Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : 11.22.63. Mini-series. Episode 1.

17 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #11 22 63

Critiques Séries : 11.22.63. Mini-series. Episode 1.

11.22.63 // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Cette toute nouvelle série (ou plutôt mini-série) en 8 épisodes, est adaptée d’un roman connu de Stephen King. Pour l’avoir lu, ma crainte était portée sur la façon dont cela pouvait être adapté. Non pas que l’idée derrière 11.22.63 soit complexe mais disons qu’adapter Stephen King de façon intelligente n’est pas forcément quelque chose de facile. Par chance, 11.22.63 est une belle trouvaille produite par J.J. Abrams (Fringe, Lost) pour le service de streaming Hulu et avec James Franco (oui !) dans le rôle titre. Que de beaux noms affichés sur une série qui méritait forcément le coup d’oeil. Je ne vais pas vous raconter la fin de l’histoire, ne vous inquiétez pas, mais tout ce que je peux vous dire, c’est ce que premier épisode est une première mise en bouche imparfaite mais plutôt sympathique qui vaut le coup d’oeil. A vrai dire, je pense que 11.22.63 est l’un des romans les plus intéressants du maître. J’ai toujours adoré la façon dont il traite l’Histoire dans cette fiction, sans compter qu’il a ajouté une bonne dose d’espionnage et de thriller, plongeant un personnage qui lui ressemble dans un univers toujours aussi farfelu. S’il opte ici pour le professeur et non pour l’écrivain (un classique chez King), 11.22.63 est surtout un roman réussi alors que ces dernières années King a tendance à se reposer un peu sur ses lauriers (sauf peut-être avec Docteur Sleep, la suite de Shining qui n’était pas mauvaise non plus). Mais passons…

Un professeur essaie d'éviter le meurtre de JFK en remontant le temps, mais sa mission est mise en péril par Lee Harvey Oswald et le passé qui ne veut pas être changé.

Pour en revenir à 11.22.63, sait rapidement nous mettre dans l’ambiance. Cette ambiance se rapproche énormément de la Quatrième Dimension de par l’approche tant dans la mise en scène que dans les tics musicaux appliqués. Mais J.J. Abrams et Hulu ont réussi à trouver un chemin juste à adopter afin d’adapter ce roman en huit épisodes. Une mini-série c’est parfait, cela va éviter de tomber dans des trucs comme Under the Dome par exemple adaptée puis inspirée du livre de King avant de tomber dans des élucubrations ridicules. Au départ, 11.22.63 devait être un film, réalisé par Jonathan Demme, avant d’abandonner le projet. Fort heureusement pour nous puisque cette adaptation permet justement d’aller en profondeur et ce premier épisode nous le démontre assez rapidement. La mise en place est logique et jamais accélérée. Comme le livre, 11.22.63 débute de nos jours à Lisbon dans le Maine. Jake Epping, notre héros, est en train de poser les dernières signatures d’un divorce douloureux. Alors qu’il mange son burger préféré au fast-food du coin, Jake est interpellé par son ami le gérant, Al Templeton (incarné par Chris Cooper) qui va l’embarquer dans un autre monde. Jusqu’à la présentation du secret, 11.22.63 reste fidèle. Et même au delà même si certaines libertés sont prises.

Cela ne veut pas pour autant dire que les libertés prises dénaturent le contexte ou même l’histoire et la façon dont elle devra évoluer par la suite. Comme dans le livre, les motivations de Jake restent assez troubles et difficilement justifiables. Difficile de se dire que Jake va être capable de rester durant près de trois ans dans le passé afin de tuer Lee Harvey Oswald et donc d’éviter l’assassinat de JFK. JFK fait partie intégrante de l’histoire des Etats-Unis. Il y a une fascination autour de cette personne et encore plus autour de sa mort qui me fascine tout autant. Bridget Carpenter, la scénariste de 11.22.63, et le réalisateur Kevin MacDonald (State of Play) ont réussi à trouver un bon équilibre dans ce premier épisode et à arrêter l’histoire au bon endroit afin de donner envie de voir le second épisode. Si le second épisode va forcément porter sur une légère digression de l’objectif premier, on sait pertinemment comment cela va se terminer (mais dans le doute, je ne vais pas vous en dire plus). Quoi qu’il en soit, cette introduction sait être efficace et donner envie de voir un peu plus de 11.22.63. James Franco est en plus de ça parfait dans ce rôle. J’aime beaucoup sa façon de donner vie à ce personnage. Ce qui n’était donc pas si facile que ça au départ s’avère finalement être une bonne idée. Cette série de SF sur un voyage dans le temps a donc beaucoup à offrir…

Note : 7/10. En bref, une entrée en matière suffisamment efficace et réussie pour faire honneur au livre.

Commenter cet article