Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Scorpion. Saison 2. Episode 8. Area 51.

21 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Scorpion

Critiques Séries : Scorpion. Saison 2. Episode 8. Area 51.

Scorpion // Saison 2. Episode 8. Area 51.


La Zone 51 est l’une des légendes urbaines les plus tenaces et sur laquelle se base toute une mythologie. Oren Peli en a fait un film assez sympathique,  X-Files a toujours utilisé ce lieu de façon intéressante et la Zone 51 est maintenant utilisée par Scorpion. Dans ce nouvel épisode, Megan a fait un choix qui n’a pas forcément très bien tourné et cela peut se comprendre. Dès qu’il est révélé qu’elle a une sclérose en plaques, il était clair que les choses allait aller très mal pour notre équipe. L’idée d’introduire une maladie pas très glop comme celle-ci est un peu difficile mais permet aussi à Scorpion de nous plonger un peu plus dans son besoin de nous attacher aux personnages. Mais Megan est quelqu’un qui est capable de se battre, de faire face à Sylvester et tout cela peu importe ce qui se passe dans sa vie. La série a passé énormément de temps à démontrer que la Team Scorpion est différente du reste du monde. Ils ne sont pas normal et c’est pour cela qu’on est sensé apprécier cette série et ses personnages. Du coup, il n’y a vraiment qu’eux qui sont capable de crever les pneus d’un semi-remorque simplement en reflétant le soleil au travers d’une loupe. C’était sacrément tordu mais j’ai adoré. Ensuite, Scorpion cherche à nous plonger au coeur de la zone 51 et ce n’est pas ce qu’il y a de plus facile.

Enfin, rien n’est impossible pour Scorpion. Au contraire. Si Megan est malade, Happy tente de ne pas y penser, Toby s’est plongé dans les recherches et Walter a eu l’idée de génie de tenter de télécharger le cerveau de Megan, ses souvenirs et sa conscience dans un ordinateur. Tout cela n’a pas encore été inventé bien entendu mais c’est sacrément drôle. En effet, j’ai adoré le fait que Scorpion imagine quelque chose comme cela de possible alors que c’était le principe de pas mal de films ces derniers temps : Transcendance, Renaissance etc. et tous ces films de SF où quelqu’un se retrouve dans un autre corps simplement pour être sauvé et vivre beaucoup plus longtemps. Imaginez si cela était possible, on n’aurait plus besoin de se reproduire et cela poserait un vrai problème de place sur la Terre. Enfin bref, on s’en fout non ? Quoi qu’il en soit, Walter doit prendre conscience du fait qu’il n’est peut-être pas l’homme parfait de la situation. C’est quelque chose de drôle car les autres personnages sont ceux qui sont les plus intéressants alors que Walter se retrouve avec la partie de l’intrigue la moins intéressante. Toute la scène dans l’avion était assez fun mais cela ne vaut pas tout le reste (notamment quand on découvre tout ce que l’on peut faire avec un téléphone et ainsi se libérer de prison).

Franchement, tout apparaît comme si simple pour Scorpion. Et la série est capable de nous embarquer un peu de partout et de faire des trucs impensables mais bon, c’est aussi ce qui fait l’originalité de cette série dirons nous. Le cas de la semaine n’était pas particulièrement transcendant et ce sont des scènes ici et là qui permettent justement à cet épisode de ne pas nous ennuyer. Et puis la série peut très bien nous offrir des scènes d’action pas si mauvaises que ça. Bien au contraire. La zone 51 n’a rien de bien impressionnant et la résolution de l’épisode reste assez fun. Mais comment Scorpion va bien pouvoir sauver sa peau ? Simplement en improvisant. Le gouvernement a besoin de la Team Scorpion mais à chaque fois j’ai l’impression qu’ils veulent leur mettre des battons dans les roues. Cela me fait penser à ces vieilles séries d’action des années 90 où une équipe enquête sur des trucs et tente de résoudre des cas en tout genre. Finalement, je me demande ce que Scorpion a encore à nous offrir mais des épisodes comme celui-ci c’est peut-être la réponse que j’attendais. J’avais besoin de quelque chose de ce genre là afin que l’on n’ait pas forcément l’impression que la série se répète encore et encore.

Note : 6/10. En bref, la Zone 51 n’offre pas grand chose de neuf et pourtant, ce petit divertissement reste sympathique.

Commenter cet article