Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 6.

18 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #American Crime Story

Critiques Séries : American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson. Saison 1. Episode 6.

American Crime Story : The People vs. O.J. Simpson // Saison 1. Episode 6. Marcia, Marcia, Marcia.


Sacrée Marcia Clark ! Rien qu’un petit soupire au début de l’épisode m’a conquis. Sarah Paulson sera probablement nominée pour un Emmy en septembre prochain et elle ne volerait clairement pas la récompense. Je trouve même qu’il y a beaucoup plus à manger pour elle dans ce rôle là que dans tous les rôles qu’elle a eu dans American Horror Story depuis la saison 2. Cet épisode est probablement mon préféré de toute la saison pour le moment et c’est celui qui met Marcia face à ses actes, qui sert de porte drapeau pour le personnage de Marcia. Je pense que l’on se retrouve ici avec l’un des meilleurs épisodes que j’ai pu voir depuis le début de l’année. Marcia Clark adore le fait d’être une avocate et elle travaille de façon acharnée afin que O.J. Simpson soit condamné. Mais ce qui me fascine avec ce personnage (contrairement à Shapiro ou Cochran) c’est le fait qu’elle n’est pas habituée à toute la débâcle qui a fait d’elle une sorte de célébrité sans qu’elle ne l’ait vraiment voulu. Elle se trouve au milieu des médias, de ces gueules de loup prêtes à tout dévorer sur leur passage du moment que cela peut faire un titre, une actualité, etc. Être balancés dans la gueule du loup quand on ne s’y attend pas ce n’est pas forcément une bonne chose.

Mais Marcia est en train de l’apprendre à ses dépends. Il y a plusieurs développements fait autour du procès. Notamment la scène inoubliable où F. Lee Bailey questionne Fuhrman sur son usage du mot « nigger ». La scène est mise en scène de façon assez étrange mais en même temps, pile poil comme une série de Ryan Murphy doit être mise en scène. Sans compter sur le témoignage de Rosa Lopez qui n’a pas fonctionné comme prévu. C’est ce genre de scènes qui font le succès d’American Crime Story, car la série a réussi à reproduire ce que ces moments clés ont fait dans ce procès. Dans une scène un peu plus tôt dans l’épisode, Cochran va intelligemment montrer que Lange vit à Simi Valley, en répétant encore et encore le nom du quartier pour que les jurés se souviennent de cette histoire et du fait que Lange parle d’avoir ramené des preuves chez lui. Chez lui oui. C’est surréaliste mais cela fait partie de ces éléments qui ont été à l’avantage de O.J. Simpson. La stratégie de la défense est en train de payer petit à petit de par la façon dont est introduit le racisme ou encore le doute. C’est fascinant et American Crime Story fait un boulot assez minutieux de ce point de vue là. Pour autant, tout dans cet épisode va de l’avant.

En plus de faire une vraie étude du personnage de Marcia Clark. Sarah Paulson montre en plus de ça d’autres talents et c’est pile poil ce qu’il fallait pour passer un agréable moment. Rien ne peut faire gagner Clark pour le moment, en tout cas pas dans la situation dans laquelle elle se trouve actuellement. C’est aussi ce qui fait de cet épisode un épisode si sombre et dépressif dans le très bon sens du terme. American Crime Story démontre donc tout au long de l’épisode que finalement il n’y a aucune chance que cette femme gagne le procès. Elle est compétente mais elle n’a pas réussi à montrer la bonne stratégie, épuisée par ce qui se passe en parallèle. La notion de célébrité n’est pas la sienne, que maîtrise les autres personnages de American Crime Story. En tout cas, les médias ont transformé Clark en quelqu’un qui doute d’elle-même, simplement car la médiatisation a réussi à la rencontre inconfortable.

Note : 10/10. En bref, brillant.

Commenter cet article