le but cette année sera de suivre les personnages dans des configurations toutes plus variées les unes que les autres. Le ton de Satisfaction a complètement changé et la relation entre Neil et Grace se devait de connaître de nouveaux enjeux suite à la révélation des secrets. Si c’est une idée intéressante et que le premier épisode parvient difficilement à nous offrir quelque chose d’assez sympathique, je trouve dommage que Satisfaction n’aille pas plus loin que le bout de son nez. Car c’est clairement à quoi cette série est en train de me faire penser, qu’elle est fainéante et ne va pas au bout des choses, peut-être par peur de bousculer les téléspectateurs mais je suis persuadé qu’un changement de ton ne devait pas s’accompagner d’autant de niaiseries. Sur le papier, Satisfaction semblait très mauvaise lorsqu’elle a été lancée et puis finalement c’était quelque chose de vraiment intelligent sur la crise de la quarantaine, sur le fait de devoir pimenter sa vie sexuelle afin de retrouver un certain éclat, une passion dans un couple qui bat de l’aile et qui n’a plus l’occasion de passer des moments intimes. C’est quelque chose qui arrive souvent dans beaucoup de couples mais ce que je trouve d’intéressant avec Satisfaction c’est justement cette remise en cause des choses qui fonctionne très bien.

Puis la saison 2 est arrivée, brisant complètement les bons ingrédients de la saison 1 et émiettant des intrigues secondaires de seconde zone. Il n’y a rien de brillant et encore moins d’efficace dans ces dix épisodes. Surtout une fois passé le premier épisode qui reste probablement le plus efficace et intéressant de tous. Je ne vais pas vous parler du dernier épisode de la saison, un lot d’idées sur-utilisées au fil des épisodes qui n’ont pas vraiment fonctionné. C’est ainsi qu’une bonne petite série sans prétention est devenue quelque chose de complètement différent et d’assez mauvais. Je sais bien que le cap de la saison 2 est souvent difficile à passer pour une série mais je crois que j’aurais très bien pu survivre sans cette saison 2. La saison 1 formait un tout, quelque chose d’uni avec un début, un milieu et une fin qui appelait (sans obligation) une suite. J’étais curieux de voir ce qu’ils pouvaient faire de plus avec Neal et Grace et je me suis rendu compte ici que Grace est finalement une femme soumise et niais qui nous fait croire à son émancipation sans que cela ne soit percutant. Notre Adriana est de retour pour être la femme folle, capable des choses les plus perfides sauf que cela n’a de perfide que l’apparence étant donné que la série délivre quelque chose d’assez maigre et ridicule dans son ensemble.

Note : 2/10. En bref, comme passer d’une bonne saison à une saison 2 catastrophique ? Appelez les scénaristes de Satisfaction, ils sauront vous donner des conseils.

Commenter cet article