Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 4.

26 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Crime Story

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 4.

American Crime Story : O.J. vs The People // Saison 1. Episode 4. 100% Not Guilty.


Pour une (production) Ryan Murphy, je trouve que American Crime Story est vraiment fascinante. Elle a une tenue de route qui me surprend même si je ne doutais pas trop de la réussite de cette série quand elle a commencé. Le casting continue de s’étoffer et pourtant, même si l’on pourrait avoir une impression de trop, c’est le contraire qui se passe. Cet épisode ajoute donc au casting deux personnages importants. A commencer : Faye Resnick incarnée par la fabuleuse et brillante Connie Britton. Cette dernière n’avait pas autant brillé à la télévision depuis un sacré bout de temps et je pense que c’est depuis la première saison de American Horror Story. Dans Nashville elle n’a jamais vraiment l’occasion d’être aussi bonne qu’elle l’est dans cet épisode. En un seul épisode elle fait oublier quatre ans de Nashville. Elle a écrit un livre sur Nicole Brown Simpson, une amie de longue date, qui va temporairement déranger la sélection du jury. Ecrit en deux semaines, le livre va s’amuser à parler de tous les problèmes de Nicole. Comment une amie peut-elle avoir envie de se faire un nom sur une affaire aussi terrible que celle-ci en révélant qu’elle se droguait, qu’elle avait des relations sexuelles avec d’autres femmes, qu’elle s’amusait beaucoup en somme, etc.

Faye brille dans cet épisode par la prestation de Connie Britton. On ne s’ennuie jamais. Elle dit dans un premier temps qu’elle est là pour parler de violence domestique alors que tout le monde sait pertinemment qu’elle est uniquement là pour la célébrité que cette affaire pourrait bien lui apporter. Encore une fois, American Crime Story parle de célébrité comme d’une thématique importante. Depuis le début, la grande question que la série pose est celle de la célébrité. On avait pu le voir dans l’épisode précédent avec la famille Kardashian (que l’on connait encore aujourd’hui). Le second personnage introduit dans cet épisode est celui du Juge Ito. Ce n’était pas le meilleur choix pour l’affaire alors qu’il est obsédé par les stars, il est marié à une flic (ce qui créé forcément un conflit d’intérêt), etc. et il a du mal à mettre de l’ordre entre les deux parties qui s’affrontent. Ito est là pour un long procès et nous aussi. J’ai hâte de voir la suite quand on voit cette marche (presque nuptiale) à la fin de l’épisode. Cet épisode se concentre donc aussi sur d’autres éléments comme la sélection du jury. C’est un procédé long et controversé encore une fois. Tout au long de l’épisode des questions se posent et des stratégies se mettent aussi en place par la même occasion.

J’aime bien le fait que Marcia Clark ne soit pas un personnage de l’ombre, qu’elle ait sa place dans l’histoire car dans la vraie histoire, celle que tout le monde connait, elle a fait des couvertures de tabloïdes à une époque mine de rien. Tout le monde s’intéresse à la façon dont elle présente (arrogante, confiante, intelligente, etc. ce qui la transforme forcément en une femme à abattre, une « bitch » comme on pourrait l’appeler familièrement aux Etats-Unis). Le débat qu’il y a autour de Clark fonctionne très bien et étend encore une fois un peu la réflexion de American Crime Story sur la célébrité. Car la perception par le peuple américain de ceux qui travaillent autour de ce procès est là aussi très importante. J’apprécie encore une fois la façon dont la race est aussi traité (la perception de Clark par rapport aux femmes afro-américaines et le fait qu’elle pense qu’elles seront plus à même d’être emphatique avec la mort de Nicole). Si Clark pense que les afro-américaines sont derrière elle, elle se trompe probablement. Quoi qu’il en soit, cet épisode continue de mettre en scène les avocats (Shapiro n’est plus l’avocat principal, passant dans la main de Cochran), etc.

L’histoire évolue à sa façon et brille par sa narration. On ne s’ennuie jamais et c’est tout ce que je pouvais attendre de la part d’American Crime Story. J’ai maintenant hâte de voir la suite. Surtout quand on voit la façon dont tout se profile pour le moment.

Note : 8/10. En bref, American Crime Story continue de briller.

Commenter cet article