Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Supernatural. Saison 11. Episode 9.

12 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Supernatural

Critiques Séries : Supernatural. Saison 11. Episode 9.

Supernatural // Saison 11. Episode 9. O Brother Where Art Thou ?.


Avant d’être le titre de cet épisode, O Brother Where Art Thou c’est le titre du film des frères Coen avec George Clooney et John Turturro. Mais cet épisode ne parle pas vraiment de la même chose, ce qui dans un sens n’est pas plus mal. Quoi qu’il en soit, dans ce nouvel épisode nous avons une Amara adulte qui tue impunément et créé la colère. Son but ? Tuer des personnes qui dédient leur vie à Dieu. Amara est un personnage important dans cette saison de Supernatural et surtout dans l’histoire du Darkness. C’est le dernier épisode de l’année et pour fêter tout cela dignement, il fallait bien un épisode qui permet à la fois de se plonger un peu plus dans la mythologie mais aussi de nous offrir quelque chose de rythme et entrainant. On a tous ces éléments ici en seulement 40 minutes de temps. Tout au long de cet épisode, on nous prépare au grand retour du mal, de Lucifer, et rien que pour ça j’ai hâte de voir la suite. Cette saison 11 est pour le moment la plus réussie depuis un bout de temps. C’est une saison intelligente qui a certes dû délivrer quelques cas de la semaine mais tout cela s’est fait de façon intelligente dans un but intelligent. Le face à face entre Dean et Amara à la fin de l’épisode est très important pour la suite de l’histoire.

Je me demande vraiment comment Supernatural compte évoluer cette année car il y a énormément de possibilités et surtout de mystères mais ce que je dois reconnaître avant tout c’est que la saison arrive encore à raconter des choses originales autour d’éléments que l’on a pourtant déjà vu traité dans la série plusieurs fois. Sam et Dean vont donc contacter Crawley dans le but de pouvoir contacter Lucifer. Les retrouvailles sont assez intéressantes là aussi d’autant plus que cela fait un sacré bout de temps que Crawley est un élément secondaire (mais pas le meilleur des éléments pour autant). Ce que je trouve dommage avec Crawley c’est le fait que le personnage ne sait pas forcément dans quelle direction aller depuis au moins la saison 9 mais il ère et le talent de l’acteur fait que l’on ne s’ennuie pas toujours (même si cela a tendance à devenir redondant). Par chance, cet épisode parvient à faire tout l’inverse et à nous offrir un spectacle avec entrain. Ce n’était pas gagné au premier abord mais je suis forcé de reconnaître que finalement il y a de bonnes idées bien utilisées là dedans. Accessoirement, ce qui m’a aussi plu avec Supernatural cette semaine c’est le fait que la série soit capable de se renouveler sans pour autant casser ce qu’elle a déjà pu faire depuis des années.

En effet, en jouant la carte familière, Supernatural parvient à nous prendre de court. C’est là que l’épisode fonctionne le mieux, en utilisant de vieilles choses déjà vues pour en faire du neuf (et que cela fonctionne). La première partie de l’épisode est d’ailleurs très classique pour Supernatural mais c’est la seconde partie qui s’avère être la plus efficace. C’est à ce moment là que les choses deviennent plus complexes et que le twist arrive. En mettant également les Winchester au centre de l’épisode par rapport à leurs problèmes personnels, Supernatural parvient à faire des choses véritablement intéressantes. C’est là que le lien entre Sam et Lucifer refait son apparition quant l’histoire entre Dean et Amara devient peut-être quelque chose de complètement différent. Le cliffangher laisse espérer une seconde partie de saison complètement différente, peut-être encore plus ambitieuse alors qu’au premier abord la saison reste assez simple et évolue comme d’autres saisons de la série. J’attends beaucoup de la série désormais, surtout après une saison 10 complètement bazardée. Il ne fallait donc bien prendre cette dernière que comme une transition vers quelque chose de beaucoup plus grand. Mention spéciale à Emily Swallow qui est bien plus intéressante ici que dans Mentalist…

Note : 8/10. En bref, diablement efficace.

Commenter cet article