Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Shannara Chronicles. Saison 1. Episodes 7 et 8.

22 Février 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Shannara Chronicles

Critiques Séries : The Shannara Chronicles. Saison 1. Episodes 7 et 8.

The Shannara Chronicles // Saison 1. Episodes 7 et 8. Breakline / Utopia.


Alors que la première partie de la saison et des mises en place est derrière nous, il était temps pour The Shannara Chronicles d’enfin aller de l’avant et de nous proposer quelque chose d’un peu neuf. Par chance, « Breakline » évite les problèmes habituels et tente de faire avancer l’histoire. Ces deux épisodes préparent le terrain pour la fin de la saison alors forcément, cela aurait été dommage de rater l’atterrissage quand le décollage a été douloureux. Les intrigues tentent donc d’aller dans de nouvelles directions. Nous avons Eretria et Amberle qui vont enfin pouvoir montrer que ce ne sont pas des personnages annexes de seconde zone. Elles doivent compter l’une sur l’autre. Bon, on repassera encore sur l’intelligence du récit qui n’est toujours pas présente mais il y a un mieux notable. La relation entre les deux personnages est vraiment sympathique et bien utilisée au travers de « Breakline », laissant cependant Will de côté une fois de plus. Je ne sais pas où est-ce que la série compte aller avec Will mais pour le moment elle ne sait pas trop dans quelle direction aller. Peut-être aussi car il est sensé incarner quelque chose d’important dans le récit.

Pour autant, l’histoire de la famille royale est particulièrement bien développée. On avait déjà eu des indices là dessus précédemment mais là, la façon dont les retournements de situation jouent leurs cartes, The Shannara Chronicles surprend dans le bon sens. Heureusement que les scénaristes peuvent oser un peu dans ce registre là ce qui sort légèrement la série de son voile adolescent pour devenir peut-être un peu plus proche d’une série mature. Ce n’était pas difficile avec cet épisode de faire beaucoup mieux que le précédent, j’en conviens, mais cela reste une sorte d’exploit à sa façon. La série a beau jouer à certains moments avec des cartes que l’on connaît, globalement elle prouve aussi qu’elle a des choses à montrer qui sont bien plus intéressantes que l’on ne pouvait l’espérer. Avec « Utopia », le scénario s’engage dans une direction encore une fois étrange tout cela dans le but de gagner du temps. Car c’est clairement le but de l’épisode ici, gagner encore et toujours du temps. C’est frustrant de voir une série intéressante comme The Shannara Chronicles tomber dans ce piège ça, celui des épisodes qui cherchent à nous plonger petit à petit dans une histoire avant de parfois gagner du temps qu’il n’était pas nécessaire de gagner.

A deux épisodes de la fin de la saison, je me demande comment The Shannara Chronicles a pu délivrer quelque chose d’aussi mauvais que cet épisode. Je m’attendais à quelque chose de vraiment différent. Je me demande si l’erreur ne vient pas de MTV, d’avoir certainement voulu influencer un peu trop The Shannara Chronicles à sa sauce. Il aurait justement été intelligent de faire les choses de façon légèrement différente. L’épisode précédent était réussi, notamment dans sa volonté de faire évoluer les personnages, l’intrigue de la série (notamment sur la famille royal)e et tout un tas d’autres choses). Là, ce n’est pas forcément un pas en arrière, mais on s’ennuie car la série prend encore une fois son temps sur des choses qui ne sont pas aussi passionnantes que l’on aurait pu l’espérer. L’épisode précédent nous lançait dans une direction suffisamment efficace pour que l’on ait envie de revenir ici, mais en regardant les épisodes l’un à la suite de l’autre, on se rend d’autant plus compte du problème inhérent avec cette série. Finalement, j’espère que les deux derniers épisodes de la saison seront dans la lignée de « Breakline » et pas de cette introduction ratée qu’est « Utopia ».

Note : 6.5/10 et 4/10. En bref, entre ce que la série peut faire de plus mauvais et de plus intéressant il n’y a qu’un pas.

Commenter cet article