Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Elementary. Saison 4. Episodes 6 et 7.

12 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : Elementary

Critiques Séries : Elementary. Saison 4. Episodes 6 et 7.

Elementary // Saison 4. Episodes 6 et 7. The Cost of Doing Business / Miss Taken.


Il y a des tas de choses intéressantes dans Elementary mine de rien et c’est aussi pour ça que j’apprécie cette série mais je pense qu’elle doit aussi prendre un peu conscience du fait qu’elle ne peut pas laisser John Noble errer ainsi dans une série qui ne semble pas vraiment savoir quoi faire de lui. Si cette situation m’exaspère un peu, ces deux épisodes ont suffisamment de bonnes idées pour ne pas nous donner trop de mauvaises impressions. Du coup, « The Cost of Doing Business » était un épisode classique pour Elementary avec ses rebondissements classiques et son affaire déroulée de façon classique. Il n’y a rien de surprenant là dedans, juste une sorte de petit divertissement sans prise de tête qui nous permet tout de même de passer un bon moment. L’arrivée de Morland dans l’univers d’Elementary était une très bonne idée même si pas toujours utilisée de façon judicieuse. Disons que j’ai encore un peu de mal à cerner où est-ce qu’ils veulent en venir et c’est dommage de ne pas utiliser mieux Morland alors que John Noble est quelqu’un qui est bourré de talent. Mais au delà de ça, Morland Holmes a su se faire une vraie place aux côtés de son fils.

C’est peut-être ça la réussite finalement pour Elementary. Le cas de la semaine n’est pas brillant. Il n’y a rien de surprenant dedans et cela manque tout de même d’un poil d’idées. L’ouverture de l’épisode est formelle, basée sur ce que Elementary a pour habitude de faire, ce qui est presque un peu fainéant de la part de la série. L’épisode était donc dans son ensemble un peu chaotique par moment alors que l’on a l’impression que finalement certaines bonnes idées sont sous exploitées derrière la volonté de faire un cas ultra classique et procédurier. L’épisode suit donc Morland aussi peu importe où est-ce qu’il va, ce qui donne aussi parfois l’impression que Elementary est en train d’oublier qu’il n’y pas que lui dans la série (et l’utilisation des autres personnages est toujours aussi chaotique). Du coup, Morland semble plus ou moins piégé entre les besoins narratifs de la série et quelque chose d’un peu différent. Mais le travail le plus intéressant n’est pas celui fait avec Morland, qui justement est un personnage décevant à mon goût c’est plutôt Sherlock, le héros. C’est lui qui sert au mieux le récit finalement et qui a de vrais impacts sur la narration de la série. Alors qu’il doit tenter d’accepter son père à nouveau dans sa vie (ce qui ne se fait pas sans peine).

A côté de ça, Joan est un peu accessoire dans le sens où elle ne sert pas autant le récit que lui. Dans un sens, Jonny Lee Miller et John Noble font du bon boulot tous les deux en tant que membres de la même famille mais au delà de ça, je trouve que Elementary ne fait pas grand chose pour utiliser cette jolie alchimie. J’ai beau dire pas mal de choses sur le fait que cet épisode est décevant, il n’en reste pas moins assez agréable dans son ensemble. « Miss Taken » apporte de son côté quelque chose de légèrement différent tout en restant encore une fois un peu figée et statique à mon goût. Elementary a l’avantage d’être très rarement mauvaise. En effet, je me souviens rarement d’avoir trouvé des épisodes mauvais au point de me poser des questions sur la légitimité de cette série sur Sherlock Holmes. Pourtant, ce n’était pas gagné au départ. Et puis il y a tout de même 24 épisodes par saison, ce qui n’est pas le meilleur moyen de faire des saisons ultra rythmées à chaque épisode. Mais aussi, parfois la série peut être un peu meta sur les bords, ce qui n’est pas une mauvaise chose. Au contraire, je trouve que c’est un aspect assez sympathique de l’univers d’Elementary, utilisé de façon ultra mature.

C’est un épisode qui gagne des points grâce à sa façon de gérer une intrigue très classique. Avec la présence de Kathryn Erbe (New York Section Criminelle), qui manque tout de même un peu à la télévision américaine (policière), Elementary démontre aussi sa capacité à créer de jolis moments mêlant émotions et cas policiers. Toute l’histoire de Cassie par exemple a réussi à être un peu plus originale que l’intrigue policière de l’épisode précédent, ce qui m’a permis de passer un agréable moment de ce point de vue là. Le seul souci de cet épisode c’est que le reste passe un peu plus au second plan. L’intrigue secondaire de Joan dans cet épisode est aussi directement liée à l’idée narrative de l’épisode. L’idée narrative de cet épisode casse aussi un peu certains trucs qui donnent parfois l’impression de voir une série qui ne sait pas dans quelle direction aller. Cette saison 4 a beau ne pas être la meilleure de toutes pour le moment, je trouve aussi qu’elle a réussi à intégrer au moins un personnage (même si Morland est très loin d’être bien utilisé à mon goût).

Note : 5.5/10 et 6/10. En bref, du Elementary correct, sans briller mais efficace malgré tout.

Commenter cet article