Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episode 16.

29 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Gotham

Critiques Séries : Gotham. Saison 2. Episode 16.

Gotham // Saison 2. Episode 16. Prisoners.


Se concentrer uniquement sur Gordon et le Penguin était un risque. D’une part car la série a pour habitude de partir dans tous les sens avec sa galerie de personnages. D’autre part car Gordon est depuis le début de la saison un personnage un peu secondaire et que le Penguin a été tiré en long et en large par la série depuis deux saisons. Le résultat est ainsi partagé même si l’épisode reste l’un des plus intéressants de la saison sur le papier. Le fait que cet épisode ne soit pas nourris par les éléments de la série de super-héros permet de se concentrer sur quelque chose d’autre, notamment sur les émotions et les évolutions personnelles de deux personnages emblématiques de la série. J’ai déjà dit par le passé que Gotham est souvent sous l’eau avec trop de personnages, trop d’intrigues difficiles à digérer alors quand elle se concentre sur un lot de personnages, et ici sur deux, il faut saluer la série et l’encourager même si « Prisoners » n’est pas brillant et n’a pas eu sur moi l’effet escompté. Gotham nous donne surtout l’impression cette année de s’égarer un peu derrière son envie de montrer des tas de vilains mais sans donner de vrais enjeux derrière. Au début, la saison semblait cohérente avec ses vilains et la façon dont ils agissaient. Ca a dû durer 3 épisodes. Puis avec Mr. Freeze j’ai repris espoir, cela n’a duré que 2 épisodes.

Et Gotham est continuellement comme ça, consciente de ses problèmes mais elle ne tente qu’à de très rares occasions de surprendre. Du coup, cet épisode jongle entre les bonnes choses et les mauvaises de cette série. La situation de Gordon est intéressante par rapport à la façon dont la prison joue son rôle vis-à-vis de Gordon. Ce dernier n’est pas là pour rien, il est là pour résoudre une affaire. Cela ne dure que trop peu de temps et il aurait à mon sens fallu au moins 2 épisodes pour que l’on ressente vraiment le danger, la tension d’une histoire qui met du temps à se mettre en place avant de nous être enlevée au dernier moment. C’est un immense problème dans Gotham de toute façon, de ne pas toujours savoir doser les choses tout au long d’un épisode, pour finir par nous décevoir par la suite sans créer vraiment de surprise. Pour le Penguin, les choses sont assez similaires alors que Gotham tente toujours de digérer les conséquences de son passage à l’asile sans pour autant céder à la folie d’un personnage qui n’est plus que l’ombre de lui-même. L’histoire du Penguin n’est pas mauvaise dans cet épisode, elle se concentre juste sur des idées superficielles développées de façon tout aussi superficielles. On ne creuse pas vraiment la personnalité du personnage et c’est dommage.

Note : 5/10. En bref, si je salue le fait que la série tente quelque chose, le résultat est un peu différent.

Commenter cet article