Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Critique Ciné : The End (2016)

11 Avril 2016 , Rédigé par delromainzika Publié dans #Critique Ciné

Critique Ciné : The End (2016)

The End // De Guillaume Nicloux. Avec Gérard Depardieu et Audrey Bonnet.


Après Valley of Love, Guillaume Nicloux retrouve une nouvelle fois Gérard Depardieu pour un nouveau film bourré d’effets mystiques qui laisse imaginer que cet homme a complètement perdu la boule. Dans sa façon de mettre en scène Gérard Depardieu, ici et surtout dans Valley of Love, ce que j’aime c’est le constat qu’il fait de l’homme et le fait que ce dernier n’a pas peur de parler de ses problèmes. Gérard Depardieu est un brillant acteur, l’un des rares géants dans tous les sens du terme du cinéma français et il démontre encore une fois sa capacité à habiter les personnages qu’il incarne. On a l’impression que c’est Gérard Depardieu que l’on voit ici, comme c’était déjà le cas dans Valley of Love. Si The End est sauvé par la prestation d’un Depardieu toujours autant abîmé par le temps, le fond du problème vient de l’errance proposée par le film. On erre dans tous les sens et le film part dans tout un tas de délires sensés représenter les délires du héros. Pas sorti en salles mais directement en e-Cinema, je me demande si je n’aurais pas plus apprécié l’immersion dans une salle obscure que chez moi dans mon canapé. On ne ressent probablement pas autant le sentiment de huis clos dont on ne peut sortir. L’idée ed départ est pourtant excellente.

Un homme part chasser dans une forêt qu'il croyait connaître. Mais son chien s'enfuit puis son fusil disparaît. Alors qu'il se perd, une atmosphère hostile et étrange s'installe...

Passant de la vallée à la forêt de la mort, Guillaume Nicloux a au moins le mérite de nous offrir une vraie continuité dans sa filmographie. J’ai eu l’impression que le réalisateur et scénariste a simplement voulu raconter un cauchemar qu’il a fait une nuit durant et qui lui a ainsi donné l’idée d’apporter au fond une réflexion. Le fait est que The End n’est pas la quête d’une sortie de la forêt mais plutôt une quête de soi alors que le héros chasseur cherche son propre. Dès les premières minutes, le film se veut pesant et l’ambiance inquiétante. Dans un sens, il appuie tellement là dessus que The End perd presque son effet de curiosité du départ. On sait plus ou moins à quoi s’attendre dès l’introduction du héros chez lui avec son chien. On est alors plongés dans la vie de cet homme, solitaire, qui ne pense ainsi plus qu’à la chasse, son chien et rien de plus. Du début à la fin, The End permet à Gérard Depardieu de parler tout seul, de raconter la vie de son personnage tout en racontant ce qu’il ressent à un moment précis. Mais l’on sent pour autant que l’on nage en plein délire. Plus le film avance et plus il est compliqué de cerner ce que Nicloux voulait réellement raconter. Je pense que de toute façon, c’est un film d’acteur plus qu’un film d’auteur.

Sans Gérard Depardieu, The End aurait pu être un Direct to DVD ridicule. La mise en scène, très sobre, est là aussi surtout accentuée par la bête qu’il trimbale dans la forêt devant sa caméra, affaiblie, essoufflée de manière constante. Je me demande si au fond, l’idée de Guillaume Nicloux n’était pas de faire un film où ce mastodonte du cinéma français, difficile à perdre de vue, se perd au milieu d’un décor à l’immensité étrange. Car cette forêt, bien qu’elle représente plus ou moins quelque chose d’audacieux n’a rien d’exceptionnel pour autant. Je me pense pas de toute façon qu’il fallait plus pour représenter une sorte de purgatoire où le héros se pose des tas de questions et propose sa vision de sa propre vie, misérable au possible. Derrière ce film assez expérimental se cache tout de même une ambition. Fascinante par moment, beaucoup moins par d’autre. Je trouve ainsi que la chute de l’histoire est presque trop simple, plus que je n’aurais aimé qu’elle ne le soit.

Note : 6/10. En bref, une ambition parfois mal mesurée.

Date de sortie : 8 avril 2016 en e-Cinema.

Commenter cet article