Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Beowulf : Return to the Shieldlands. Saison 1. BILAN (UK).

28 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Beowulf

Critiques Séries : Beowulf : Return to the Shieldlands. Saison 1. BILAN (UK).

Beowulf : Return to the Shieldlands // Saison 1. 12 épisodes.
BILAN


Adapter le poème Beowulf en série n’était peut-être pas ce qu’il y avait de plus simple, surtout quand la série n’est pas du tout poétique derrière. James Dormer, Tim Haines et Katie Newman ont tenté pourtant de faire de cette série quelque chose, pas nécessairement sortant du commun mais quelque chose d’au moins correct que l’on aurait envie de suivre sur 12 épisodes. Car 12 épisodes c’est énorme et avec un manque cruellement de moyens, un héros assez peu charismatique (incarné par Kieran Bew - vu dans Da Vinci’s Demons, Whitechapel -) sans compter que les ressemblances avec le matériel d’origine sont assez faibles. Du coup, au fil des épisodes on se demande bien ce qui se passe. Certes, il y a tous les poncifs de la saga fantasy avec des combats à l’épée, des courses à cheval, des histoires de traitrises en tout genre, sauf que dans le genre fantasy nous avons Game of Thrones actuellement et ITV n’a pas réussi à être à la hauteur avec sa propre série. Pourtant, ITV a les moyens de nous séduire. Elle aurait pu sortir le chéquier et nous éviter une série au moins aussi laide. Tirant par moment sur le registre Game of Thrones-esque, puis sur du western fantasy (peut-être que c’est un genre finalement), Beowulf manque pas mal de surprises.

Malgré ses défauts, Beowulf est aussi un peu une aventure en montagnes russes, avec des combattants qui n’ont pas peur, des monstres et un paroxysme de la violence qui donnerait presque l’impression que est un pique-nique. C’est donc décevant de voir que plusieurs éléments sympathiques et sombres du conte qui plus ou moins dispersés au milieu de ces 12 épisodes sans qu’il n’y ait véritablement d’intérêt dernier. Peut-être que la plus grosse déception est Beowulf lui-même finalement tant ce personnage plein de potentiel n’incarne que très peu de choses dans le récit ici. Pour ce qui est des adaptations de Beowulf, je dois avouer que j’ai rarement vu quelque chose de vraiment brillant. Que cela soit Beowulf & Grendel (2005), ou bien d’autres visions du héros encore ailleurs on est sacrément loin de la série transcendante. En tout cas, je m’attendais vraiment à voir quelque chose d’un peu différent, peut-être d’un poil plus amusant finalement sauf que le résultat est vraiment tout autre. Il y a des choses que Beowulf a pourtant bien réussi, notamment à chercher à nous questionner sur ce qui se passe, spéculer sur tout un tas de choses. On avait vraiment besoin d’un truc de ce genre là mine de rien.

En délivrant des éléments fantastique avec un ton réaliste, là aussi Beowulf tente de nous avoir dans ses filets sauf que ce n’est pas aussi facile que ça. Bien au contraire. Mais contrairement au Beowulf du poème qui arrive au Danemark comme un mystérieux héros afin de mettre un terme aux attaques de Grendel sur les Danes, Beowulf des Shieldland est beaucoup plus une sorte de fils prodigue, adopté par Hrothgar et revenant à la maison après une long absence avec son bras droit, Breca (incarné par Gisli Orn Garoarsson). Je pense que pour réussir, Beowulf aurait dû plus s’inspirer de Vikings qui est pour moi une aventure absolument fabuleuse à mi chemin entre la fantasy et surtout quelque chose de réaliste qui cherche à faire le portrait de cette époque, des vikings eux-mêmes. Beowulf tente le ton réaliste, afin de nous raconter que cette histoire a réellement existé sauf que ce n’est pas forcément quelque chose qui me plaît énormément. Le genre s’est ici un peu perdu mais je ne pense pas que Beowulf soit non plus totalement ratée. Il y a des tas d’éléments narratifs problématiques mais une envie derrière qui semble fonctionner assez bien. Finalement, Beowulf est donc une déception. Dommage.

Note : 4/10. En bref, je suis déçu de ne pas avoir vu une série un peu plus ambitieuse.

Commenter cet article