Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Limitless. Saison 1. Episodes 12 et 13.

22 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Limitless

Critiques Séries : Limitless. Saison 1. Episodes 12 et 13.

Limitless // Saison 1. Episodes 12 et 13. The Assassination of Eddie Morra / Stop Me Before I Hug Again.


Je pense que les scénaristes de Limitless ont compris que de toute façon la série n’était pas vouée à être une grande réussite en termes d’audience. Du coup, on sent qu’ils se lâchent toujours autant dans la narration et se sont libérés des carcans CBS-iens des débuts. Pourtant, il y a avec ces deux épisodes à la fois ce que Limitless peut faire de mieux et de pire. « The Assassination of Eddie Morra » est un épisode qui permet surtout de faire revenir Bradley Cooper sur le devant de la scène alors que le Sénateur Edward Morra, le personnage qu’il incarne, est visé par un assassin. Brian doit de son côté saborder l’enquête du FBI sur le fameux meurtrier afin de ne pas exposer le sénateur à ses liens avec le NZT. C’est assez compliqué sur le papier et pourtant, l’épisode est particulièrement fluide. On s’appuie sur tout un tas de choses que j’aime bien dans Limitless et c’est peut-être aussi pour ça que j’apprécie le résultat. On s’amuse bien dans cette série mine de rien quand elle ne veut bien, de plus que sa mythologie démontre ici qu’elle est beaucoup plus grande que l’on ne pourrait l’imaginer. Certes, il y a un élément un peu artificiel avec le fait qu’Eddie est en danger de mort. C’est clairement le genre d’intrigues très classiques que l’on voit dans des séries comme Limitless.

Cela permet de rester accrocher à l’épisode sans pour autant espérer grand chose de surprenant derrière. Car ce n’est pas ce que cherche à prouver cet épisode non plus. Quoi qu’il en soit, Brian continue d’être le meilleur atout de Limitless. De plus, ce que j’apprécie dans cette série c’est qu’elle n’utilise pas trop la mécanique d’une série procédurale. En effet, Limitless s’inspire beaucoup plus de séries comme Person of Interest et cie et de leur mécanique un peu plus embrumée, moins classique en somme qui ne nous donne pas l’impression de voir une série avec le FBI et des criminels à attraper, mais quelque chose d’un peu plus intelligent et surtout fouillé grâce à une galerie de personnages annexes. Brian en fait partie mais pas seulement car il y a aussi Eddie dans l’histoire. Cependant, ce n’est pas la même histoire pour « Stop Me Before I Hug Again » qui était vraiment très mauvais. Je me demande vraiment comment ils ont pu délivrer un épisode aussi mauvais. Brian se retrouve sur le terrain avec le FBI pour la première fois quand il arrive à Quantico. En parallèle, Rebecca va découvrir les connections du sénateur Morra par rapport au NZT.

C’était de belles promesses au départ, sauf que le résultat est complètement différent. Ce n’est pas assez bien fichu, pas assez fun, pas assez tout un tas de choses. C’était un épisode ennuyeux et je pense que c’est le premier problème ici. Non pas qu’il ne se passe rien, mais uniquement que cela manque cruellement de renouvellement. J’ai l’impression que cet épisode oublie un peu les évolutions faites avec le personnage depuis le début de la saison. Brian n’est plus ce qu’il était au départ et cet épisode utilise très mal les qualités de la série. Peut-être que la clé du succès c’est la mythologie de la série et rien de plus. Après tout, dès que Limitless se concentre sur la mythologie, les choses sont beaucoup plus solides. Pas seulement par rapport à Brian mais aussi le rapport au NZT des autres personnages. Le FBI a sa petite place et les scénaristes ont su lui donner toutes les clés de la réussite de sa façon. Finalement, ces deux épisodes sont donc très différents l’un de l’autre avec la preuve que Limitless peut surprendre et la preuve qu’elle peut aussi décevoir. Je ne m’attendais pas du tout à être autant déçu par un épisode et pourtant… c’est bel et bien le cas.

Note : 7.5/10 et 4/10. En bref, entre raté et bon épisode il n’y a qu’un pas.

Commenter cet article