Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 2. Episode 8.

12 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Madam Secretary

Critiques Séries : Madam Secretary. Saison 2. Episode 8.

Madam Secretary // Saison 2. Episode 8. Lights Out.


Dans ce tout nouvel épisode de Madam Secretary, Elizabeth et Russell vont demande de l’aide à Mike afin de faire tomber Craig Sterling. C’était assez sympathique de voir les différents jeux de manipulations que Russell et Mike ont pu mettre en oeuvre sur Craig. Bien entendu, le moment le plus intéressant est arrivé quand le Président Dalton décide de déclarer la guerre contre la Russie. C’est assez étrange de voir un côté complètement différent de Russell mais j’ai beaucoup aimé. Cela a rendu son personnage beaucoup plus humain. Quelqu’un est-il surpris qu’il ait des problèmes de pression sanguine ? Non mais je dois avouer que j’ai été intéressé à l’idée d’en voir un peu plus sur ce personnage d’un point de vue personnel alors que l’on n’a de cesse de le voir au cour des affaires sans rien de plus. Cette saison semble se concentrer un peu mieux sur les personnages et leur histoire personnelle. C’est assez efficace et surtout intéressant à suivre. Bien entendu, Russell arrive avec une idée afin de se débarrasser de Craig en faisant en parallèle un peu de cardio. C’est assez intelligent de la part de Russell de jouer avec l’égo de Craig en lui faisant croire qu’ils étaient amis. Peut-être aussi car Russell sait que c’est la seule façon de faire en sorte que Craig lui fasse confiance. Je n’étais donc pas si choqué que ça que Craig soit un con.

Le trio, Russell, Liz et Mike, fonctionne donc assez bien dans son ensemble alors qu’ils tentent tous de trouver des idées afin venir à bout d’un plan. La séquence où les trois personnages se retrouvent afin de discuter de tout ça est assez jouissive, pleine d’idées et surtout de trouvailles presque comiques. C’est encore plus drôle quand Liz et Russell sont assis en train de boire leur grand verre d’eau en attendant que Craig les rejoigne dans la salle de réunion. Si cette partie de l’épisode est assez efficace dans son ensemble, j’ai aussi bien aimé l’histoire de Dimitri. Ce dernier se retrouve coincé à Moscou, espionné de toutes parts. Mais je me demande pourquoi Henry veut continuellement le protéger. Certes, il est en danger constant mais bon, on ne peut pas trop en demander non plus à Dimitri, ce n’est pas un vrai espion qui a été entrainé pour être un espion. Mais c’est assez fun de le voir prendre l’adrénaline de tout ça, tenter de trouver des solutions (notamment le coup de la prostituée) afin de s’assurer une certaine forme de sécurité. De toute façon, on sait que Henry ne pourrait pas s’occuper de Dimitri en allant à Moscou s’il en avait besoin. C’est aussi compréhensible que le gouvernement russe ait supposé que Dimitri soit un espion.

En grande partie car Dimitri a passé énormément de temps aux Etats-Unis. En tout cas, je trouve que Dimitri est vraiment gentil d’avoir fait tout le boulot alors qu’il aurait très bien pu rester sur le sol américain ou sur le sol russe mais sans aider l’une des deux parties. En restant fidèle à lui-même et à sa vie. Du côté des russes, ce n’était pas si surprenant que ça d’apprendre que c’est la Russie qui est derrière la cyber-attaque contre Air Force One. La saison semble donc petit à petit préparer une guerre inévitable entre la Russie et les Etats-Unis. Mais si la Russie est vraiment derrière cette histoire d’attaques, je suis certain que ce n’est pas tout car il y a quelque chose d’un peu trop facile ou en tout cas d’étrange qui rode dans les parages. Finalement, cette saison 2 de Madam Secretary est clairement en train de devenir beaucoup plus passionnante que je n’aurais probablement pu l’imaginer au départ. Il y a des tas de petites idées et trouvailles afin de faire de cette série géo-politique quelque chose d’encore plus grand, notamment sur la scène de l’espionnage. C’est justement ce genre de choses que j’apprécie ici et que j’ai hâte de retrouver à chaque fois.

Note : 7/10. En bref, efficace.

Commenter cet article