Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The Lady in the Van (2016)

30 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : The Lady in the Van (2016)

The Lady in the Van // De Nicholas Hytner. Avec Maggie Smith, Alex Jennings et Jim Broadbent.


Le réalisateur du très sympathique History Boys (2006) est de retour pour de nouvelles aventures avec Alan Bennett au scénario (Telling Tales, La folie du roi George) et cette fois-ci c’est l’histoire de La femme à la camionnette, déjà mise en scène au théâtre par Alan Bennett avec Maggie Smith dans le rôle titre, qu’elle reprend ici avec ferveur. Dans cette « presque » histoire vraie, on nous raconte l’histoire d’une femme qui vit… dans son van. Jusque là, rien de bien original et le film n’a d’ailleurs pas la prétention de faire dans la grande originalité. Avec une bonne dose d’humour anglais sur les bords, une Maggie Smith qui en fait des caisses comme on aime bien la voir en faire et quelque chose de légèrement cocasse, on se retrouve finalement avec un film assez intelligent dans son ensemble qui fait la part belle au cabotinage de son actrice principale, tout cela pour le meilleur bien évidemment. Ce film vient alors retracer l’histoire de la relation semi-tragique, semi-comique entre Alan Bennett et une vieille dame brute de pomme qui vit dans un van. Le fait que cela soit inspiré de la vie du scénariste n’apporte rien de plus dans le sens où l’on a surtout l’impression qu’il s’agit d’une histoire originale, créée de toute pièce pour les besoins d’un film.

Dans les années 1970, à Londres, Alan Bennett, auteur de pièces de théâtre, habite le quartier de Camden Town. En face de chez lui, une drôle de vieille dame vit dans une camionnette. Peu à peu, une étrange relation se développe entre eux, et Miss Shepherd finit par s'installer dans l'allée de la maison de Bennett...

Le réalisme se retrouve alors plus derrière la façon dont The Lady in the Van cherche à présenter l’époque au travers de ses décors. De ce point de vue là, j’ai trouvé le film assez pertinent voire même passionnant. Nicholas Hytner nous offre donc des paysages de Camden Town à Londres qui vont bien avec l’ambiance voulue par l’histoire. C’est gentillet comme tout, cela ne fait pas de mal et cela peut même faire du bien par moment. En effet, c’est très propre (peut-être trop par moment) mais au fond, est-ce que l’on attendait quelque chose de plus acerbe ? Je ne pense pas. Derrière ce personnage de Tatie Danielle, Maggie Smith s’en donne à coeur joie. Elle a toujours été parfaite dans le rôle de la vieille dame un peu acariâtre avec laquelle il est difficile d’en découdre (Secrets de Famille, Downton Abbey et j’en passe) mais c’est ce qui fait le charme de son jeu et de l’actrice. Toute la façon dont le film évolue est très britannique. On retrouve alors certains clichés du genre toujours appréciable même si l’on pourrait aisément penser le contraire aussi par la même occasion. Mais le charme est là et il opère de façon instantanée.

Ce qui est presque dommage finalement c’est de ne pas avoir voulu pousser un peu plus loin, pas voulu faire quelque chose de totalement nouveau non plus dans le sens où The Lady in the Van s’appuie sur des tas de trucs que l’on a déjà plus ou moins vu. Pourquoi pas dirons nous surtout. En restant fidèle à lui-même, le film se déguste comme une petite sucrerie que l’on aurait voulu se donner en récompense. Il n’y a pas vraiment de mauvaises choses là dedans, juste une bonne partie de plaisir à prendre durant 1h30 sans trop de poser de questions supplémentaires. Et puis bon, qui est-ce qui voulu vraiment plus que ce à quoi l’on a droit ici ? Personnellement, The Lady in the Van m’a repu.

Note : 6.5/10. En bref, un joli petit film, parfois tordant, parfois plus émouvant, à la façon britannique.

Commenter cet article