Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Limitless. Saison 1. Episodes 8 et 9.

16 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Limitless

Critiques Séries : Limitless. Saison 1. Episodes 8 et 9.

Limitless // Saison 1. Episodes 8 et 9. When Pirates Pirate Pirates / Headquarters!.


Je crois que ces deux épisodes sont les plus étranges que Limitless ait pu nous délivrer mais « Headquarters » est surtout le plus fun de tout. Cet épisode (et 9ème de la saison) était particulièrement ambitieux et probablement le plus de tous ceux que l’on a pu voir jusqu’à présent. Brian se retrouve face à non pas un ou trois criminels mais bel et bien dix. Pire, ce sont les 10 personnes les plus recherchées par le FBI. Limitless ne se devait pas rater cet épisode et se devait aussi de marquer le coup. Pour ce faire, la série va s’amuser avec ses personnages et nous offrir un spectacle assez amusant dans son ensemble. Cet épisode n’avait pas besoin de l’intrigue de la saison ou bien de mystères en tout genre. Cet épisode se suffit à lui-même dans son intégralité. En plus d’être un très solide épisode indépendant, c’est aussi 45 minutes de fun et d’esbroufe en tout genre où la série veut simplement nous raconter une petite affaire de la semaine sans grosses prétentions. Ce n’est pas rare les séries qui sortent un peu des rails afin de faire des trucs plus originales sauf que justement le ton employé dans « Headquarters » est pile poil ce que j’ai envie d’attendre de cette série par moment. C’était souvent très drôle, bourré de répliques amusantes et de moments visuellement délirants.

Si cela aurait pu cacher un épisode raté, c’est au contraire un épisode très réussi car l’on voit que les scénaristes ont très bien compris ce qu’ils devaient faire pour nous séduire complètement. Si voir Brian résoudre 10 affaires en même temps ne serait pas assez fun sur le papier, c’est tout le contraire qui se passe à l’écran alors que Limitless active tout ce qui est en son pouvoir afin d’activer le meilleur de chacun des personnages et surtout de son héros. Le fait qu’il soit sur le qui-vive et qu’il n’ait de cesse de nous surprendre est une très bonne chose. On a l’impression que cet épisode délirant a été écrit sous acide, mais étant donné que Limitless est une série sur une drogue, forcément que cela ne peut que coller à cet univers. Un peu comme quand Breaking Bad fait un épisode avec une histoire autour d’une mouche. C’est clairement la même chose ici mais à la manière de Limitless et des moyens qu’elle a pour nous surprendre entre ses mains. La musique et la mise en scène sont deux éléments très importants, encore plus avec ce montage ultra fun à la fin de l’épisode. Les « Bruntouchables » c’est peut-être l’un des trucs les plus délirants et tordus que j’ai pu voir depuis la rentrée. Limitless est plus drôle ici que toute la saison de Scream Queens. Même si cela n’a pas grand chose à voir, c’est vous dire à quel point une série d’apparence classique peut surprendre.

Mais « When Pirates Pirate Pirates » n’a rien à envier aux autres dans le sens où même cet épisode était bon. Il se concentre sur Naz alors que l’on ne sait que très peu de choses sur ce personnage. Là aussi la série utilise des montages à sa façon, notamment quand Brian et Rebecca se posent la question de qui tuer parmi tel ou tel personnage. C’est assez fun de voir Limitless capable de délirer aussi un peu avec son héros et sa collègue. Jennifer Carpenter n’avait pas forcément eu l’occasion d’être vraiment mise en avant depuis le début de la saison. C’était le gage sérieux de la série. Après tout c’est elle qui représente les forces de l’ordre ici, un peu comme Lisbon dans le Mentalist mais elle commence petit à petit à se faire une place et à démontrer qu’elle n’est pas là pour se tourner les pouces. J’ai hâte de voir la suite, surtout si elle reste aussi sympathique que ces deux épisodes. Car en apprenant plus de choses sur Naz, là aussi la série fait le choix de laisser un peu de côté le côté très sombre de la saison (notamment autour du personnage de Bradley Cooper). En plongeant dans le côté le plus fun de Limitless, c’est aussi le risque de plonger la série dans un truc moins travaillé autour de la mythologie.

Mais le risque pris démontre très rapidement dans cet épisode toute sa réussite. Si cet épisode aurait clairement pu être moins excitant que les précédents, c’était une bonne idée que de se concentrer sur une histoire de pirates. Cela change un peu des thématiques ultra classiques et rébarbatives des séries policières. Mais Limitless n’est pas une série procédurale comme les autres, elle a son petit grain d’originalité et pas seulement de par son héros, aussi de par les cas qu’elle souhaite développer chaque semaine. Ce ne sont pas des cas si classiques que ça, qui ne suivent pas tous la même mécanique huilée que l’on a l’impression d’avoir déjà vu des dizaines de vois. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas encore des problèmes car la série a encore des tas de choses à faire mais bon, c’est une bonne nouvelle.

Note : 6.5/10 et 9/10. En bref, entre un sympathique épisode et un feu d’artifice.

Commenter cet article