Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Good Wife. Saison 7. Episode 11.

11 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Good Wife

Critiques Séries : The Good Wife. Saison 7. Episode 11.

The Good Wife // Saison 7. Episode 11. Iowa.


Parfois, The Good Wife peut être une très bonne série, judiciaire, politique, dramatique, elle peut être tellement de choses différentes et toutes les réussir. Le problème c’est quand certaines intrigues secondaires viennent parasiter la fête. A la fin de l’épisode précédent, Eli révélait à Alicia qu’il avait supprimé un message de Will qui aurait pu tout changer, surtout sa relation avec Peter, la carrière de ce dernier mais qui aurait peut-être aussi pu sauver Will d’une mort certaine. C’est terrible et pourtant, je trouve que The Good Wife parvient à gérer de façon merveilleuse les conséquences. C’est là qu’Alicia se transforme en une sorte de tornade à lunettes de soleil. Le tout est assez cocasse, ce qui change un peu de la Alicia tourmentée que l’on avait l’occasion de voir régulièrement. L’histoire du message, qui a tout de même six ans, est terrible mais permet aussi de rappeler que The Good Wife n’a pas oublié quoi que ce soit, que tout ce qui a été dit à un moment donné et qui est un secret, peut tout chambouler. Notamment la relation entre Eli et Alicia qui n’est plus la même, mais aussi entre Alicia et Peter, Alicia et le reste du monde finalement. Tout cela me fascine, en grande partie car The Good Wife sait ici proposer un épisode soigné, aux dialogues travaillés et aux évolutions narratives choisies avec minutie.

Ce n’était pas gagné au premier abord et pourtant, le résultat est clairement présent. L’un des rares problèmes de cet épisode c’est tout ce qui se passe à Lockhart, Agos & Lee. Cela ne fonctionne pas vraiment et ce même si The Good Wife tente des choses. On ne peut pas dire que la série reste complètement statique de ce point de vue là mais l’évolution proposée n’est pas la meilleure de toutes. Peut-être aussi car tout ce qui se passe là bas semble complètement marginal, d’autant plus maintenant qu’Alicia est liée au reste de l’histoire (l’intrigue politique de la saison avec Peter et sa campagne pour les présidentielles). David Lee reste égal à lui-même, ce qui permet aussi de ne pas trop passer de mauvais moments mais fondamentalement, cela n’a rien de bien surprenant non plus et j’ai plus l’impression que The Good Wife se moque un peu de nous plutôt qu’autre chose. La première partie de la saison avait réussi à justifier le besoin de ces personnages alors que la seconde risque bien de ne plus pouvoir le faire, notamment car Alicia est en train d’évoluer encore une fois et l’escalade proposée est vraiment intéressante. Cet épisode c’est donc aussi celui d’Howard, Jackie, Monica et Cary. Leur histoire n’a pas vraiment de grand intérêt et je crois que « Iowa » pâti un peu du manque de couilles des scénaristes qui n’avaient pas besoin de tout ce monde là. Ou alors il aurait été bien de les intégrer mieux au reste.

Matt Czuchry et Christine Baranski se retrouvent vraiment avec les miettes d’une série qui a autrefois su les faire briller. Le problème vient probablement de Julianna Margulies si l’on suit ce qui se passerait apparemment en coulisses (mais on ne le saura probablement pas avant la fin de la série…). La spirale infernale dans laquelle est tombée Alicia dans cet épisode prouve aussi que The Good Wife veut prendre des risques avec son héroïne. En cassant la dynamique qui avait été installée jusqu’à présent, la série se permet de proposer quelque chose de plus vivant, de différent aussi, d’autant plus que c’est la fin d’une relation de longue date : celle d’Eli et Alicia. Cette amitié, développée depuis des années maintenant, était une vraie amitié forte qui donnait souvent lieu à de très bonnes et belles scènes dans la série. Le fait de rompre les liens de la sorte est terrible mais un choix judicieux pour les scénaristes qui avaient jusque là un peu de mal à connecter toutes les histoires de la saison. Maintenant, on peut au moins dire que deux parties de la saison sur trois sont liées, ce qui est déjà pas mal. La scène entre Ruth et Alicia est la meilleure scène de l’épisode (au delà de l’ouverture qui était déjà assez frénétique et donnait des frissons au téléspectateur). Margo Martindale s’est fait une vraie place au sein du casting de The Good Wife et j’ai hâte de la voir dans la seconde partie de la saison.

Note : 9/10. En bref, The Good Wife fait des efforts mais cet épisode manque d’être parfait à cause de parasites secondaires.

Commenter cet article

Emln 13/01/2016 16:27

J'espèrais que la reprise nous rapporterait la magie et le tempo de The good wife qui manque dans cette saison. Mais quelle déception, cet épisode 11 se traine, n'en finit pas. En fait je l'ai trouvé assez mauvais. Ce retour au Alicia/Will est d'un pénible. On a tellement du mal à croire que cette femme précisément soit coincée dans une histoire sentimentale adolescente et si gnangnan. Cela contredit tout le personnage qui nous a été présenté ces 6 années et que nous avons vu évoluer vers son libre arbitre et son autonomie. Décidement cette 7 saison est faible, sans parler de la caricature du tombeur-irresitible de Jason, ce personnage est si lourd, si convenu. L'acteur ( avec un faux air de Downey jr sans sa subtilité) en fait des tonnes et c'est très irritant. L'épisode 11 n'en finissait pas et la déconfiture de Peter F était prévisible. Où est la subtilité, le brio de cette série ? Seules les scènes avec Howard ou ma chère Diane ont eu un peu d'intérêt. Sinon voir Alicia pleurnicher derrière ses lunettes noires, c'est assez décevant.

moi59 13/01/2016 12:45

pas encore commancé la 7 mais la saison 6 etait vraiment nulle. on a sombré dans le politique carricatural

on fouille dans leur vie comme on l' a deja vu dans les autres saison mais bizarrement ils peuvent encore faire semblant d' etre ensemble

si cette saison c' est encore de la politique je materai pas je pense car c' est vraiment trop répétitif et caricatural