Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Instinct. Saison 1. BILAN (France).

8 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Instinct

Critiques Séries : Instinct. Saison 1. BILAN (France).

Instinct // Saison 1. 2 épisodes.
BILAN


En 2004, Olivier Sitruk jouait dans une série appelée Jeff et Léo, flics et jumeaux sur M6. La série avait été arrêtée après 2 saisons deux années plus tard et pourtant, les audiences n’étaient pas forcément mauvaises. Après avoir fait quelques passages à droite et à gauche dans plusieurs séries ou films, Olivier Sitruk est de retour dans une série où il joue encore le rôle d’un jumeau. Si la configuration est légèrement différent, Instinct n’est pas aussi sympathique non plus. Derrière cette série se cache des inspirations en tout genre, de Mentalist (jusqu’à la musique) à ces séries de consultants. Mais ce n’est pas si bête que ça de jouer la carte du remplacement durant quelques jours. Mais Mathieu Kowalski n’est pas Patrick Jane et c’est bien le problème. Cela ne veut pas pour autant dire que Instinct est mauvaise, juste qu’elle n’offre rien de véritablement neuf dans le monde des séries policières françaises. Créée par Richard Berkowitz (Jeu de Dames), Franck Ollivier (Taxi : Brooklyn, Jo) et Nicolas Douay (Jeu de Dames), Instinct est créée par des gens qui ont déjà écrit des tas de séries policières classiques et françaises de Brigade Navarro à Taxi : Brooklyn. On retrouve d’ailleurs les tics des séries policières françaises un peu légère et parisiennes.

Mathieu Kowalski, 35 ans, joueur de poker fantasque, doit remplacer pour quelques jours et au pied levé, son frère jumeau, Thomas Kowalski, flic parisien. Mais ces quelques jours vont se transformer en bien plus lorsqu’il découvre que son frère n’est pas aussi intègre qu’il y paraît. Il va non seulement devoir endosser son activité de flic mais également sa vie toute entière… Entre l’ex-femme de son frère, le jeune fils et Sybille Paoli, sa coéquipière, ou encore ses "nouveaux" collègues, qui découvrira qu’il n’est en réalité pas Thomas Kowalski ?

Le seul vrai avantage d’Instinct c’est d’être une comédie policière. Cela change de toutes ces séries policières dramatiques qui se concentrent sur les émotions avant de se concentrer sur le côté sympathique de ses personnages. Du coup, Olivier Sitruk tente de donner corps dans ces deux épisodes à un personnage qui a vraiment le potentiel de devenir attachant. Le seul problème, c’est que ce n’est pas aussi efficace que l’on aurait probablement pu l’espérer. Olivier Sitruk s’en donne à coeur joie, pompant sur son homologue américain dans sa décontraction légendaire et sa capacité à résoudre des affaires sans problème. Cette légèreté que la série tente de nous offrir n’est pas si mauvaise, c’est juste que Instinct a de bonnes idées mais un ton trop passe partout et des personnages secondaires qui manquent cruellement de corps. Je pense à la coéquipière, à l’ex femme, au jeune fille, etc. Ce sont des personnages qui n’habillent pas très bien la série même si Charlie Nune par exemple n’est pas mauvaise dans le rôle de Paoli la coéquipière. On peut tout de même saluer l’envie de TF1 de proposer des séries policières un peu différentes même si au fond, elle reste très proche de ce qui fonctionne sur cette chaîne (Mentalist, Unforgettable, etc.) dans le comique et la légèreté.

Dans le genre grand public, accessible et populaire, c’est plutôt réussi. Si le ton est passe partout, je pense aussi que le problème c’est le manque de scènes d’action. Le rythme n’est pas toujours donné par les scènes les plus cocasses alors forcément, il faut un peu d’action et cela n’arrive pas suffisamment souvent. C’est sans compter que l’idée de jumeau n’est qu’une pirouette scénaristique qui ne fonctionne pas aussi bien que l’on aurait probablement pu l’espérer. Contrairement à Jeff & Léo, flics et jumeaux, Instinct est un peu plus recherchée, mais la mythologie sur les jumeau reste tout de même un peu too-much à mon goût. Ce n’est qu’une façon de gérer une intrigue secondaire tout au long de deux épisodes (et plus encore si jamais TF1 décide de commander plus d’épisodes, ce qui ne devrait pas être trop difficile si le succès est au rendez-vous). Les deux affaires traitées dans ces deux épisodes ne sont pas non plus exceptionnelles. Finalement, là où Instinct est ratée c’est le générique. Il casse complètement l’ambiance. Cette musique qui donne l’impression de voir un nouvel épisode de Clem ou Camping Paradis me fait encore rire. Comment peut-on faire un générique aussi incohérent par rapport à la série en elle-même.

Note : 5/10. En bref, pas ultra mauvais, mais pas brillant non plus. Une idée qui prend le large pour laisser place à une certaine routine.

Commenter cet article