Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critiques Séries : The Muppets. Saison 1. Episode 10.

22 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Muppets

Critiques Séries : The Muppets. Saison 1. Episode 10.

The Muppets // Saison 1. Episode 10. Single All the Way.


La présence de Mindy Kaling dans cet épisode est vraiment étonnante d’autant plus que les épisodes de Noël de The Mindy Project sont toujours carabiné (dans le bon sens du terme) et le dernier en date m’a vraiment cloué au sol moi et mes larmes. Quoi qu’il en soit, « Single All The Way » est l’un des meilleurs épisodes de The Muppets et c’est en grande partie car c’est Noël. Cette période est le moment de l’année où tout est beaucoup plus tendre, comme ces petites créatures finalement. On retrouve alors l’esprit originel, un peu comme il y a deux épisodes de ça quand je disais que The Muppets était en train de naître et d’être ce que j’attendais dès le début. Ce n’est pas que je n’aime pas l’humour plus adulte que The Muppets a voulu apporter avec cette série, c’est plus la façon dont les personnalités ont globalement été utilisées par moment. Les personnages se tiraient aussi des balles dans les pattes et ce n’était pas vraiment ce que je venais chercher. Je préfère largement les blagues et cet ensemble de choses qui fonctionnent terriblement bien. J’ai notamment adoré Gonoz. Ce dernier est clairement l’un des responsables de l’humour de cet épisode alors que « Single All the Way » n’est pas aussi énergique et drôle que « Going, Going, Gonzo » (encore un épisode avec Gonzo…).

C’est Noël et le Up Late with Miss Piggy ne peut pas passer à côté de cette fête. Surtout quand leur guest est incapable de chanter. Je n’ai jamais demandé à Mindy Kaling de chanter mais justement, sa voix aussi fausse est un moment assez cocasse. Tout le monde cherche alors une solution. Mais ce n’est pas la seule chose que Piggy et Kermit doivent régler, surtout quand Fozzie doit gérer une rupture. Piggy est parfaite pour donner des conseils. Disons que c’est le côté le plus tendre et la façon dont cet épisode utilise cette tendre n’a énormément plu. C’est aussi un épisode pour Fozzie alors que ce dernier a été largué par Becky. Bon, le but n’est pas de faire des blagues à tire larigot ici, mais tout le contraire, de créer des moments beaucoup plus tendres comme The Muppets est capable d’en faire de façon originale. Tout cet épisode repose là dessus et je dois avouer que j’ai beaucoup aimé le résultat. Cela change un peu de ce que l’on avait pour habitude de voir jusqu’à présent. La discussion avec Kermit est un autre moment de l’épisode qui rappelle aussi là aussi des choses, notamment du premier épisode de la saison. La relation entre Peggy et Kermit est intéressante et cet épisode veut faire en sorte de l’utiliser de façon judicieuse.

C’est donc aussi pour cela que j’aime bien cet bien et le résultat qui en découle derrière. En nous racontant encore une fois des histoires réalistes, sans pour autant se concentrer sur la guest de la semaine (désolé Mindy Kaling mais je pense que le plus important dans tout ce truc ce n’est pas tout mais bien les créatures de feutrine). C’est ce genre d’épisodes qui démontrent aussi à quel point la guest n’a pas de grande importance et à quel point les scénaristes pourraient très bien faire des épisodes uniquement avec ces petites créatures. Car c’est aussi pour cela que l’on regarde The Muppets à mon humble avis, pour ces créatures originales, leur humour ici plus adulte (même si la tendresse un peu enfantine est capable de reprendre le dessus par moment). Je me demande ce qui va encore changer dans les futurs épisodes d’autant plus que je suis persuadé que The Muppets a encore énormément de choses à nous prouver par la suite. Jusqu’à présent elle a tâtonné à droite et à gauche des tas de choses, testant des idées, mais certaines sont bonnes et je crois que The Muppets a enfin trouvé le ton juste avec ses deux derniers épisodes en date. Ce serait bête de tout foutre en l’air.

Note : 9/10. En bref, du très bon The Muppets.

Commenter cet article