Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : iZombie. Saison 2. Episode 11.

13 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #iZombie

Critiques Séries : iZombie. Saison 2. Episode 11.

iZombie // Saison 2. Episode 11. Fifty Shades of Grey Matter.


Après l’épisode précédent, pas toujours brillant, la série revient à quelque chose de beaucoup plus sympathique ici dans « Fifty Shades of Grey Matter ». Cet épisode est l’un de ceux où le reste des intrigues sont tellement intéressantes qu’à chaque fois qu’ils reviennent au cas de la semaine, c’est tout de suite beaucoup plus décevant. Non pas que l’affaire de cette semaine était mauvaise, juste qu’elle était un peu trop maigre par rapport au reste de ce que l’épisode avait à offrir. La série a du mal à garder son entrain lors des moments les plus cruciaux de l’affaire, du coup face aux développements déroulés autour, c’est dommage. L’affaire tombe donc un peu dans le c’est pas mal avec autour d’elle tout un tas de choses assez sympathiques. C’est assez surprenant (et dans le bon sens du terme), d’autant plus que je ne m’attendais pas nécessairement à ce que la série développe autant de belles choses autour d’une telle affaire. Par ailleurs, le problème avec la victime de la semaine, un libraire le jour et écrivain de fictions érotiques la nuit. C’est pour cela que le titre de cet épisode est inspiré du titre d’une fiction érotique connue de tous. Pour en revenir à cet épisode, l’intérêt n’est donc pas là dedans ou encore dans la façon dont il a été tué (et pour le coup, les scénaristes de iZombie ont été assez inspirés pour nous surprendre là aussi).

Non, ce qui fonctionne le mieux là dedans c’est plutôt tout le reste et c’est aussi pour cela que j’apprécie iZombie. Du coup, quand Liv se retrouve avec Drake, je dois avouer que j’ai trouvé l’idée assez fun et cela fonctionne parfaitement. Le fait que les deux puissent s’envoyer en l’air de façon jouissive simplement en donnant à Drake un peu de cervelle de libraire adorant les fictions érotiques simplement pour qu’ils puissent passer une bonne nuit, c’est drôle. C’est ici un choix assez intéressant que fait l’épisode. C’est presque une façon de dire que Liv est hors de contrôle quand elle est sous l’influence d’un cerveau et aussi qu’elle a suffisamment de contrôle pour s’arrêter elle-même avant que les choses ne dégénère de trop. C’est quelque chose d’assez complexe dans son ensemble mais le moins que l’on puisse dire c’est que iZombie sait s’y prendre. C’est aussi pour cela que le tout est aussi bien maîtrisé. En tout cas, de mon point de vue. Par ailleurs, l’histoire de Drake permet aussi à iZombie de sortir un peu de certains de ses carcans. Je pense qu’elle en avait vraiment besoin. L’un des plus gros développements de cet épisode c’est Blaine.

Du coup, Clive va réussir avec Agent Bozzio à connecter l’histoire de Blaine avec plusieurs affaires de kidnappings - qu’ils appellent des meurtres alors que je ne pense pas qu’il y ait de corps - sans compter du massacre de Meat Cute. Heureusement qu’il y a eu le lieutenant écrivant Blaine sur le mur là bas mine de rien. La progression de l’histoire est excitante tout au long de l’épisode et donner une vraie énergie à la dynamique de la saison. Les scènes entre Bozzio et Clive sont quant à elle inspirées et funs, ce qui permet de mettre toutes les pièces ensemble. De toute façon, iZombie ne rate jamais une bonne occasion de retourner un peu plus le couteau dans la plaie. Il y a ici une vraie alchimie que l’on a envie de voir se développer par la suite. Finalement, ce nouvel épisode de iZombie a un cas très simple et basique mais des développements personnels intelligents et soignés qui permettent de voir un peu plus loin qu’une simple petite affaire. Car ce n’est clairement pas le but de cet épisode. Quoi qu’il en soit, je suis rassasié jusqu’à la semaine dernière et j’espère rapidement déguster de nouveaux bons épisodes de iZombie comme celui-ci d’ici la fin de la saison qui arrive dans seulement 7 épisodes…

Note : 7/10. En bref, le iZombie que j’aime est de retour.

Commenter cet article