Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Blue Bloods. Saison 6. Episodes 7 et 8.

25 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Blue Bloods

Critiques Séries : Blue Bloods. Saison 6. Episodes 7 et 8.

Blue Bloods // Saison 6. Episodes 7 et 8. The Bullitt Mustang / Unsung Heroes.


Ce n’est pas forcément facile d’être une série comme Blue Bloods dans le sens où au centre de la série nous avons une famille éclatée dans diverses intrigues et donc dans divers lieux de la ville. Parfois, tout est lié et souvent ce n’est pas vraiment le cas alors la série tente de trouver des moyens pour associer tous les personnages de cette dynastie Reagan. Que cela soit lors d’un dîner de famille ou bien d’autres choses encore. La famille cela reste quelque chose de compliqué et encore plus quand le business familial est la justice. « The Bullitt Mustang » permet à Erin de faire face à Frank autour d’une histoire de tradition de la NYPD : régler le cas des tickets de parking. C’est vieux comme le monde, on a un ami policier et puis l’on fait sauter quelques PV. J’aime bien la façon dont la série parler d’un sujet complexe qui perdure depuis des années au sein de la NYPD (et dans d’autres villes et accessoirement d’autres pays). En effet, quand on a un ami ou un membre de la famille dans la police, c’est facile de faire sauter des PV de stationnement. Sauf qu’il est temps de changer tout ça et d’arrêter de le faire impunément. Si Frank est assez furieux, au fond cela peut se comprendre et je trouve que le résultat est même assez étonnant.

Erin va aussi apprendre à ses dépends que ses collègues ne lui font pas confiance. C’est d’autant plus intéressant que la série questionne là aussi l’intégrité du personnage. Est-elle capable de mettre ses sentiments, ses liens familiaux, etc. de côté dans cette affaire ? Erin semble avoir de plus en plus de mal à tout concilier dans son boulot, un peu comme Frank avec le sien. C’est quelque chose que j’aime beaucoup, d’autant plus que les autres personnages de la famille Reagan vont avoir aussi leur mot à dire Jamie (accompagné d’Eddie) notamment. Bien entendu, Blue Bloods pourrait faire encore plus et creuser le sujet autrement mais l’épisode trouve de bons arguments et parvient à les développer à sa façon. Du côté de Danny et Baez, ils vont se retrouver avec une affaire de Ford Mustang volée du film de Steve McQueen : Bullitt. Je ne connais pas du tout ce film mais je dois avouer que j’ai presque envie de le voir grâce à cet épisode. L’épisode rend hommage sans vraiment rendre hommage et le résultat est d’autant plus réussi. Avec « Unsung Heroes », la série nous apporte une histoire totalement différente alors que le serial-killer Thomas Wilder est de retour. Le retour de ce tueur emblématique est une occasion pour Blue Bloods de rappeler aussi un peu de son histoire et surtout de l’histoire de Danny.

Car c’est Danny qui se retrouve au centre de cet épisode, hanté par un tueur qu’il n’a pas encore arrêté. Thomas est un personnage intéressant aussi par rapport à ce que Blue Bloods tente de faire de lui. La mère de Thomas par exemple était aussi étrange que son propre fils, surtout quand elle explique comment son fils aimait jouer avec des animaux morts quand il était enfant. Quelle mère pourrait laisser son enfant devenir un tel monstre ? Je me le demande vraiment. Le pire est peut-être quand la mère de Thomas dit que ce dernier adore tuer des choses, ce qui n’est pas forcément très rassurant pour autant. C’est donc en creusant un peu plus la personnalité de certains personnages et en offrant un épisode rythmé que « Unsung Heroes » délivre quelque chose de très classique mais efficace. Cela permet aussi de développer un peu plus l’histoire personnelle de Danny avec sa femme. J’aime bien la façon dont Blue Bloods est en train de traiter cette affaire même s’il n’y a pas énormément de choses surprenantes pour autant. Disons que le but de cette série n’a jamais été de surprendre non plus, juste de nous raconter des histoires policières réalistes.

Même l’histoire de Frank développée en parallèle était pas mal du tout. C’est pour cela que Blue Bloods est pour moi une bonne série policière, car elle est éclectique dans sa façon de traiter les choses et d’organiser l’univers des personnages. Personne n’est utilisé de la même façon, parfois dans la même intrigue ou pas forcément.

Note : 7/10 et 6.5/10. En bref, deux solides épisodes de Blue Bloods.

Commenter cet article