Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale. Saison 17. Episodes 8 et 9.

19 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Crit. Sér. : SVU

Critiques Séries : New York, Unité Spéciale. Saison 17. Episodes 8 et 9.

New York, Unité Spéciale // Saison 17. Episodes 8 et 9. Melancholy Poursuit / Depravity Standard.


SVU a toujours été une bonne série quand elle fait le portrait de crimes particulièrement sombres sans chercher à donner aux téléspectateurs une réponse qui a du sens. Dans « Melancholy Poursuit », la série nous délivre quelque chose d’assez intéressant, encore plus avec la réaction inattendue de Mike Dodds qui permet de rappeler qu’au fond, les personnages sont vraiment importants dans cette série. L’intrigue principale dans cet épisode ce n’était pas vraiment le crime mais les histoires derrière le crime (et notamment la réaction de Dodds). C’est ce qu’il y avait de plus important dans cet épisode et je ne m’y attendais pas du tout. Il y a même un moment assez important pour Olivia au début de l’épisode qui n’avait semble t-il aucun lien avec le reste jusqu’à ce que l’on comprenne. Au départ, j’ai pensé que l’affaire de la semaine serait la disparition de Noah, le fils d’Olivia. Heureusement que ce n’est pas du tout le cas. Il y a eu tellement de crimes de ce genre là dans cette série qu’un kidnapping de plus mais avec Benson au milieu de l’histoire, ce serait forcément terrible. Les scènes où Olivia panique sont assez efficaces et permettent aussi de rappeler que notre héroïne est une mère et que tout ce qu’elle voit au fil des années que l’on peut comprendre qu’elle panique quand son fils disparaît de son regard.

Cela a cependant pris énormément de temps sur le reste de l’épisode et donc l’intrigue de la semaine. Rollins quant à elle a aussi des choses à nous raconter alors que son bébé est prêt à arriver. Le fait que Rollins soit bientôt mère va changer la dynamique de la saison et probablement de la série. Je n’ai jamais aimé les intrigues bébé donc je me demande comment celle-ci sera gérée par la suite. Ensuite, cet épisode est clairement celui de Mike. Mike fait partie des petits nouveaux de la série, mais j’aime bien sa façon de réagir qui rappelle presque Rollins quand cette dernière est apparue au début de la série et qu’elle avait peut-être des réactions un peu trop fortes face à ce qui se passe dans les bureaux du SVU. La résolution de l’affaire est peut-être un peu facile mais je ne m’attendais pas non plus à ce que l’histoire évolue dans cette direction. Mike se révèle vraiment ici et il fallait bien que cela soit le cas avec l’absence de Rollins et le départ de Danny Pino à l’issue de la saison précédente. Quand SVU développe des affaires fortes et riches comme celle-ci, on ne peut que voir les personnages de la série être développées derrière et c’est clairement ce qui se passe ici avec beaucoup d’entrain et de malice. « Depravity Standard » est légèrement différent alors que l’épisode est le dernier de l’année et qu’il se devait de nous donner envie de revenir l’année prochaine pour la suite de la saison.

Pour le coup, le résultat est assez sympathique là aussi avec en bonus un retour du bon vieux Dr Huang. Ce dernier n’avait pas été vu depuis un bout de temps dans la série et pour cause, B.D. Wong l’a quitté il y a plusieurs années de ça. Son retour est le bienvenue d’autant plus que l’affaire dépeinte ici se déroule en 2012. Le cliffangher de l’épisode est certainement le meilleur moment alors que le reste du casting, SVU déroule une affaire judiciaire alors qu’une erreur fait surface et rappelle un procès à se jouer de nouveau.

Benson - « He confessed because he did it! »
Huang - « I’m sorry, but I don't know that. And neither do you. »

Ce n’est pas facile de gérer les émotions d’une telle affaire, encore plus pour les victimes. J’ai trouvé intelligent la façon dont l’affaire est réglée, d’autant plus que l’émotion se veut constante. Je me demande ce qu’ils vont pouvoir faire du cliffangher tout de même car cette affaire est vraiment différente de ce que l’on avait pour habitude de voir. C’est même très différent de la façon dont SVU a pour habitude de traiter ses intrigues. Rollins va t-elle perdre son bébé ? Le procès va t-il se poursuivre dans le prochain épisode ? Tout cela reste pour le moment sans réponse.

Mais SVU compte bien nous répondre à tout cela rapidement. En tout cas, le fait est que là aussi il y a des questions qui se posent sur la morale de cette histoire. J’aime bien la façon dont Huang a changé de camp, ce qui laisse forcément Benson un peu circonspecte. Après tout, imaginez quelqu’un avec qui vous avez travaillé pendant plusieurs années se retrouve dans le camp adverse ce n’est pas facile à accepter. Quoi qu’il en soit, SVU délivre avec ces deux épisodes deux affaires totalement différentes mais tout aussi intéressantes l’une que l’autre. J’ai toujours dit que j’aimais bien l’aspect judiciaire de SVU et pour le coup, « Depravity Standard » délivre pile poil ce que je recherche quand je parle de la partie judiciaire de la série.

Note : 7/10 et 6.5/10. En bref, deux épisodes assez intéressants chacun à sa façon.

Commenter cet article