Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Catch. Saison 1. Pilot.

25 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Catch

Critiques Séries : The Catch. Saison 1. Pilot.

The Catch // Saison 1. Episode 1. Pilot.


Le format Shonda Rhimes est maintenant connu de tous. Il est décliné par des anciens scénaristes de ses séries. Après How to Get Away with Murder c’est au tour de The Catch d’utiliser les codes de mise en scène de musicaux d’une série estampillée Shonda Rhimes. Créée par Allan Heinberg (Grey’s Anatomy, Newport Beach), cette série s’avère être assez simpliste mais prometteuse. Ce premier épisode est d’une efficacité redoutable dans sa façon de présenter ses personnages. On n’est pas perdu sous une montagne de twists et d’intrigues à la mord moi le noeud. Je me demande même si au fond The Catch n’est pas tout ce dont le TGIT avait besoin afin de sortir un peu de sa morosité ambiante laissée par une Scandal qui s’essouffle plus vite que son ombre et une How to Get Away with Murder certes bonnes mais qui à mon sens est peut-être devenue trop sombre pour ratisser large. Avec un tel premier épisode, The Catch parvient justement à ratisser large comme il se doit. Il y a quelque chose d’intéressant, d’intelligent et puis d’accrocheur là dedans. On est happé par l’histoire et l’on a envie de savoir comment Alice Martin va arrêter son fiancé escroc. Aidée par un casting 5 étoiles (Peter Krause, Mireille Enos, Sonya Walger), la série nous propose donc de suivre une aventure avec une pointe d’escroqueries, de glamour et d’action.

Alice Martin, dont le travail consiste à enquêter sur les fraudes, est sur le point de se marier. Lorsqu'elle découvre que son fiancé est en réalité un escroc particulièrement habile qui a fait d'elle sa dernière victime, elle décide de tout mettre en oeuvre pour le retrouver. Un dangereux jeu du chat et de la souris commence alors...

The Catch n’est pas une série avec tout un tas de mystères. Non, elle est immaculée par rapport à Scandal ou sa petite soeur Murder. Certes, la formule va probablement nous conduire à des cas de la semaine afin de nous faire patienter avec l’intrigue en trame de fond mais ce n’est pas forcément si grave que ça. Ensuite, l’avantage est que Alice et Ben sont sur la même longueur d’ondes. La série ne cherche pas à mettre plus en avant l’escroc ou l’enquêtrice des fraudes. Les deux sont donc représentés à part égale afin de ne pas faire de jaloux. Cela permet aussi de mieux s’imprégner des deux univers, tant du côté d’Alice que du côté de Ben car ce dernier aussi a sa façon de faire qui me plaît bien. On est loin de White Collar et plus proche de ce que l’on peut attendre de Shondaland tout de même. Par certains aspects, The Catch me fait penser à Scandal mais pas le Scandal que j’ai détesté au travers de son pilote, plus le Scandal un peu plus léger de la saison 2. Pour pimenter un peu le tout, The Catch s’avère être une aventure pleine de surprises. Pas de twists mais de surprises, surtout au travers des personnages qui ont tous des choses sympathiques à nous raconter. Les relations sont construites de façon intelligentes et jamais rien n’est vraiment laissé au hasard.

Les personnages sont donc tous très soignés avec un accent forcément mis sur Enos et Krause mais pour la bonne cause. Côté casting, c’est d’ailleurs une belle réussite aussi. Mireille Enos nous fait complètement oublier son rôle de femme masculine dans The Killing. Ici, c’est presque une femme fatale prête à tout pour écraser celui qui a voulu la rouler dans la farine. Mais dans un sens, on sent que les deux (elle et Ben) s’aiment toujours, ce qui fait là aussi l’intérêt de cette chasse à l’homme. Peter Krause de son côté apporte un peu plus de caractère. On a souvent l’occasion de voir l’acteur dans des rôles de gentils, c’est donc une occasion de faire quelque chose de complètement différent ici et ce n’est pas plus mal. Même si ce n’est pas un grand vilain comme on pourrait s’y attendre, la légèreté de The Catch fait qu’il est tout de suite charismatique. Un peu comme l’a été Matt Bomer dans White Collar. C’est ce genre d’acteurs qui font le charme d’un tel personnage. Finalement, je m’attendais à trouver cette série sympathique et le résultat va bien au delà de mes attentes.

Note : 8/10. En bref, c’est glamour, léger et efficace.

Commenter cet article