Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Pilot.

3 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Crime Story

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Pilot.

American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson // Saison 1. Episode 1. From the Ashes of Tragedy (Pilot).


Alors que Ryan Murphy et Brad Falchuk ont lancé avec succès depuis cinq ans la marque American Horror Story, ils ont décidé de produire une déclinaison pour FX centrée sur des affaires criminelles médiatisées sur le sol américain. Laissée entre les mains expertes de Scott Alexander (Big Eyes, Chair de poule) et Larry Karaszewski (Big Eyes, Chair de poule), la série porte pour premier sujet l’affaire O.J. Simpson, star du football américain accusée du meurtre de son ex femme et du compagnon de cette dernière. C’est un choix judicieux pour une première histoire et le résultat proposé ici reste assez passionnant. « From the Ashes of Tragedy » s’avère donc être un premier épisode efficace. Il nous présente les enjeux de l’affaire et tous les personnages de façon soignée. Dès la première scène de l’épisode, on sait ce que l’on va retrouver et surtout, ce qu’il faut attendre de la suite de l’histoire. Dans un sens, American Crime Story me rappelle un peu American Crime la série de ABC. Il y a la même recherche de réalisme dans la mise en scène, qui lui sied à merveille. C’est visuellement très travaillé, mis en scène par un Ryan Murphy qui prouve aussi qu’il peut être sobre. Il rappelle ce qu’il a fait avec The Normal Heart notamment.

The People vs. O.J. Simpson tourne autour du procès controversé et ultra-médiatisé de O.J Simpson, qui a fait la Une des médias au cours de l'année 1995. La star du football américain est accusée du meurtre de son ex-femme, Nicole Brown Simpson et de son compagnon, Ronald Goldman. Dans les coulisses de l'affaire, les deux camps essayent de tirer leur épingle du jeu. Entre l'excès de confiance des avocats et la relation tendue de la police avec la communauté afro-américaine, le doute sème le trouble chez les jurés.

Par ailleurs, ce qui m’a fasciné avec American Crime Story c’est le fait que la série fait un travail chirurgical avec l’affaire. Tous les éléments les plus méticuleux sont développés avec une attention toute particulièrement. C’est tellement soignée que American Crime Story nous donne l’impression de vivre à cette époque là. On nous raconte rapidement l’histoire d’O.J. Simpson, de ce qui s’est passé et surtout de l’arrestation d’ O.J.. Ce premier épisode enchaîne très rapidement le dernier voyage à l’aéroport du héros, la découverte des corps de Nicole et Ron, comment Clark a été impliqué dans cette affaire, le mandat d’arrêt pour O.J., sans parler de cette histoire de Bronco blanche. Cet épisode est aidé par un script qui maîtrise l’histoire. On sent qu’il y a eu une vraie recherche pour nous plonger dans le monde de cette affaire, cette époque (et même plus encore). Ce que je trouve d’assez fascinant aussi dans cet épisode, c’est l’attachement qui est proposé sur les détails. Le pilote introduit les excès de colères d’O.J. notamment alors que ce n’était pas forcément nécessaire de le faire tout de suite. Mais justement, c’est très bien fait à chaque fois au bon moment. C’est aussi une série qui cherche à dérouler la relation entre Robert Kardashian et O.J. Simpson et comment il a tenté de le défendre jusqu’au bout.

Bon, dans ce premier épisode il ne doit que lui sauver la vie alors qu’il cherche à se suicider. David Schwimmer est parfait dans le rôle de Bob Kardashian. C’est par ailleurs un premier épisode aidé par un casting brillant du début à la fin. Que cela soit Cuba Gooding Jr sous les traits d’O.J., John Travolta sous ceux de Robert Shapiro ou encore Sarah Paulson sous ceux de Marcia. Et j’en passe. Car le traitement fait de l’affaire ne passe pas que par le caractère judiciaire, mais aussi par la façon dont la presse gère cette affaire. Même la mise en scène de Ryan Murphy est admirable de American Crime Story. Un autre élément qui va dans le sens de cette série : la mise en place qui va bien au delà du cas. La série cherche aussi à mettre en scène les enjeux de l’époque, les relations entre les personnages. L’un des éléments particulièrement intéressant c’est peu-être bien Hollywood en tant que spectacle en soi. Ce procès ressemble à une sorte de télé-réalité avant même d’avoir commencé. C’est peut-être le fait que cette affaire est l’une des plus médiatisée de ces 50 dernières années mais en tout cas, American Crime Story délivre pour le moment tout ce que l’on peut attendre d’une série de ce genre là et c’est justement brillant.

Note : 9/10. En bref, réaliste et brillant.

Commenter cet article