Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : Zoolander 2 (2016)

4 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : Zoolander 2 (2016)

Zoolander 2 //  De Ben Stiller. Avec Ben Stiller, Owen Wilson et Will Ferrell.


Zoolander premier du nom est un film culte qui l’est devenu au fil des années. En effet, ce n’est pas tout de suite que le film a été reconnu ou vu. Zoolander 2 arrive donc 15 ans après le premier volet et c’est presque encore plus barré et jouissif. L’avantage de ce second volet c’est qu’il ne se prend jamais au sérieux, que c’est too-much mais surtout que c’est totalement assumé. Innovante sur certains points, Zoolander 2 s’avère être du même acabit que les comédies incomprises de Phil Lord et Chris Miller (22 Jumpstreet était un joyeux bordel elle aussi par exemple et pourtant, l’une de mes comédies préférées de l’an dernier). L’humour absurde n’a apparemment plus trop sa place au cinéma alors que je trouve que justement, c’est une forme d’humour qui change, qui sort un peu des carcans du genre. Ben Stiller, qui s’est égaré par moment dans sa carrière, a fait le choix de faire revivre son personnage culte mais en préparant son film dignement il n’a raté aucun coche. Pourtant, j’avais peur que cela soit complètement raté. Peut-être car le premier film est culte, peut-être aussi car cela fait quinze ans et que l’on est sensé être passé un peu à autre chose.

Blue Steel. Le Tigre. Magnum… Des regards si puissants qu’ils arrêtent des shuriken en plein vol et déjouent les plans de domination mondiale les plus diaboliques. Un seul top model est capable de conjurer autant de puissance et de beauté dans une duck-face : Derek Zoolander ! Quinze ans après avoir envoyé Mugatu derrière les barreaux, Derek et son rival/meilleur ami Hansel, évincés de l’industrie de la mode suite à une terrible catastrophe, mènent des vies de reclus aux deux extrémités du globe. Mais lorsqu’un mystérieux assassin cible des popstars célèbres, les deux has-been des podiums se rendent à Rome pour reconquérir leur couronne de super mannequins et aider la belle Valentina, de la Fashion Police d’Interpol, à sauver le monde. Et la mode.

Grâce à une pléiade de caméos : Billy Zane, Justin Bieber, Kiefer Sutherland et mon préféré : Susan Boyle, Zoolander 2 invite aussi des stars de la mode : Anna Wintour (qui tient un micro rôle elle aussi dans le film, ce qui est juste ubuesque tant cette femme semble inaccessible), accompagnée de gens comme Marc Jacobs, Alexander Wang, Tommy Hilfiger, Valentino. Chacun en prend pour son grade mais chacun a de l’auto-dérision, créant forcément un sentiment de liberté unique. Zoolander 2 aurait très bien pu jouer la carte des caméos sans aller chercher beaucoup plus loin alors que c’est le contraire de ce qui se passe. Toutes les célébrités présentes dans le film ont quelque chose de funs à incarner, même Ariana Grande et son ballon boulon ou encore Katy Perry sur son balcon. Ben Stiller  a tout de même voulu aller jusqu’à faire apparaître Julian Assange dans une scène d’orgie. Autant dire que Zoolander 2 est complètement barré et que le film s’assume totalement en tant que tel. Avec tant de personnages, on pourrait alors se dire que l’histoire ne tient pas de debout mais elle reste dans la lignée du précédent film. Inspirée des James Bond mais transposé dans le milieu de la mode, Zoolander 2 s’amuse à faire revenir d’anciennes gloires du premier volet et notamment Mugatu incarné par Will Ferrell.

Cet acteur est toujours aussi brillant dans le rôle du « génie » de la mode Mugatu. Il est prêt à tout pour gagner à nouveau sa place dans le monde de la mode. Si Zoolander 2 nous invente une histoire fantastique complètement barrée en parallèle (le fait qu’il y a un Steve dans le Jardin d’Eden, qu’il est le mannequin « zéro », qu’il est l’Elu et qu’il a une descendance, etc.), on se fout de la cohérence de la chose car le but de Zoolander 2 n’a jamais été d’être en accord avec la réalité, juste de nous faire passer un agréable moment sans trop se poser de questions. Ce que j’ai également découvert à l’issue de ce film c’est que Justin Theroux, l’un ces acteurs principaux de The Leftovers, est le co-scénariste du film. Si je me souviens de lui dans le rôle du DJ d’enfer, je dois avouer que je ne m’attendais pas forcément à quelque chose de cet acabit là. Quoi qu’il en soit, Zoolander 2 s’amuse du début à la fin, oscillant entre des apparitions inattendus et parfois même particulièrement jouissives (Sting en fait partie, encore plus quand on voit sa dernière scène dans le film, un pur plaisir meta). Les références s’enchaînent, Zoolander 2 ne perd pas le temps du spectateur et ne nous ennui donc pas.

Note : 9/10. En bref, un joyeux bordel totalement assumé.

Commenter cet article