Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Mystères de Laura : la Julie Lescaut américaine

2 Mars 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #The Mysteries of Laura

Les Mystères de Laura : la Julie Lescaut américaine

Alors que TF1 s’apprête à lancer Les Mystères de Laura, une nouvelle série policière, est-ce le Julie Lescaut américain ? Une héroïne rousse pour un message un poil féministe, du policier très léger, des histoires familiales, etc. On retrouve donc certains éléments qui ont fait le succès de la série de TF1 dans les années 1990-2000. On est tout de même très loin de la série policière ultra intelligente qui cherche à nous prendre de court à chaque fois qu’elle en a l’occasion. Qu’on se le dise, il ne faut pas vouloir Les Mystères de Laura comme une série exceptionnelle, elle n’offre rien de neuf dans le genre policier et ses personnages sont tous très formatés. Mais alors pourquoi peut-être donner une chance à une série à laquelle même TF1 ne semble pas trop croire. Lancée en seconde partie de soirée, TF1 a abandonné l’idée de peut-être lancer cette série en première partie de soirée et ainsi récolter un potentiel nouveau succès quand toutes les séries américaines qu’elle diffuse sont en train de s’écrouler, de perdre des tas de téléspectateurs.

Par ailleurs, Les Mystères de Laura est donc surtout une série policière légère qui cherche à dégrossir un peu le genre policier par de la légèreté. En étant à contre courant de la plupart des séries policières actuellement diffusées, ce que j’apprécie c’est le fait que justement elle décide de ne pas faire encore et encore les mêmes choses. Elle garde la trame classique d’une série policière : un meurtre, une enquête, tous les soubresauts du genre policier sont là, mais avec toute la sympathie de son héroïne. Laura est un personnage qui durant la première saison sait rapidement devenir attachant et irritant à la fois. D’un côté, son humour plaira surement à la femme responsable des achats de moins de 50 ans, de l’autre côté je ne suis pas le plus grand des convaincus. C’est de toute façon la seule vraie originalité de Les Mystères de Laura, celle de nous plonger au coeur de l’histoire d’une héroïne qui doit batailler entre sa vie professionnelle et sa vie personnelle. Sa vie personnelle devient rapidement l’un des rares éléments à donner envie de revenir d’épisodes en épisodes. Adaptée d’une série espagnole (Los Misterios de Laura), la série en reprend plus ou moins toute la trame mais en adaptant le format à une série grand public américaine.

Pour avoir vu un épisode (et un seul) de la série originale pour comparer avant de vous en parler, je dois avouer que la version américaine, derrière les bons sentiments, cache une certaine tendresse qui nous permet de rapidement nous sentir bien. La série espagnole n’est pas forcément détestable mais elle n’est pas brillante pour autant. Je me demande même comment NBC a pu se dire que ce serait bien d’opter pour l’adaptation d’une série qui, de base, n’est pas forcément très novatrice ou exceptionnelle. Mais l’idée de départ n’est pas bête, en tout cas Debra Messing était le casting parfait pour un rôle de femme tiraillée entre les deux parties de sa vie, tant par rapport à son écusson de policière que son étiquette de mère de famille. C’est une flic douée, dotée de capacités de déductions comme tout bon flic. J’ai apprécié le fait que Les Mystères de Laura ne cherche pas à créer un élément original dans la façon dont elle résout les cas de la semaine. Elle est douée, point. Les Mystères de Laura ne cherche pas à en faire des tonnes et donc à nous donner l’impression qu’elle a besoin de pouvoirs surnaturels. C’était l’un des échecs de Backstrom par exemple qui a tout de suite voulu faire passer son héros pour le meilleur de tous, quitte à oublier que ce n’est pas comme ça que cela se passe dans la réalité.

Les Mystères de Laura ne mérite donc pas forcément de chambouler votre planning afin de caser cette série. La série propose juste une sorte de vision différente du monde policier, plus proche de certaines séries françaises (notamment Julie Lescaut) sans que cela ne soit nécessairement une tare non plus. Du coup, les intrigues ne sont pas très importantes. Les cas résolus n’ont pas grand intérêt, sauf peut-être un ou deux durant la première saison (ce qui n’est pas énorme sur 22 épisodes) mais les personnages sont eux intéressants. Finalement, si vous avez envie de profiter du retour de Debra Messing, la série lui donne la part belle. Les personnages qui entourent Laura ne sont pas tous passionnants mais l’intérêt de la série c’est complètement différent. Laura Diamond est peut-être le personnage qu’il lui fallait. La saison 2, en cours de diffusion aux Etats-Unis continue d’être à la fois une déception audimatique sur les jeunes qui rassemble pas mal les plus âgés. Est-ce que c’est ce qui va se passer avec la diffusion sur TF1 ? Une désertion des jeunes ?

Commenter cet article