Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Good Wife. Saison 7. Episode 17.

21 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Good Wife

Critiques Séries : The Good Wife. Saison 7. Episode 17.

The Good Wife // Saison 7. Episode 17. Shoot.


Les problèmes relationnels d’Alicia ont toujours été plus ou moins au centre de The Good Wife. Ce dont on peut se rendre compte avec « Shoot » c’est qu’il y a toujours un problème. Alicia semble heureuse au fond, elle a tout ce qu’il faut, mais il y a quelque chose qui ne fonctionne pas nécessairement. Quand Alicia dit à Jason qu’elle a perdu les dernières vingt années de sa vie (en gros, en parlant de son mariage avec Peter), je comprends qu’elle est enfin arrivée au point où elle est heureuse. Diane lui propose en plus de ça la possibilité d’avoir à nouveau son nom sur l’entrée de la firme (tout cela en demandant que Lucca soit promu en échange de laisser Carry sur le carreau, car au fond c’est le but). Le message que renvoie cet épisode est pourtant assez étrange. Il y a tellement d’intrigues en parallèle et pas mal de guests intéressantes mais toutes utilisées de façon parfois un peu décevante. Il y a notamment Blair Underwood (The Event) que j’aime bien mais qui reste un peu trop statique dans l’épisode. C’est aussi le retour de Connor Fox incarné par Matthew Morrison (Glee). Cet acteur était souvent détestable dans Glee, mais je trouve que dans cet épisode il est plutôt agréable de voir naviguer autour de sa petite intrigue. Le problème ? L’histoire est beaucoup trop mal utilisée à mon goût.

Et puis il y a la valeur sûre Denis O’Hare. Heureusement que ce dernier était là pour donner le change par moment dans la cour de justice car c’est clairement grâce à lui que le cas de la semaine s’est trouvé être beaucoup plus fun. Rien que la fin et l’annonce de son jugement c’était vraiment fun. Le retour de Grace Florrick s’empile au dessus de tout ça, et là aussi l’épisode ne sait pas trop quoi faire d’elle. Elle est accusée dans cet épisode d’avoir plagié ses dissertations et Alicia doit arriver pour sauver la mise de sa fille, comme une bonne mère mais aussi une bonne avocate. Il y a tout un tas de choses de ce genre là, des tas de scènes qui s’enchaînent. L’épisode est très riche en intrigues, beaucoup trop du coup et sans être nécessairement perdus, on a l’impression que The Good Wife n’arrive pas à prendre son temps pour raconter l’histoire de chacun, ou en tout cas donner un sens différent à l’histoire des personnages. Alicia est toujours l’héroïne de la série et elle est donc au four et au moulin, mais il y a un truc qui ne colle pas et c’est bien dommage. Ce sont donc des personnages secondaires qui offrent un peu de fraîcheur : Eli Gold qui écoute des conversations par des bouches d’aération, Denis O’Hare et ses répliques ciselées, Matthew Morrison qui étrangement délivre quelque chose d’assez agréable, et la question de Carry à la fin.

D’ailleurs, je me demande vraiment ce qu’il va advenir de la suite de Lockhart Agos Lee. Cette firme est en train de partir en sucette, surtout car Diane a des envies, Alicia semble la suivre difficilement (car elle sait que cela ferait du mal à Carry et ce n’est pas du tout ce dont elle a envie, surtout qu’elle a connu avec lui la galère de partir d’une firme en mauvais termes, etc.). Par ailleurs, je trouve aussi que Jeffrey Dean Morgan, bien que collé à une intrigue à la mord moi le noeud, délivre ici sa plus sympathique performance de la saison. Ainsi, cet épisode a voulu trop en mettre d’un coup. C’est comme manger un gâteau que l’on aime mais par gourmandise, à la fin on n’arrive même pas à le digérer.

Note : 5/10. En bref, dommage qu’il y en ait de trop, l’ensemble n’est pas si mauvais que ça.

Commenter cet article