Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Shannara Chronicles. Saison 1. Pilot & Episode 2.

7 Janvier 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Shannara Chronicles

Critiques Séries : The Shannara Chronicles. Saison 1. Pilot & Episode 2.

The Shannara Chronicles - Les Chroniques de Shannara // Saison 1. Episodes 1 et 2. Chosen : Part 1 (Pilot - Part 1) / Chosen : Part 2 (Pilot : Part 2).


Alfred Gouge et Miles Millar, déjà à l’origine de Into the Badlands (AMC) ont aussi créé une petite série pour MTV. Une série avec un univers fantastique ultra riche mais particulièrement mal utilisé. Ce n’est pas une question de moyens car MTV, même si elle n’a pas les moyens d’une HBO, a sorti de chéquier afin de ne pas sembler trop ridicule. Shannara est avant tout connue pour être une saga littéraire pour adolescents. C’est donc encore une adaptation, encore de livres fantastiques, etc. Vous allez vous dire qu’il y en a marre de ce genre de choses et pourtant, The Shannara Chronicles proposait à la base quelque chose de vraiment intéressant et pose d’ailleurs aussi des questions assez profondes sur une société qui est juste mal utilisée. Je ne peux pas juger les livres, n’ayant jamais plongé mon nez dedans, mais ce que je vois ici avec ces deux premiers épisodes n’est pas forcément très passionnant, la faute à un scénario qui part très rapidement en sucette. C’est vraiment dommage de ne pas aller beaucoup plus loin alors que de ce que l’on voit dans ce premier épisode, l’univers reste assez riche d’idées. Je ne sais pas si c’est parce que je suis devenu grand ou bien uniquement car The Shannara Chronicles n’est pas très bonne mais je ne suis pas sûr et certain de ce que les deux créateurs voulaient faire non plus.

Des millions d'années après l'extinction de la civilisation que nous connaissons, les Quatre Terres sont menacées par la mort imminente de l'Arbre protecteur Ellcrys qui renferme des forces terribles et obscures. A chaque feuille tombée, les démons se réveillent de l'au-delà. La princesse Amberle, le demi-elfe et la solitaire Eretria commencent alors leur quête contre les forces du Mal...

Je pense que plutôt que d’aller calquer certaines choses comme sur Hunger Games, The Shannara Chronicles aurait dû développer un univers beaucoup plus original, ce n’est pas comme si c’était impossible à faire. Alfred Gough et Miles Millar, accompagnés à la mise en scène de Jonathan Liebesman (Ninja Trubles, La colère des Titans, World Invasion), un réalisateur pour lequel j’ai une certaine affection, délivrent donc ici quelque chose d’assez construit dans le sens où l’on sent que tout tient d’un bloc, c’est plutôt dans la façon dont les intrigues évolue et le rythme qui est donné aux intrigues de la saison qui n’est pas folichon. La gestion de l’intrigue est donc très léger, ce qui est à la fois un défaut et un atout par moment. La mythologie proche de The Shannara Chronicles et cette histoire de feuilles, d’arbre protecteur (Ellcrys) qui est sensé garder les démons loin de tous les gentils, etc. ce n’est pas forcément le meilleur des points de vue. Je sais bien que c’est ce que veut aussi The Shannara Chronicles à la base puisque de toute façon c’est adapté d’une saga de romans mais j’aurais aimé que la mythologie autour de cet arbre soit un peu plus mystique, moins mal fichue autour d’intrigues qui ressemblent par moment à des trucs que l’on a déjà vu ailleurs.

Par moment, The Shannara Chronicles m’a donné l’impression d’être une série pour adultes, qui choisit de parler de sujets un peu moins noeud-noeud et puis à d’autres moments, tout part en sucette. C’est sans compter sur un casting pas toujours au poil d’Austin Butler à John Rhys)Davies en passant par Poppy Drayton, plus ou moins notre héroïne. Les scénaristes s’appuient alors sur une galerie de personnages qui n’ont pas suffisamment d’histoires à raconter pour nous accrocher. The Shannara Chronicles c’est un peu d’anti-The 100 (dans un genre différent puisque The Shannara Chronicles tire plus du côté du fantastique alors que The 100 tire sur la SF). Là où beaucoup de choses auraient pu ne pas fonctionner dans The 100, elles ont finalement été de réelles bonnes idées. Ce n’est bien évidemment ici qu’une introduction qui a largement les moyens de surprendre par la suite mais je me demande si Alfred Gough et Miles Millar ont vraiment le pouvoir d’inverser la tendance. Cela me fait penser à une série qui gâche son potentiel pour ressembler à ce que des adolescentes de 15 ans pourraient comprendre alors que la richesse de l’univers parle de choses un peu moins nanardes et que les adolescentes de 15 ans qui ont compris Hunger Games et les univers de Tolkien (pour prendre deux éléments qui sont proche de The Shannara Chronicles) sont capables de comprendre une réflexion comme celle-ci.

Note : 4.5/10. En bref, The Shannara Chronicles a quelques bonnes scènes d’action assez fun, mais la narration manque de surprises et d’idées. Dommage.

Commenter cet article

4evaheroesf 07/01/2016 19:17

Points positifs
- C'est très joli.
- J'aime bien l'ambiance.

Points négatifs
- Pour le moment, peu d'intérêt pour l'histoire et les personnages.
- Voir John Rhys-Davies et Austin Butler dans cette série me fait un peu peur
pour la suite.

Et dire que je pensais que des nonames et la tante survivraient.^^

Bilan : fantasy + joli visuel = je vais suivre la série.^^
TSC pourrait devenir une série divertissante ou même sympa.^^

Pour moi, le seul rapprochement à faire avec The 100, c'est que les deux ont eu une mauvaise introduction.
Quand à Hunger Games, je vois pas le lien.

delromainzika 17/01/2016 17:39

Oui, c'est joli et ca s'améliore même par la suite ^^ On verra bien.

Pour ce qui est de @Charles-Makuba : Cela fait quelques temps que je ne regarde plus tout en entier non plus. Et étrangement, TSC n'est pas une série bidon, elle a plus de potentiel que ce pilote ne voulait le démontrer

4evaheroesf 08/01/2016 15:29

C'est à moi que tu t'adresses ?

Charles-Makuba 08/01/2016 07:11

Encore une série bidon que tu vas quand même regarder en entière.