Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Superstore. Saison 1. Pilot & Episode 2.

2 Décembre 2015 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Superstore

Critiques Séries : Superstore. Saison 1. Pilot & Episode 2.

Superstore // Saison 1. Episodes 1 et 2. Pilot / Magazine Profile.


Depuis l’arrêt de The Office, les comédies de bureau ne sont plus aussi tendance qu’avant. Mais Brooklyn Nine-Nine, qui est encore en vie, démontre que ce genre a encore de belles années devant lui. Mais NBC veut sa part d’un gâteau qui ne séduit plus tellement avec Superstore. Cette comédie se déroulant dans un … superstore ou « grand magasin » en français nous plonge dans une aventure assez sympathique et rigolote sans pour autant être particulièrement surprenante non plus. Ces deux premiers épisodes démontrent surtout que même si Superstore n’est pas mauvaise, elle n’est pas brillante non plus. Personne n’attendait cette série et je pense que personne ne va l’attendre dès qu’elle va débarquer en janvier. Justin Spitzer, ancien scénariste de … je vous le donne en mille : The Office, débarque donc à la tête d’une comédie qui sied bien à ce genre de scénaristes. On laisse de côté le mockumentary pour un voile beaucoup plus single cam classique que NBC n’a de cesse de produire ces dernières années. Je ne vais pas dire que je ne suis pas déçu car je le suis. Ces deux premiers épisodes manquent un peu d’originalité et de ce sel qui faisait de The Office une comédie intéressante. Loin de moi l’idée de comparer les deux étant donné qu’elles ne fonctionnent pas vraiment sur le même terrain mais l’introduction de The Office était plus intéressante que celle donnée par Superstore.

Les drôles de mésaventures des employés d'un grand magasin. Des débutants aux yeux qui brillent aux vétérans ayant déjà tout vécu, en passant par les employés d'été paumés et les managers déterminés, ils affrontent "en famille" les soucis du quotidien inhérents à la gestion d'une grande surface.

Si mon ton à l’air défaitiste et dramatique, Superstore reste cependant agréable à suivre si l’on n’a rien d’autre à regarder. Avec la multiplication des séries, je ne sais pas si j’ai vraiment de la place pour regarder la suite de cette petite comédie. Elle a du charme, notamment car ses personnages sont attachants et qu’ils sont ce côté feel-good mais je n’ai peut-être pas envie que de ça, j’ai aussi envie de mordre dans une série qui a un peu plus à nous offrir que des personnages sympathiques, peut-être un peu filiformes que l’on a l’impression d’avoir vu ailleurs (pas forcément en mieux, mais avant ailleurs). On retrouve alors des éléments classiques de la comédie de bureau, entre le flirt, les blagues potaches et puis les moments du personnel. Par certains aspects j’aurais presque préféré que Superstore s’inspire un peu plus de Trollied (une série britannique de Sky qui en est actuellement à sa 5ème saison). Les intrigues des personnages sont assez correctes mais là aussi ce n’est pas aussi transcendant. Je m’attendais à ce que Superstore soit beaucoup plus fun, peut-être car j’ai des souvenirs d’une America Ferrara plus drôle dans Ugly Betty.

Mais le casting de Superstore est réussi. Outre cette jeune actrice que j’aime bien, on retrouve Ben Feldman, Colton Dunn et Lauren Ash. Rien que de ce point de vue là, on peut dire que c’est agréable mais je reste persuadé que Superstore manque d’un peu de punch. Les idées sont bonnes mais il va falloir délivrer du gag plus mémorable. Je pense que Superstore pourrait bien délivrer des choses différentes, surtout que The Office était excellente (notamment dans sa façon de créer des cold-open originaux et efficaces). Finalement, après 2 épisodes on ne peut pas forcément se faire une grande idée de ce que représente Superstore. Elle se cherche encore un peu, sans pour autant pousser le tout de façon un peu plus forte. Ce qui est tout de même regrettable c'est que NBC n’ait pas réussi à avoir avec Superstore ce que FOX a eu avec Brooklyn Nine-Nine, un retour aux sources de ce qu’a été la comédie des années 2000 (puisque Brooklyn Nine-Nine reste au fond un peu Parks & Recreation dans la police). Certains ont décrit Superstore comme Chuck sans les histoires d’espionnage. Je ne pense pas que cela soit véritablement ça non plus d’autant plus qu’il y a une volonté de faire quelque chose et cela se ressent.

Note : 4.5/10. En bref, ce n’est pas brillant, ce n’est pas hilarant, mais étrangement cela pourrait être sympathique… si la série fait des efforts.

Commenter cet article